04 juin

L’occitan : une langue parlée par 110.000 personnes ?

©jacme31

C’est une éternelle question qui taraude depuis bien longtemps un certain nombre de curieux, soucieux de connaitre la réalité d’une pratique linguistique : mais en fait, combien de personnes parlent occitan ? A cette question, plusieurs personnes, institutions et organismes ont bien tenté de répondre. En 1999, l’INSEE et l’INED avançaient le chiffre de 526.000 locuteurs en France. En 2009 une enquête menée à la demande du Conseil régional d’Aquitaine arrivait au chiffre d’un million d’occitanophones, pour cette seule région. Détracteurs et défenseurs de l’occitan ne s’entendront probablement jamais autour de ces chiffres, tout autant que la méthode employée mais peut-être ne contesteront-ils pas le travail mené par une équipe de chercheurs, publié par la Société de Linguistique Romane. Le travail mené par Fabrice Bernissan et son équipe au sein de l’Institut d’Etudes Occitanes des Hautes-Pyrénées « Nosauts de Bigòrra » est sans appel concernant l’état de la langue. Cette association occitane estime que pour l’année 2012, les locuteurs de l’occitan seraient environ 110.000. Si l’on ramène ce chiffre au nombre d’habitants qui peuplent l’aire linguistique occitane, cela représente 0.73%.

Pour en arriver là, l’équipe s’est tout d’abord appuyée sur une minutieuse enquête de terrain menée dans le département des Hautes-Pyrénées depuis 2001 dont le but était de rencontrer et d’enregistrer la totalité des locuteurs vivant sur ce territoire. Selon cette enquête, en janvier 2012, 3785 personnes réparties sur les 474 communes du département ont été identifiées comme locuteurs natifs et 300 comme néo-locuteurs, soit 1,80% de la population des Hautes-Pyrénées. En projetant ces taux à l’ensemble de la population vivant en Occitanie, « nous obtiendrions un total maximum de 267.872 locuteurs de l’occitan » précise l’auteur dans son article scientifique. Or la composition démographique et sociale de la zone occitane a poussé les chercheurs à pondérer ce chiffre car la pratique de la langue n’est pas du tout la même entre villes et campagnes, entre départements ruraux ou plus urbains. « En fin de compte, nous estimons que les locuteurs de l’occitan sont très probablement au nombre d’environ 110.000. L’ensemble des non-locuteurs plus ou moins imprégnés atteint 1 200 000 personnes ».

Ces chiffres interrogent car ils sont bien en deçà de ceux qui sont régulièrement avancés par les différents acteurs occitanistes lorsqu’il s’agit de parler du nombre de locuteurs. Or, pour une fois, ce sont des militants occitans qui ont mené cette enquête.

Clément Alet

Vous pouvez lire l’intégralité de cette enquête ci-dessous :

  • <span class="author">Jean-Claude RIXTE</span>

    Au-delà de la vaine bataille sur le nombre des locuteurs, la seule question qui tienne en matière de sociolinguistique dans le domaine est: que proposer (et que proposent les susdits chercheurs – mieux placés que quiconque apparemment) pour éviter la disparition de cette langue?

  • <span class="author">Tontonk100d</span>

    Aquel trabalh scientifique me semble subretot del temps perdut. Aurian mièlh fach de balhar de corses d’occitans als pichons.