19 mar

Régionales: le faux débat sur l’autoroute

« Les socialistes et les Verts ont décidé d’abandonner le projet d’autoroute ». Dans un tract largement distribué dans le département, Alain Joyandet dénonce les divergences entre les deux principales composantes de la liste de gauche. Sur son blog de campagne, le chef de file de l’UMP reprend une interview d’Alain Fousseret réalisée par nos confrères de La Presse de Vesoul, lors de la venue d’Eva Joly à Vesoul le 15 février dernier. La tête de liste d’Europe Ecologie, qui vient de fusionner avec la liste de Marie-Guite Dufay, y affirme qu’il est « hostile » à l’autoroute et préfère l’élargissement de la route actuelle.

Pourtant, la décision de construire l’autoroute Langres-Vesoul est déjà actée. Elle sera réalisée en 2018. Alain Joyandet le sait bien, il l’a lui-même annoncé le 30 juillet dernier, soulignant devant nos caméras qu’il s’agissait d’ « une décision du président de la République ».

La concertation a d’ailleurs déjà commencé pour la déviation de Port-sur-Saône, qui sera intégrée au tracé de l’autoroute.

Dans un communiqué de presse, Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional et candidate à sa propre succession, et Yves Krattinger, président socialiste du conseil général de Haute-Saône, rappelle que leurs collectivités ont signé dès 2006 un protocole d’accord sur l’autoroute avec l’Etat, représenté par le ministre des Transports de l’époque Dominique Perben. « Nous serons fiers » d’honorer nos signatures, affirment les élus locaux socialistes, qui rappellent que « la construction de cette autoroute est essentielle pour désenclaver le nord de la Franche-Comté, renforcer son attractivité, protéger les emplois de nos concitoyens et en créer de nouveaux. »

Revoir l’annonce de la réalisation de l’autoroute le 30 juillet 2009