22 Fév

C’est parti pour le 51ème salon de l’agriculture et pour le concours général agricole

On connaît le salon de l’agriculture comme étant le rendez-vous des plus belles bêtes à concours, avec 4000 animaux présentés. Mais il y a aussi les vins à l’honneur, avec le concours général agricole qui consacre les meilleurs. Du 22 février au 2 mars à la Porte de Versailles à Paris.

View image on Twitter

François Hollande va passer 7 heures au salon…Il déguste un verre de Savoie accompagné d’un petit morceau de Beaufort…© Jonathan Pasqué 

Tous les vins de France, dans toutes les gammes de prix, sont représentés lors du Concours Général Agricole. Les échantillons sont soumis à l’appréciation d’un jury de spécialistes (sommeliers, œnologues, négociants, producteurs, courtiers…) dont les verdicts sont reconnus pour leur justesse et leur fiabilité.

Les médailles attribuées aux vins lors du CGA constituent en outre un passeport recherché pour l’export.

16 000 échantillons entrent en compétition chaque année lors de présélections organisées localement par les directions départementales des territoires, les Chambres d’agriculture et les syndicats, avant d’accéder à la finale qui se déroule dans le cadre du Salon International de l’Agriculture.

2014cga_produits-vins_medium_245[1]Seulement 50 % des vins sont admis à la finale dont les épreuves sont encadrées par les agents du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

En 2013, plus de 3 000 jurés ont participé aux dégustations pour attribuer les médailles du CGA.

VIDEO. François Hollande inaugure le Salon de l'agriculture

Le Président de la République François Hollande, comme Jacques Chirac, appécie ce rendez-vous incontournable du monde agricole © Francetv Info

Le président est arrivé ce samedi matin à 7 heures au Salon de l’agriculture pour une « visite de travail ». L’accueil par des éleveurs de Dordogne a été chaleureux, toutefois le climat est très compliqué pour le monde agricole, en mal de reconnaissance, et qui subit toujours la pression de la grande distribution (avec une période de déflation et une hausse de la TVA à 20%, les producteurs pourraient une fois de plus être étranglés).

Crise de la filière bovine, prix du lait et question de l’éco-taxe pourraient ressurgir comme thèmes durant sa visite…

Le public est arrivé à partir de 9 heures, 700.000 visiteurs sont attendus d’ici à dimanche prochain pour visiter la plus grande ferme de France, sans oublier sa grande cave.

Salon International de l’Agriculture du 22 février au 2 mars 2014 Paris Expo Porte de Versailles

21 Fév

Même une soft Neknomination ne vaut pas Smartnomination

 Le bar de Bordeaux qui avait été nominé et averti par la préfecture de ne pas faire dans le « déjanté » a maintenu sa « Neknomination party » ce jeudi soir, mais épurée et c’est tant mieux. Rien ne vaut somme toute, une dégustation de grands crus de Bordeaux, de Bourgogne et même d’autres petites perles de vins tranquilles…comme les jeunes !

prog5689769.jpg

Le lever de coude, un sport national mais pas seulement. Attention en Irlande et en Grande-Bretagne, 5 jeunes sont décédés en une semaine. © Michel Vouzelaud France 3 Aquitaine

 Pour aller plus loin, lire les articles sur la Smartnomination:

Smartnomination contre Neknomination

Un bar de Bordeaux nominé par la préfecture…à ne pas inciter à l’alcoolisation folle des jeunes

 Regardez le reportage de Jean-Claude Lacoste et Michel Vouzelaud 

 

« Two Bee or not to be ? »

Y a-t-il du William Shakespeare en elles ? Peut-être ou pas. Emmanuelle Ponsan et Géraldine Bertrand viennent de lancer BEE Bordeaux une nouvelle agence spécialisée dans le « service cousu main » dans le domaine du vin ! « The place to bee… »

ImageProxy[2]BEE Bordeaux « Bordeaux Exclusive Events », nouvelle agence conseil en communication spécialisée Vin et organisation de Wine experiences sur-mesure, créée à l’initiative d’Emmanuelle Ponsan (ex-directrice de la Commanderie du Bontemps de Médoc et des Graves Sauternes et Barsac) et Géraldine Bertrand (ex-directrice de clientèle à l’agence STJOHN’S), deux passionnées de vin et de communication, fait son entrée dans le monde de la communication des grands vins de Bordeaux.

Deux regards, deux missions : Bee Bordeaux propose des stratégies de communication adaptées et organise des séjours d’exception dans le vignoble bordelais. Son expertise lui permet de partager cette connaissance exceptionnelle du monde du vin de Bordeaux, d’ouvrir les propriétés pour mieux transmettre leur incroyable et unique savoir-faire à travers le monde, et d’associer le vin à tous les plaisirs d’un art de vivre exceptionnel : « WINESTYLE ».

* Conseil en communication globale Vin et communication évènementielle Pour les professionnels du vin, conseiller, accompagner les propriétés, la filière du vin dans l’élaboration de leur communication pour renforcer leur visibilité et leur accessibilité.

* Conception et organisation de Wine expériences sur-mesure Pour les amateurs passionnés, proposer des séjours sur-mesure et haute couture, avec un accueil et un accompagnement personnel…Bee Bordeaux ouvre les portes des grandes propriétés et propose des rencontres personnelles et privilégiées avec leurs propriétaires ou leur collaborateurs.

Leur site: bee-bordeaux.com

Leur slogan: « Bee Bordeaux, Bee Happy », et nous, on ne résiste pas à l’envie de leur offrir le clip sur Bordeaux « Happy » !

Happy – We are from Bordeaux – musique de Pharrell Williams.

Un vigneron bientôt en prison pour avoir refusé d’utiliser des pesticides ?

sans-titre
Emmanuel Giboulot, vigneron en Côte d’Or

 

Un vigneron bio bourguignon a été inquiété pour avoir refusé d’utiliser sur ordre de la préfecture des pesticides. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel ce lundi 24 février.

 Il s’appelle Emmanuel Giboulot. Il est viticulteur en Côte d’Or en Bourgogne où il exploite 10 hectares en agriculture biologique et biodynamique depuis plus de 30 ans.

Regardez le reportage de France 3 Bourgogne

 

Son erreur ? Avoir refuser de traiter sa vigne avec un dangereux pesticide par épandage qui détruit les abeilles alors que la préfecture de Côte d’Or avait pris un arrêté pour combattre un insecte qui proliférait. Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 30 000 euros d’amende.

Après avoir été placé en garde à vue, lundi 24, il va devoir répondre de son refus devant le tribunal correctionnel de Dijon.

Ecoutez son témoignage…

 

 

Le combat d’une fille…pour la mémoire de son père

La Bordelaise,Valérie Murat, est invitée ce matin par la radio RFI. Elle veut faire reconnaître le cancer de son père viticulteur, mort à cause de l’arsenic…Elle témoigne dans « Priorité Santé » de 10h à 11h.

James Bernard Murat est mort d’un cancer du poumon à 70 ans. Il épandait  pour traiter ses vignes des produits phytosanitaires contenant de l’arsenic sur son domaine de Pujols (Gironde),  sa famille a décidé d’engager une action en justice.

Le viticulteur est décédé en 2012. Tous les hivers, il utilisait du Mydipiral, le Pyralesca RS et le Pyralesca R. Tous ces produits ont été interdits en 2000. Sa maladie professionnelle pour exposition prolongée à l’arsenic a été reconnue, mais ce n’est pas suffisant pour sa veuve et sa fille elles veulent faire reconnaître la responsabilité de l’arsenic dans sa mort.
 

Regardez les témoignages de Monique et Valerie Murat  recueillis par Cendrine Albo et Dominique Mazères.

20 Fév

« Bien mal acquis ne profite jamais ! »

Un négociant varois peu scrupuleux a vu en une vieille dame de 84 ans « la poule aux oeufs d’or » ! Il a voulu « la plumer » en l’incitant à lui commander des bouteilles de vin pour un montant total de près de 10.000 euros en six mois. Bref un escroc qui faisait une culbute terrible en la poussant à la consommation, il a été mis hors d’état de nuire par la gendarmerie.

Voyant dans cette octogénaire demeurant à Sisteron dans les Alpes-de-Haute-Provence une cible de choix ou encore une proie facile, le marchand de vin, qui l’avait démarchée par téléphone, faisait signer une nouvelle commande à chacune de ses visites, « toutes les deux ou trois semaines », a précisé la même source.

Non content de fournir à sa cliente bien plus que sa consommation, le commerçant de la région de Brignoles faisait payer les bouteilles au prix fort. Pour ces achats en gros, la cliente payait par exemple 36 euros pour un Bordeaux normalement vendu 5,50 euros, selon la gendarmerie. Ben, voyons !

C’est l’auxiliaire de vie de la vieille dame qui a découvert un stock de 180 bouteilles. Aussitôt, elle a dénoncé les faits à la mairie. Interpellé le 14 février par les gendarmes lors d’une de ses tournées, l’escroc présumé sera jugé le 11 septembre devant le tribunal correctionnel de Digne-les-Bains, pour abus de faiblesse ou de l’ignorance d’une personne démarchée. Pour l’heure, les bouteilles  sont encore dans la cave de la pauvre dame.

Source AFP

PS: « shame on you ! »

La Cité des Civilisations du Vin sort de terre !

Rendez-vous avec la Cité des Civilisations du Vin les 3, 4 et 5 mars sur le nouveau salon BORDEAUX VINIPRO, salon dédié uniquement aux vins de Bordeaux et du Sud-Ouest.

Cité des Civilisations et du Vin - BordeauxSous l’impulsion commune des acteurs de la filière vin de Bordeaux et du Sud-Ouest, Bordeaux, première région viticole de France, se dote d’un nouveau salon innovant et connecté, qui s’inscrit parmi les grands rendez-vous des professionnels du vin.

Philippe Massol, directeur de l’association de préfiguration de la Cité des civilisations du vin, présentera ce futur lieu emblématique sur l’Espace forum du salon BORDEAUX-VINIPRO, lundi 03 mars à 14h00. En cours de construction aux Bassins à Flots depuis décembre 2013, la Cité des civilisations du vin offrira un voyage à travers le temps et l’espace à la rencontre des civilisations du vin. Elle sera également une porte d’entrée importante vers le vignoble bordelais.

Un chantier délicat…et en béton pour l’heure

Les conditions météorologiques contrariantes de ces dernières semaines n’entravent pas l’avancée du chantier. Les travaux se poursuivent et avancent à grands pas. Les fondations profondes sont posées, le dallage en béton du rez-de-chaussée est quasiment terminé. On commence à voir nettement les contours au sol de la structure se dessiner !

L’ auditorium prend de la hauteur…

On prend de la hauteur avec la construction des murs de l’auditorium, d’une capacité de 250 places. Il accueillera une programmation variée : conférences, rencontres, arts vivants, projections cinématographiques…

Le coffrage des murs a également commencé…

Le coffrage des murs en béton a commencé sur le chantier. Les deux banches sont posées en face à face, le béton est coulé entre les deux. Une fois le béton pris, le décoffrage peut avoir lieu. A noter que chaque banche est lissée pour obtenir un mur en béton bien net.

© 2014 Cité des civilisations du vin, Crédits photo : Bernard Dubos ; Jean-Bernard Nadeau ; Philippe Caumes ; Florent Fatin ; Marjorie Malletier

La Cité du Vin est un concept de XTU Architects

Et pour en savoir plus sur la Cité des Civilisations du Vin

Lire: Pierre Arditi, Ambassadeur de la Cité des Civilisatins du Vin

Vinexpo Asia-Pacific 2014, vers un nombre record d’exposants et de visiteurs

Pendant trois jours, les 27, 28 et 29 mai prochains au Hong Kong Convention & Exhibition Centre, Vinexpo Asia-Pacific sera la vitrine des professionnels du vin et des spiritueux en Asie.

Lors de sa dernière édition en 2012, le nombre d’exposants avait franchi la barre symbolique du millier. En 2014, l’engouement des exposants pour le salon semble confirmé : plus de 1300 entreprises devraient exposer cette année.

Pour satisfaire cette demande croissante, le salon Vinexpo Asia-Pacific augmente sa taille de 50% pour s’étendre sur les 2 halls du Hong Kong Convention and Exhibition Centre, avec déjà 92% des espaces commercialisés à ce jour.

Plus de 20 pays producteurs y seront représentés, de la France à l’Italie ou l’Espagne aux pays du “Nouveau Monde” en passant par des producteurs de vins et spiritueux d’Australie, Afrique du Sud, Etats-Unis, Japon, Nouvelle-Zélande ou du Mexique.

Cette forte concentration de marques et d’exposants prestigieux attirera plus de 18 000 décideurs, un  chiffre en croissance comparé aux 15 000 visiteurs enregistrés en 2012, tous distributeurs, importateurs ou grands acheteurs issus des secteurs de la grande distribution ou du travel retail.

Source Vinexpo

Des caisses de plus en plus intelligentes…

C’est une première mondiale. Elle nous vient du vignoble bourguignon. Un système qualifié de « caisses intelligentes » sécurise le transport et le stockage des vins.

La nouvelle caisse intelligente © infochalon.com

C’est Laurent Ponsot, vigneron à Morey-Saint-Denis, qui a imaginé ce procédé. Un procédé développé par la société E-Provenance.

Chaque caisse de vin est équipée d’un capteur qui enregistre la température et l’humidité toutes les 4 heures. Muni d’un smartphone, le client peut, à tout moment et sans ouvrir la caisse, obtenir un historique sur son transport et ses conditions de stockage depuis le départ du domaine. Le système calcule l’impact des conditions de température sur la qualité des vins et fournit un score interprétant les éventuelles dégradations.

La durée de vie du capteur est garantie 15 ans. Autre avantage, le producteur ou distributeur peut identifier le client (avec son accord) et localiser le lot.

Source: infochalon.com

19 Fév

Crash d’hélicoptère au château de la Rivière: l’ADN est confirmé, il s’agit bien du corps du milliardaire chinois Lam Kok

Le corps découvert vendredi à Saint-André-de-Cubzac en Gironde est bien celui du milliardaire chinois. Les analyses ADN viennent de tomber. L’IRCGN confirme qu’il s’agit de Lam Kok, qui avait acheté le Château de la Rivière. Il avait disparu dans le crash d’hélicoptère le 20 décembre à Lugon-et-l’Ile-du-Carnay, où au total 4 personnes avaient péri. Les recherches auront duré près de 2 mois.

Lam Kok et son épouse au moment de l’achat du château de la Rivière derrière eux

Un corps a été retrouvé vendredi par des chasseurs, dans des marais, à 6-7 mètres des berges de la Dordogne. Les fortes marées avaient poussé ce corps au-delà du lit de la rivière.

recherches_matin_1.jpg

Plus de 100 pompiers et gendarmes ont participé aux premières recherches. Des recherches, allégées par la suite, qui auront duré 2 mois © JPS

Dès vendredi, les gendarmes laissaient entendre que des éléments pouvaient correspondre avec la disparition de Lam Kok: le corps était très endommagé, il aurait séjourné plusieurs semaines dans l’eau, plus d’un mois. Considérant que le crash de l’hélicoptère que pilotait James Grégoire, l’ancien propriétaire du château de la Rivière, s’est passé le 20 décembre, il y avait de fortes présomptions.

Deuxième jour de recherches sur la Dordogne pour retrouver les trois disparus © S.Estève pour F3 Aquitaine

2 hélicoptères et 3 sonars avaient été déployés pour les recherches le soir du drame et les premiers jours

Le corps du fils de Lam Kok avait été extrait de la carcasse de l’hélicoptère le soir même du drame le 20 décembre à Lugon-et-l’Ile-du-Carnay.

Peng Wang, directeur France du groupe Brillant, a été retrouvé le 11 janvier dans la Dordogne à Saint-Vincent-de-Paul, et James Grégoire, l’ancien propriétaire du château de la Rivière, fin janvier à Saint-Loubès.

20131221_103452.jpg

L’amabassade de Chine était présente le lendemain du drame sur les bords de la Dordogne © JPS

La famille, ainsi que les autorités chinoises, attendaient depuis 2 mois ce dénouement. Des représentants de l’ambassade de Chine s’étaient déplacés le samedi 21 janvier, au lendemain du drame.

Il s’agissait en effet d’une personnalité très influente en Chine, propriétaire d’une entreprise de thés (des thés de la région de Pu’Er) et d’hôtels de luxe, qui employait 3 000 personnes.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Didier Bonnet sur les recherches le soir et le lendemain du drame

 

 

RSS