28 Sep

Un jour à Ràdio País

7h30 : Ràdio País est déjà bien réveillée. Les matinaliers sont frais, autant que le café qui coule et embaume l’entrée de la station. C’est une journée un peu spéciale qui attend les six salariés de la radio ce jeudi 25 septembre. Après avoir reçu une lettre pour leur entretien préalable au licenciement en début de semaine, ils sont convoqués, pour ce fameux entretien, à 10h ce matin-là. La convocation collective les a surpris. Ils ont donc pris soin de se faire assister par un représentant syndical de l’inspection du travail. L’ambiance est assez insaisissable dans la station où tout fonctionne comme si de rien n’était. A 8h00, un nouveau journal, à deux voix. 12 minutes d’informations suivies d’un nouveau programme, issu de la nouvelle grille concoctée par la nouvelle équipe du C.A. (le Conseil d’Administration) de Ràdio País.

« Los tres sauts » ne sont jamais bien loin et la musique reprend le dessus. On reprend tous un café. Le président du nouveau C.A. arrive vers 8h50. Sourires crispés à travers la vitre du studio entre celui qui débarque et ceux qui devraient être débarqués. Il est plutôt méfiant, alors que je n’ai rien à défier. Juste besoin d’expliquer. La presse, occitane, semble lui être tombée sur la tête depuis le début de la crise à Ràdio País. C’est en tout cas ce qu’il me dit. Il aurait donc très bien pu nous dire de repartir et annuler l’interview prévue mais au final nous convenons de faire le point à l’issue de la fameuse réunion fixée à 14h.

10 heures approchent et les derniers convoqués arrivent les bras remplis de chocolatines et de croissants. L’entrée de la radio est presque trop petite pour que chacun trouve sa place. Derrière le comptoir, on refait du café. Juste au dessus, suspendu dans le vide, un vestige de la matinale de la saison dernière est toujours en vente. Il reste encore un tee-shirt de « Good Morning Occitania ». L’heure de l’appel est arrivée, nous quittons Ràdio País et ses salariés, inquiets.

« Licenciement pour faute grave pour un des deux CDD, procédures suspendues pour les CDI ».  Voilà le SMS reçu à la mi-journée. Nous repartons donc pour 14h sur place. La banquière est arrivée mais ne veut pas être filmée. On ne filme pas. Le commissaire aux comptes est là, lui aussi. Il ne veut pas qu’on filme la réunion. (Nous n’en demandions pas tant). Puis arrivent des représentants d’élus des collectivités territoriales qui financent, grâce à l’argent public, Ràdio País. Certains ne voudront pas être filmés, en entrant dans les locaux de la radio. Motif : on ne veut pas être associés à la situation actuelle. Ah bon ? Mais vous êtes là pourquoi au juste ? C’est donc à ce moment-là que le niveau de parano commence à monter. La porte de la salle de rédaction dans laquelle se tient la réunion se referme, il est 14h10. L’attente commence.

15 heures, paisiblement installés dans les fauteuils du hall d’entrée de la radio, alternant entre sieste approximative et consultation de téléphone portable pour passer le temps, nous vîmes revenir le président du C.A. vers nous, un peu… gêné. La chaleur accablante de cette fin septembre a transformé la salle de réunion en véritable sauna béarnais. Contraint d’ouvrir la porte pour pouvoir respirer et ainsi provoquer un courant d’air entre la seule fenêtre de la salle et l’entrée,  le président nous demande de quitter les lieux sur le champ. Les « experts » présents dans la salle veulent vraiment s’assurer que nous n’entendrons rien de ce qui se dit dans cette réunion. C’est trop confidentiel.

L’idée d’aller poser mes oreilles à l’extérieur de la radio juste devant la fenêtre ouverte de la salle de réunion m’a traversé l’esprit mais je me suis dit qu’ils allaient refermer la fenêtre tout de suite et suffoquer à nouveau. Je ne voulais pas être responsable d’une asphyxie collective.

15h50, le commissaire aux comptes est délivré. La banquière aussi.

16h10, un des salariés sort enfin et me précise qu’il s’attendait à pire. La réunion est terminée.

Les procédures de licenciements sont suspendues dans l’attente du versement de Fond de Soutien à l’Expression Radiophonique qui devrait permettre de payer les salaires jusqu’à la fin de l’année. Un des deux salariés CDD est lui licencié pour faute grave. Il lui est notamment reproché d’avoir signé la pétition de soutien initiée par l’ancienne équipe dirigeante de Ràdio País. L’autre salarié en CDD ne verra pas son contrat renouvelé en novembre prochain.

En repartant, un des représentants des élus me précise juste une chose :  « les associations sont libres de faire ce qu’elles veulent comme projet. Ràdio País est donc libre de composer sa grille de programme, sa ligne éditoriale comme elle l’entend. Mais les élus sont tout aussi libres de financer ou non. On va attendre de voir le dossier qui nous sera déposé pour l’année prochaine et s’il correspond à ce que nous avons l’habitude de soutenir dans le cadre de notre politique linguistique ».

Rien n’est donc réglé.

Clément Alet

Ci-dessous, l’Edition Occitane du samedi 27 septembre dans laquelle le reportage sur la situation à Radio Pais a été diffusé :


Edition Occitane du samedi 27 septembre 2014 par france3midipyrenees
 

 

22 Sep

Ràdio País en plena crisi

Nascuda en 1983, Ràdio País -radio associativa occitana- coneis duèi de dificultats de las grandas. Los 6 emplegats an recebut fa dos jorns un corrièr que significa la procedura de licenciament. Una crisi financièra e identitària. Lo blòg occitan tòrna suls eveniments per ensajar de comprene.

 radio pais

30 000 euròs de deficit

Los problèmas de moneda son pas novèls. Mas aqueste còp, semblariá que la subrevida d’aquesta  ràdio mai que trentenària siasque menaçada.

En 2013, Ràdio País acaba l’exercici amb un trauc d’aperaquí 30 000 euròs, alèra que tot anava plan en 2012. Duèi seriá  de 42 000…

Lo budgèt de la ràdio es de 260 000 euròs, mai que mai de subvencions de las colectivitats localas (229 000) e mai que mai per la part biarnesa de la ràdio (gaireben 200 000 euròs). Ràdio País es una federacion (fargada en 1996) d’associacions : Ràdio País Bearn, Ràdio País Bigòrra e Ràdio País Gèrs. Las doas associacions de Bigòrra e de Gèrs son un pauc descantidas. « Totes los mejans de la federacion son concentrats sus l’estudiò situat en Bearn », nos ditz Fabrici Bernissan. « Cò de qui priva la radiò de finançaments deus Conselhs Generaus deu Gers e de las Hautas-Pireneas ». Per cambiar las causas, se va far elegir al Conselh d’Administracion lo 24 de mai.

 L’amassada generala del 24 de mai

radio-pais-gers-en-gasconha_938Aquel jorn, los 9 membres del CA (3 per associacions) son a se renovelar. Fabrici Bernissan (Bigòrra) fa sa dintrada. Vòl modificar l’equilibri entre las associacions e reviscolar un pauc Ràdio País Gèrs e Ràdio País Bigòrra qu’a pas mai d’estudiò dempuèi qu’es partida de la Plaça Mercadiu de Tarba e que l’estudiò novèl a calandreta s’es tampat tanben. Met sustot lo nas dins las chifras e lo deficit li fa pensament. Lo tribunal de comèrci de Pau es en alèrta. La banca tanben. Las criticas e las acusacions contra la còla qu’es als afars son violentas. Lo 24 de mai, aquò s’embufa d’un biais grèu. Lo 2 d’agost, Joan-Francés Tisner demissiona del CA. Lo president François Lassabe fa de mème quauques jorns pus tard. Lo burèu novèl de la Federacion es : Christian Villeneuve (president), Miqueu Dantin (vici-president), Pierre Cames (secretari) e donc Fabrice Bernissan lo dinerèr.

Lo 22 d’agost, Domenja Lekuona (qu’es aquí dempuèi la debuta de la ràdio) tòrna metre sas delegacions (programas, subvencions, difusions…) e fa saupre que trabalharà pas pus. Las relacions entre anciana e novèla còla son violentas, las paraulas missantas. Los emplegats son preses dins lo conflicte. Al mes de junh, dos CDD foguèron pas renovelats : una jornalista e un cronicaire.

 Un afar de chifras e d’identitat

Per Domenja Lekuona, lo deficit seriá pas lo problèma : aviá presentat un plan d’estalvias de 17 000 euros tre l’AG del mes de mai. D’aprèp ela, lo FSER -fond de sosten de l’estat per las ràdios- deu virar a l’entorn de 70 000 euros (per País Bearn e País Gèrs) d’aici la fin de l’annada. A l’espèra tanben,  un reliquat de subvencions de las regions Aquitània e Miègjorn-Pirenèus. Lo clavaire Fabrici Bernissan es mai pessamentós. Per el, la massa salariala a tròp conflat e la moneda esperada serà pas al nivèl. Tròp d’emplegats ? « Avèm 11 000 euròs per més de massa salariala. Es pas possible » çò ditz Fabrici Bernissan. Per el la matinala comuna ambe Ràdio Occitània « Goog Morning occtània » (GMO) a costat tròp d’argent e d’emplècs. Suspèctada encara, la FIMOC (federacion interregionala dels mèdias occitans) qu’emplèga doas personas e que ne vei pas l’interèst. Per Bernissan, cal tornar a çò qu’èra la ràdio a la debuta : de benevòls per fa d’emission e mai de gascon a l’antena. E de monde que pòdon far tot : l’antena, la tecnica, lo terren. Es a obrar per mutualizar los programas ambe d’autras ràdios coma Radio Galaxy, Radio Couserans, Radio Présence de Sent-Gaudens…

radio paisDins lo dur

Lo 1èr de setembre, la dintrada es fòrça complicada a la ràdio. Los emplegats son en cauma e la situacion es subretenduda. L’emission matinala « Good Morning Occitània » qu’aviá donat de vam als emplegats e de joventut a l’antena es tampada. Los emplegats de Ràdió País an per ordre d’i participar pas. Aqueste jorn « GMO » se fa sonque a Tolosa per Ràdio Occitània… Es totun a l’antena de País lo 1er de setembre. Serà lo darrèr còp. « GMO » contunha sus Tolosa mas sens l’ajuda de País. Aquí la primièira victima.

Un manifèsta es escampilhat, una peticion es lançada per un colectiu de monde que son pas mai a Ràdio País : Domenja Lekuona, François Lassabe (president demissionari) e Joan-Francés Tisner (membre del CA demissionari). Al jorn de duèi 199 personas l’an signada. Anciana e novèla còla se fan la guèrra.

Qu’un avenidor ?

Un acamp es previst aquesta setmana lo 25 de setembre. Lo Credit Cooperatiu (banca de la ràdio) l’a demandat. Segond Bernissan, los fornidors serián pas mai pagats dempuèi un an. Los representants de las colectivitats teritorialas e financièrs son convidats a l’acamp. Darrièra victima : los 6 salariats. Los 3 jornalistas, 2 tecnicians e la comptabla an donc recebuda la letra que prefigura lo licenciament. Semblariá pas que lo novèl burèu volguèsse que siá per de rasons economicas… Los entretens son previstes dijòus de matin. Lo siti internet de la ràdio es tampat e tornarà pas dubrir.

Sèm en plen dins la crisi, e se la situacion contunha, las victimas futuras seràn ben los ausidors.

Benaset Roux

 

 

 

 

 

 

20 Sep

Escòcia ditz de non a l’indepéndencia, Occitània se dona a Groland!

Alèra qu’Escòcia ven de se refusar l’indepéndencia, Occitània a donc causit de metre fin a sa non-independencia en se faguent annexar pel Groland

20140919_173850Aquel país celèbre pas mai resconegut qu’Occitània a son president e tanben un festenal de film Fifigrot a Tolosa. Dins aquel encastre e pel primièr còp, se faguèt una seleccion occitana « Gardarem lo Groland » ambe La Seria d’Amic Bedel e Julien Campredon. Per de que ? « Tout ce qui est à la marge nous intéresse. Tout ce qui n’est pas aux normes européennes ». Vaquí çò que nos diguèt Benoît Delépine qu’a plan estudiat la situacion : « J’habite à Angoulême et j’ai vu sur une carte que je suis juste à la frontière, aux portes de l’Occitanie…En pointillé, comme Groland ». Lo cal pas prene per un con. Michael Kael es jornalista.

20140919_173756E donc, aquel divendres 19 de julhet de 2014, dabant tant de generositat grolandesa, Occitània a consentit a s’ofrir a Groland país sens estat de l’absurd e del folastre. Valent a dire qu’Occitània es pas perduda. Lo president Salengro es arribat dins sa Jeep, plan aparat per una garda femenina gaireben « castrista » mas plan pegada contra sa pèl. Lo president de l’Ostal d’Occitània Joan-Francés Laffont un pauc gelós a pas fat de resisténcia. E convivencia occitana s’es encara un còp verificada : tapis rotge, aubada, blanqueta e…la Catinou. Salengro quitava pas de dire « va plan, va plan ».  La Catinou al Groland, i caliá pensar. Carles Moly  ne diu èsser plan fièr ! Lo maridatge s’es donc plan passat. Consomat o pas, es de mal dire. Aprèp son present de maridatge (un panieròt de cebas), Salengro s’es acontentat de dire : « Au moins, j’aurais vu votre oignon ».

20140919_174545Aprèp la ceremonia, lo president es tornat partir dins sa veitura. Als aplaudiments, a respondut per un « Vai ten cagar ! ». Tant d’emocion fariá presque doblidar que lo ser i aviá un autre eveniment a se fa petar lo ventre : los dos primièrs episòdis de La Seria. La sala de l’ESAV de Tolosa èra confla e espetada de rire. Sabèm pas encara se s’es ganhada una « amphore », (trofèu del Groland) mas solide que s’en tornarà parlar !

Reportatge France 3 Edicion Occitana B. Roux JP. Jauze P. Level M.P. Duvivier C. Pelhate


GROLAND’OC par france3midipyrenees

Lo Benaset

Aquò d’Aquí : c’est d’ici et c’est comme ça !

Michel Neumuller, Rédacteur en Chef d'Aquò d'Aquí

Michel Neumuller, Rédacteur en Chef d’Aquò d’Aquí

C’est « estrambordant ! ». Michel Neumuller a beau être le seul journaliste professionel salarié de ce site d’info, il n’en demeure pas moins être un provençal passionné de tous les instants, un irréductible amoureux de la langue occitane faisant office de cap-redactor autant que de webmèstre.

Estrambordant, Aquò d’Aquí réussit depuis le mois de mai 2012 à proposer, chaque jour, en occitan ou en français, une information qui couvre un territoire depuis le Gard aux Vallées Occitanes d’Italie. « Aquò d’Aquí est un journal d’opinion, avec avant-tout, une vision humaniste et une attention particulière aux relations sociales ». C’est ainsi que Michel Neumuller définit sa ligne éditoriale. A l’origine, Aquò d’Aquí, est une association créée en 1987, en même temps que la version papier du journal, attirant très vite près de 500 abonnés. En 2003, face à un lectorat un peu vieillissant et sentant la vague internet les submerger, Michel a donc proposé de prendre le virage numérique… tout doucement, mais surement. « Aujourd’hui, nous avons 1300 abonnés qui reçoivent chaque semaine la lettre électronique, chaque mercredi. Pour l’année 2014, nous devrions atteindre 40.000 visiteurs uniques », précise le journaliste. Avec de telles statistiques, voilà qui devrait faire pâlir plus d’un webmaster occitan (nosautres los primièrs… me damne). « Ce qui est très étonnant, c’est que nous avons beaucoup de brésiliens qui viennent consulter le site, des japonais aussi, qui passent en moyenne près d’une demi-heure à lire en occitan. Mais notre force, ce sont les jeunes. Un tiers de notre public est composé des moins de 34 ans, notre rubrique musicale fonctionne très bien je crois ». Aquò d’Aquí cultive les deux langues, français et occitan dans ses variétés provençales ( Nissart, Aupenc, occitan de Valadas… ). Une nécessité pour Michel car l’objectif est d’amener ceux qui ne parlent pas forcément la lenga d’oc à comprendre que cette langue n’est pas si complexe et éloignée que cela de leur environnement. « Dans un article en occitan, j’utilise des termes et des expressions qui sont compréhensibles pour quelqu’un qui ne sait pas forcément lire le provençal. Je légende les photos en français dans ce cas précis. C’est une aide pour le lecteur qui passe ainsi du français à l’occitan, de l’occitan au français, naturellement ». Pédagogique et éthique, Aquò d’Aquí fonctionne principalement grâce à deux collectivités territoriales mais ne s’interdit pas des partenaires privés pour financer plus d’un quart des 20.000 euros de son budget. « Nos partenaires acceptent de ne rien nous demander sur le plan éditorial et nous laissent libres de traiter une info comme on le souhaite. Ils associent leur logo à la défense en pratique de notre langue régionale » précise Michel.

capture d'écran site Aquò d'Aquí

capture d’écran site Aquò d’Aquí

Michel Neumuller travaille en équipe avec la journaliste Amy Cros, le chroniqueur fondateur d’Aquò d’Aquí Andrieu Abbe, l’écrivain Reinat Toscano, le lexicographe Alan Barthelemy, le correcteur Laurenç Revest et le service de la langue occitane de l’IEO PACA.

Clamenç Alet

 

 

 

17 Sep

Crozada duèi : un Escossés fa sa crosada

Patrick Hutchinson est un Ecossais, docteur ès Lettres, poète, traducteur…Et lorsqu’il est tombé sur « la canso de la Crozada » : « C’est Game of Thrones et c’est pas loin de l’Atlantide. Une série riche et un univers totalement oublié ». Patrick Hutchinson s’est donc mis à écrire « Crozada duèi ».

patrick_hutchinsonSpécialiste des troubadours et de leur lyrique, Patrick Hutchinson s’est penché sur ce long texte fleuve (9000 vers) au début des années 90. « Quand j’ai commencé à traduire, j’ai de suite entendu des rythmes contemporains, du slam, du rap… » Son spectacle fait donc le lien, une rencontre, entre ce passé riche et ce présent moderne. Il se compose de 3 parties qui relatent les différents épisodes de la Crosada. « La deuxième partie se déroule au moment où Simon de Montfort a perdu contre les comtes Provençaux. » Le seigneur « postiche » comme le nommaient les Toulousains est alors fou furieux de découvrir que certains de ces derniers ont financé les Provençaux. S’en suit la venue sur Toulouse et la bataille de Muret que l’on sait. « La troisième partie, c’est cette extraordinaire naissance d’une commune insurrectionnelle. La ville de Toulouse était en plein développement démocratique, une république urbaine sur le modèle des villes italiennes. Et ça, la papauté et la féodalité du nord ne pouvait le supporter. »

Reportage France 3 Edicion Occitana : Sirine Tijani/Jack Levé/Michel Blasco/Eve Ducau

crozada duèi par france3midipyrenees

 

De tous ces épisodes, Patrick Hutchinson en a donc fait une fresque moderne, entre théâtre et musique. Et évidemment pas n’importe quelle musique : Mauresca et 2 slameurs. Si vous voulez en savoir plus, un site internet est consacré à cette création. Le mieux c’est encore d’aller voir le spectacle dans sa troisième partie le vendredi 26 septembre à Saint-Pierre des cuisines de Toulouse. Notre Ecossais travaille à réunir les trois parties pour en faire un spectacle de 2H-2H30. Pourquoi pas pour le 800ème anniversaire de la mort de Montfort en 2018 ?

Benoît Roux

12 Sep

Diada de Catalonha

« Es pas una protèsta, es una mòstra » aquí çò que diguèt lo Danis Cantournet de Macarel a Good Morning Occitània aqueste matin.

Efectivament, la chifra es pas çò mai importent, es puslèu lo biais e l’esperit. Catalonha es en marcha. Vos prepausi d’agachar lo reportatge de frança 3 País catalan que faguèt una edicion especiala presentada per Celina Llambrich.

Aqui tanben lo sicut de TV3 Catalunya

Mai d’entresenhas sul siti de France 3 Languedoc-Roussillon e un sicut dins lo jornalet occitan de dissabte.

 

Lo Benaset

11 Sep

A Vòste, siti novèl d’informacion occitan en linha

Se dis A Vòste e prepausa d’informacions localas e internacionalas en occitan sul web. Sas particularitats : es escrit en gascon e son director es un catalan sortit de Girona, passionat d’escacs.

N’avèm profitat per i pausar quauquas questions per nos presentar aquel siti novèl.

vap-3

Jordi Camarasa Colomer, sètz nascut a Girona, sètz un Catalan ?

-Òc-ben ! Soi de Girona, trabalhi coma jornalista e coma corrector al jornal El Punt-Avui. Parli pas encara plan l’occitan mas aquest’an, l’apreni tot sol. Soi totjorn estant en contact amb l’occitan.

Alèra per de que un siti sonque en gascon ?

-Es una causida mas es pas un posicionament. Vòl pas dire qu’aquel dialècte es mai o mens importent qu’un autre, ni mai que se vòl diferenciar de l’occitan. Simplament, coma i aviá pas de siti en gascon, avem causit de ne far un.

Lo contengut es original, curiós, d’unas rubricas un pauc descaladas, (Bearn/Curiositats/Internacionau/Istòria/SèxeSciéncia/Television)lo gascon anava de parelh ?

-Volèm de causas un pauc diferentas. La basa son de novèlas curiosas. I a tanben de politica, e d’informacions localas. Mas avèm pas una redaccion sufisenta coma lo Jornalet e d’autres per anar sul terren e cobrir tot lo territòri. E lo gascon se petassa plan ambe de causas descaladas.

Presentatz nos l’equipa ?

-Pel moment sèm 3. Jausèp De l’Arriu e Éric Gonzalès, plan conegut en Gasconha, e que corregís los articles. E ieu que ne soi lo director. Mas lo nòstre projèct es dubèrt a tot lo monde de Gasconha. Es per aquò que se sona A Vòste.

vap-2vap-1

 Fòtos : Eric Gonzalés e Jausèp De l’Arriu

La debuta es encorajanta ?

Òc-ben ! La primièira setmana, avèm agut mai de 2300 pajas vistalhadas. Volèm publicar cada jorn, sonque de l’escrit, qu’avèm pas los mejans de far de video.

Benaset Roux

 

09 Sep

Còp d’uèlh

Coma de costuma, aqui de pichons ressons de çò qu’ai vist, legit, remarcat dins los mèdias que parlan de l’occitan.

Mativi es una television sus internet que cobrís la region Miègjorn-Pirenèus. L’avem encontrada aquest’estiu a La Guepia per Lenga Viva. Veidretz lo subjèct sus aquela manifestacion dins lo Viure al País del 21 de setembre. Aqui lo reportatge de Mativi que se demanda de parlatz occitan. E son tombats tanben en plen rodatge de « La Seria ».

Reportatge Céline Lemaire.

Sul Nouvel Observateur, un article sus las lengas amenaçadas. li se parla un pauc de lengas regionalas e de l’exemple catalan.

jacme-gaudasSus Mediapart, aquí que lo Jacme Gaudas ten son blòg. los sicuts son plan interessants e la pluma del Jacme totjorn alèrta. Quitament quand emplèga la lenga coma dins « Tout le monde s’en branle »!

Tant que sèm d’ins l’escritura, volriá saludar lo trabalh de Michel Neumuller sul siti d’informacions Aquò d’Aquí. E aquel article « Aquela guèrra que l’an dicha granda ». Aquí tanben, originalitat, qualitat de las informacions, ne tornarem parlar lèu sul blòg occitan ambe lo Miqueu.

6934026-10601276

Encoratjar tanben un siti novèl d’informacions sus internet AVÒSTE, en gascon, fargat per Jordi Colomer, un poblant de Giròna en Espanha. L’informacion es un pauc descalada. Una entrevista seguirà.jornau

 

Jordi Colomer- A Vòste

Enfin acabarai per una plan polida emission que ne soi un telespectator pron fidèl : « Echapées Belles » sur France 5. Dissabte passat s’agissiá d’una passejada dins los Pirenèus, en Bigòrra, Biarn. Vos caldrà esperar un quarantenat de menutas per trobar un pauc d’occitan. 5 menutas sus la calandreta de Gèdra (65), « Tarba en canta » e una cantèra ambe lo Pascalon Caumont per ne parlar. Li se dis que l’occitan es en plen reviscòl…

 A plan lèu per d’autres CÒPS D’UÈLHS

Lo Benaset

08 Sep

Tant que vira, fasem lo torn!

Brave monde aqui la dintrada e vaqui que l’occitan fa son cinema. Plutôt très discrète en la matière, la langue d’oc raisonne désormais sur les plateaux de tournage, poussée par le vent d’une jeunesse plus audacieuse et qui se pose moins de questions existentielles. Les programmateurs de festivals vont pouvoir respirer un peu. Eux qui se sont « escanés » à inclure le 7ème art dins la lenga, dans leurs manifestations. « L’orsalhièr » et « Farrebique » se sentiront moins seul. Place aux « Rois du monde ».

C’est le titre du premier long métrage de Laurent Laffargue un enfans de Casteljaloux dans le Lot et Garonne où le film vient d’être tourné. Homme de théâtre, passionné d’opéras qu’il met aussi en scène, il signe là l’adaptation d’une pièce de théâtre, fortement inspirée par les personnages de sa jeunesse. Et pour une première, on y retrouve du beau monde et des personnages hauts en couleurs :  le Provençal Eric Cantona, le Catalan Sèrgi Lopez, Romane Bohringer… Et derrière le comptoir du « Grand jus » : Eric Destout. Ce comédien occitan y campe « la mouche », lo que sap e que fa lo ligam. Tot aquò ambe, de còps que i a, la lenga nòstra. Un film prometteur, comme l’est La Seria.

Reportage : M. Neuville / BP. Morin / S. Colpaert

 

Affiche-FIFIGROT2014-QUADRILa Seria c’est aussi une première, fruit de l’imagination d’Amic Bedel et Julien Campredon. Les premiers épisodes de cette série occitane sont déjà tournés, le financement participatif via Ulule a été obtenu, et ils sont sélectionnés pour le célèbre FIFIGROT, le festival international du film grolandais. Groland, le laboratoire audiovisuel de Benoît Delépine, Christian Bordes et leur clique piqués par le moustique d’oc et qui créent même pour l’occasion une nouvelle section : « Gardarem lou Groland ». Projection de cet ovni le vendredi 19 septembre 20H30 à l’ESAV de Toulouse. Une bonne nouvelle en cachant une autre : certains comédiens prestigieux ont décidé de tourner pour la Seria…Farem tot petar!

C’est aussi le titre du moyen métrage d’un jeune réalisateur : Sylvain Augé. Lui aussi a passé avec succès le financement Ulule, il sera tourné en partie en occitan au printemps prochain du côté de Massat en Ariège. L’Edicion occitana est allée à leur rencontre. E Tant que vira…

Benoît Roux

Reportage : Sirine Tijani Denis Hémardinquer Michel Blasco Eve Ducau

Farem tot petar par france3midipyrenees

01 Sep

VIURE AL PAíS de l’estiu : émission du 7 septembre 2014 à 11h 15

Emission estivale « ETUDIANTS »
présentée par Benoît Roux

PER APRENE
– De fac e d’òc :
Avec les étudiants de la faculté du Mirail de Toulouse et de l’association occitane : Osca ! (bravo en occitan).
– Edmond Makasci un Sèrbi en Occitània : d’origine serbe et il est étudiant occitan de la fac Paul Valéry de Montpellier.
 Lena Albert : Le fauteuil rouge est allé se poser à la Cité de Carcassonne pour accueillir cette collégienne de dix ans qui livre un texte qu’elle a écrit : Las pèiras de Ciutat.

A découvrir tout de suite De fac e d’òc de Benoît Roux et Eric Foissac : voir vidéo ci-dessous

Et pour voir la totalité de notre émission c’est dimanche prochain à 11h 15 !


De fac et d’oc par france3midipyrenees

La Vicenta