12 Déc

Les maux dedans #17

lever-drmaison

Voila pourquoi j’ai écrit !

Deux semaines se sont passées. Je savoure quotidiennement cette fin de psychanalyse. J’avoue que parfois, allongé dans mon lit, je me dis qu’il a peut-être réussi dans sa mission, qu’il m’a appris à dire « non ».

J’ai honte de penser cela, quand je me remémore cette mascarade, ses cris, ses humeurs, ses demandes, ses humiliations, ses sommes d’argent demandées.

Puis un jour, au cabinet ma secrétaire me passe un appel.

« Bonjour Antoine, c’est le docteur Mie. J’aimerais que vous repreniez vos séances, pouvons-nous nous voir jeudi ?

-Je crois que vous n’avez pas compris, j’arrête.

-Vous faites une erreur, c’est dangereux pour vous, je vous en conjure.

-J’arrête! » (et je raccroche)

Huit jours plus tard, sur mon portable je vois le numéro de son cabinet qui m’appelle, je ne décroche pas. Il va réitérer ses tentatives peut être 15 fois ! Je ne décroche jamais.

Un matin, un numéro inconnu me réveille.

« C’est le docteur Mie, j’ai besoin de vous voir, c’est urgent.

-Vous êtes malade ?

-Non je ne veux pas que l’on arrête notre relation sur un mal entendu.

-Où ?

-Chez moi, jeudi 6 heures. »

Ce jour-là, j’ai eu le doute, je ne savais quoi penser. Y avait-il de l’humain chez le gourou ? Est-ce encore une manoeuvre machiavélique?

Quel intérêt pour lui de continuer ? Sa clientèle est énorme, il a un emploi du temps monstrueux, alors pourquoi ?

Je n’y suis pas allé ce jeudi matin. J’ai même tout fait pour ne plus penser à lui. J’ai fait comme dans un couple qui se déchire et qui, un jour, décide d’enlever de leur cortex la personne. Comme dirait un adolescente, « je l’ai zappé » !

Pendant 18 mois, le nom de docteur Mie est sorti de ma vie. Mais, comme le méchant génie des bandes dessinées, un jour…

Un jour est venue à mon cabinet Pascale, la jeune femme qui suivait une psychanalyse sans le savoir avec le même thérapeute que moi.

« Antoine, tu connais un psy qui s’appelle docteur Mie ?

-euh oui, de réputation…

-Arrête, ne me mens pas, tu as fait une psychanalyse avec lui !

-Quoi ? (le mauvais génie sortait de sa lampe par les mains frêles de Pascale )

-Arrête, je le sais .

-Bon d’accord, mais comment le sais-tu et quel est le problème ?

-Il n’y a pas de problème mais il n’y a pas que moi qui le sais. Nous sommes nombreux, très nombreux.

Je suis à ce moment-là tremblant, blême, abasourdi.

-Explique moi !

-Je suis allé à une séance signature du livre du docteur Mie, j’ai acheté son livre.

-Quoi ?

Il vient de faire un livre et il est vendu chez Mollat.

-Et alors ?

-Alors, page 45 (Pascale sort de son sac le livre et l’ouvre à cette fameuse page qu’elle a soigneusement agrafée d’un trombone.)

-Je te lis ?

-Vite !

-« C’est donc François 45 ans qui vient me voir un jour, lui médecin, deux enfants ancien joueur de rugby, président d’un club huppé de première division pour soit disant apprendre à dire Non¨…. »

-Alors, ce n’est pas toi ce François ? A part le prénom tu en connais beaucoup des médecins de 45 ans avec une telle description ?

J’ai ouvert la porte de mon bureau, j’ai simplement dit à Pascale : je préfère que tu partes. Je me suis assis, j’ai pleuré longtemps, longtemps.

Un seul mot tournait dans ma tête: VIOL, VIOL,VIOL.

Cela fait plus de dix ans, ma vie aujourd’hui est belle, mon métier est le plus merveilleux du monde mais comme l’enfant abusé n’oublie jamais j’ai essayé, j’ai consulté un vrai psy, il m’ a aidé mais pour guérir complètement, j’avais besoin d’écrire, j’avais besoin de dire, j’avais besoin de …..revivre.

N.B.  toute similitude avec une personne existante ne saurait être une coïncidence.

 

 

  • <span class="author">CourbesGenereuses</span>

    comme quoi il n’etait pas net :( … ni doué car il aurait aussi pu changer la profession, par ex, ou autres details …
    ça doit effectivement etre affreux, comme sentiment, se rendre compte de s’etre fait abuser par un soit-disant docteur :(

    par contre, felicitations qd mm pour vous etre approprié le « NON » :) ça a coûté cher, mais le « NON » est necessaire dans la vie …

  • <span class="author">Philippe Max Denis</span>

    Même quand il prend un coup de poing dans sa sale gu….
    Cet escroc prend 48€! En espècesssssss svp!
    Que fait la police ?
    Enfin il l’a pris sur son nez de blaireau , et ça nous fait du bien!
    Merci Doc

  • <span class="author">Flo</span>

    Belle résurrection à mon indispensable

  • <span class="author">Nad</span>

    Pourrais-tu me passer ses coordonnées ??? Je ne sais pas dire NON !!! 😉
    Sérieusement, bravo mon Toinou… Antoine 1.. Mie 0…
    A bientôt pour de nouvelles aventures !
    Love

  • <span class="author">Ophélie</span>

    J’ai tout lu guettant les articles les uns après les autres. Et la lecture de celui ci me laisse une sensation de malaise. La première question a été mais comment peut on se conduire de la sorte ? C’est troublant ça met mal à l’aise… Vous avez bien fait de raconter tout cela pour pour vous mais aussi pour nous lecteur cela ouvre les yeux sur les dangers face aux manipulateurs

  • <span class="author">Christine33</span>

    Bravo à vous! j’avais dèjà envie de vous le dire depuis que je savais la fin de votre analyse, mais maintenant que je lis ce dernier billet, euh comment dire….: vous aviez bien jaugé ce psy, et votre instinct vous guidait vers la sortie, à juste titre. Mais bon tout n’est pas négatif il vous a appris des choses sur vous. L’analyse est une démarche passionnante. Merci d’avoir partagé votre ressenti avec sincérité. J’apprécie bcp de vous lire régulièrement.

  • <span class="author">Salem77</span>

    Que de souffrances pendant ces années ! J’en ai des frissons partout. mais je suis heureuse pour vous, car, oui, la vie est belle et il faut en profiter tous les jours. Votre blog fait partie de ces petits plaisirs à apprécier. Merci à vous.

  • <span class="author">Le blagueur du blogueur : cri-cri d’amour</span>

    Épilogue………

    Sortie, exit, « dehors les mots ! » : la honte n’est pas de tomber à terre, c’est d’y rester.

    L’exutoire de l’académon française de Lacan était fissuré, lézardé et la bactérie divanesque a tenté de te dépecer ( en espèces SVP ), te décharner ( ton corps incendié par le fluide de ses silences ) et te dénerver ( tes neurones anesthésiés par l’impuissance de tes réactions ).

    Mais il n’y a pas de situations désespérées, il n’y a que des gens qui désespèrent……

    L’Antoinothérapie a été validée par ton auto-analyse qui veut que les fondations et les murs porteurs soient plus solides que les théories lacaniennes « d’un nain con chiant » qui considèrent que ce sont les fantasmes sexuels infantiles et les événements oubliés de l’enfance qui forment le contenu de l’inconscient et sont à l’origine de nos névroses d’adultes.

    Au fond, dans ton expérience, Nietzsche ressuscite quand il écrit que l’homme tend plus vers es penchants que ce vers quoi il penche : toi, l’objet, tu as stimulé les propres fantasmes de ce saltimbanque de l’intelligentsia pseudo freudienne ; il ne guérit pas les autres , il se soigne lui même de son égo qu’il ne maitrise plus mais que son propre inconscient domine.

    Il était ton suzerain intemporel et tu devenais son vassal servile car la servitude rabaisse l’homme jusqu’à s’en faire aimé : sa jouissance pseudo professionnelle a primé ta boussole ponctuelle dans le couloir ou l’escalier.

    Ce fut un viol au dessus d’un nid de gourou quand sa folie devenait conscience et ton humanisme ressortait de l’utopie.

    Non, non et non, je ne peux pas t’aider à dire non mais oui je sais que tu as marqué un essai ; pour le transformer, rien n’est plus puissant qu’une idée dont le temps est venu, celle de Descartes : penser c’est dire NON.

    La fin, vraiment ? Non , car je t’invite pour la troisième mi-temps : « tavernier ! Sors nous ta barrique à paroles ».

    Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l’amour : la certitude.

    A bientôt, peut-être, sans doute, ailleurs, autrement : nous l’aimons tant le temps qui reste……

    Amitiés sincères

  • http://www.le-blog-enfin-moi.com <span class="author">Sylvie, Enfin moi</span>

    Tu m’y a envoyé, quand j’ai stoppé il m’a harcelé comme toi, appels à n’importe quelle heure, injonctions, cris… Je n’ai jamais cédé ! des mois ont passé et à nouveau des appels, cette fois il voulait m’offrir ce fameux livre dédicacé pour moi !!!!
    Je n’y suis jamais allée, après tout il écrit ce qu’il veut… Il devrait surtout être interdit d’excercer, car en plus du reste il a ses jugements de valeurs et ses cris, et ce transfert dans le mauvais sens en ce qui me concerne ….

  • <span class="author">Angelina</span>

    Ne l’avez vous pas attaqué en justice ce monsieur qui oublie allègrement le secret de l’analyse? Car même si votre prénom a été changé, la description qu’il fait de vous, dans un livre qu’il ne vendra quasiment qu’à ses patients Bordelais, est bien trop détaillée pour être honnête. Il semblerait qu’il y ait une réelle volonté de vous nuire pour vous punir de votre abandon…

  • <span class="author">ser</span>

    La haine soulage, écrire répare. L’humilité acquises dans l’humiliation permet d’autres valeurs, Satan s’est montré, mais que de qualités a-t-il générées !
    Aimer le bien, le beau, le douloureux est à la portée de tout être doué d’humanité.
    Aimer le mal pour l’expulser, le tourner pour le valoriser, tout un art réservé aux analysés.
    Dr Mie trouvera peut-être un Première ligne pour le traîner dans la boue, le plaquer, l’humilier et l’empêcher de marquer. Pour mettre un essai, le travail d’équipe est plus approprié, mais un seul peut le transformer, et c’est à bien s’orienter qu’il va y arriver.
    Le transfert est grande misère qui asservit pour servir des désirs inavoués et l’on voit où ça peut mener le joueur, même le plus futé.
    C’est par un acte gratuit que l’analysant fait du mirage du transfert un miracle de l’amour et l’analyste, même le plus chevronné peut céder là où la haine ne le fera pas plier.
    C’est ainsi que Dr Mie est bien mal barré, le démon de midi est très puissant, et c’est plutôt peinée que je le vois parader, en rut et non analysé.
    La religion a aussi ses ratés avec ses prêtres non éduqués dont la souffrance passée doit être soignée. La psychanalyse ne fait pas exception avec ses dégénérés, et pourtant, à vous lire, le Dr Mie a bien travaillé, mais pour parler de succès aurait-il fallu le transformer.
    J’aime la psychanalyse, je ne la conseillerai pas mais j’en ferai un éloge que j’espère éclairé.

  • <span class="author">Julie D.</span>

    Après avoir eu le courage de dire non, j’espère que vous en aurez encore pour le porter en justice. Abus de faiblesse, non respect du secret professionnel, paiements en liquide et non remboursés (sans compter l’argent VOLE car il ne rend pas la monnaie), donc surement fraude fiscale… Il faut aussi penser à ses autres patients…
    Bonne continuation; jamais l’expression « au plaisir de vous lire » n’a eu plus de sens.

  • <span class="author">KOSKA</span>

    MERCI Docteur,
    J’ai aimé votre écriture, vos récits, vos réactions (même si parfois trop raisonnables à mon goût) et surtout, surtout, j’ai découvert que notre inconscient peut être généreux :
    … »-Vous n’aurez pas le reste car c’est votre inconscient qui me paye et votre inconscient vous dit: “il mérite cette somme. »…
    C’est drôle ! mon inconscient me dit souvent le contraire quand je passe à la caisse! …LOL.
    En revanche, son conscient paraît bien organisé , il a son « carré V.I.P » ; 48€ en liquide pour vous, contre 23 remboursés par la Cpam pour certains patients ! Vous l’aurez payée plus cher que d’autres, Docteur, votre « parution » dans sa prose copiée-collée-volée!
    Votre inconscient ne vous dit-t-il pas que, pour cette raison, votre analyse sera plus efficace ? NON ?!

    Ce psy semble être très pointu dans l’exercice de la manipulation et rien n’est pire que d’avoir à faire à un manipulateur à qui, de surcroît, on accorde sa confiance.
    J’espère que de nous avoir donné vos pages à lire aura complété votre thérapie de façon positive.

  • <span class="author">Françoise</span>

    Moi j’aime bien, quand tu ne dis pas nom, gag!!!!!!!!
    Françoise

  • <span class="author">KOSKA</span>

    J’ai pensé à vous Docteur, en lisant cette blague. Ne m’en veuillez pas je n’ai pas résisté à l’envie de vous l’envoyer !
    Ce patient avait-t-il choisi Mister Mie comme psy !…

    ———————–

    Le patient chez le psychiatre : « Docteur, j’ai un problème.
    Tous les soirs, quand je suis au lit, j’ai l’impression qu’il y a quelqu’un caché dessous.
    Alors je me relève pour regarder sous le lit, et là bien sûr il n’y a personne.
    Je me recouche, mais au bout d’un moment je me dis que je n’ai peut-être pas bien regardé. Alors je me relève pour vérifier de nouveau, sans résultat bien entendu.

    Bref, j’ai beau me dire que c’est idiot, je ressens toujours le besoin de m’assurer que personne n’est caché sous le lit.
    Docteur, tout ça me pourrit la vie, pouvez-vous faire quelque chose? »

    Le psychiatre : « Hum… Je vois… obsessionnel-compulsif…
    Comptez quatre ans d’entretiens de psychothérapie, à raison de trois scéances par semaine, et je vous guéris de votre obsession
    Le patient : « Euh… Combien ça va me coûter, Docteur? »
    Le psychiatre : « 100€ par séance ».
    Le patient (déconcerté) : « Euh… je crois que je vais réfléchir… »

    Six mois plus tard, le psychiatre rencontre le type dans la rue, par hasard:
    « Alors ? Pourquoi n’êtes-vous jamais revenu me voir? » demande le psy.
    Le patient : « À 100€ la séance?
    Mon livreur de pizza m’a résolu mon problème pour seulement 5€.
    Le psychiatre (vexé) : « Votre livreur de pizza ! Vraiment?
    Et comment a t- il fait? »
    Le patient : « Il m’a conseillé de scier les pieds de mon lit ! »

  • <span class="author">thiery</span>

    si je savais dire NON aussi !

  • <span class="author">Edouard</span>

    Serment de l’Ordre français des médecins de 1996 :

    « […] Admis dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs.
    […] J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.
    Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré et méprisé si j’y manque. »

    Le docteur Mie peut-il continuer à exercer ?

    Et si une pétition se levait sur internet, comme un véritable tsunami, peut-être lirait-on bientôt dans un quotidien national :

    « Dans sa circulaire, la Ministre de la Santé mentionne l’existence « de risques de graves de troubles à l’ordre privé induits par la pratique du Docteur Mie, pratique attentatoire au respect de la vie privée en violation du serment d’Hippocrate».

    De là, la descente aux enfers du bon docteur Mie !

    Episode 1 : RIS, la police scientifique débarque au cabinet du Dr Mie
    Episode 2 : Edward Snowden, ancien employé de la CIA, révèle que le Dr Mie espionnait ses patients célèbres pour le compte de la National Security Agency (NSA). La révélation de ces abus pourrait avoir l’effet d’un électrochoc dans le milieu psychanalytique français.
    Episode 3 : ….

  • <span class="author">catherine barzotti</span>

    J’avais lu une partie des Maux Dedans et j’avais hâte de lire la suite….comme tout le reste je trouve cela fabuleux…que ce soit ton écriture ou l’enseignement que tu en as tiré. C’est vrai t’es un médecin d’une rare humanité, mais il faut aussi souligner ton incroyable compétence! Merci pour tout Antoine, j’attends le livre avec impatience. On sera là!