11 Juil

A cause du gel à Bordeaux, le CIVB prévoit 20% d’économies budgétaires

Il fallait s’y attendre, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux l’a confirmé hier. Le gel qui a touché 80 % du vignoble bordelais à des degrés divers va se traduire par une récolte réduite de 35 à 50%. Dès lors, les effets se feront ressentir sur 2018 et 2019. Allan Sichel a annoncé hier des tailles bugétaires : des économies de l’ordre de 20%.

Les dégâts du gel dans le blayais © Jean-Pierre Stahl

Les dégâts du gel dans le blayais © Jean-Pierre Stahl

Hier, lors de l’assemblée générale du CIVB, Allan Sichel est revenu sur l’épisode de gel qui a frappé lourdement fin avril tout le vignoble bordelais et dont les stigmates sont encore bien visibles comme Côté Châteaux vous le montrait 2 mois après à Saint-Emilion. « Sur les parcelles gelées, les sorties de contre bourgeons sont très variables d’une parcelle à l’autre. Les vignes épargnées par le gel, quant à elles, ont un fonctionnement normal et nous bénéficions actuellement de bonnes conditions climatiques. A ce jour, nous n’avons pas d’inquiétude sur la qualité du millésime 2017″, commentait Allan Sichel en préliminaire.

Toutefois, il faut se rendre à l’évidence : « nous pensons que la perte de récolte sera significative, mais il convient d’attendre la fin de l’année pour la déterminer avec exactitude. Il est encore difficile de faire une estimation précise des volumes que nous produirons en 2017″. 

Allan Sichel

Allan Sichel, le président du CIVB © JPS

Les effets économiques se feront toutefois lourdement ressentir sur toute la filière en 2018 et 2019. Au CIVB, nous devons dès à présent faire d’importantes économies budgétaires. Nous sommes conduits à réduire nos actions pour réaliser des économies de l’ordre de 20 %, » Allan Sichel président du CIVB.

Cette mesure drastique est quasi historique, cela fait bien longtemps que de telles difficultés ne s’étaient faites ressentir, hormis sur le millésime 2013, très faible en quantité qui, aussi avait impacté durablement les marchés.

Vivant de cotisations versées par les négociants et les viticulteurs, le CIVB dont le but essentiel est de promouvoir les Vins de Bordeaux et de les actions de la filière viti-vinicole en France et à l’étranger, va toutefois continuer à se retrousser les manches : « Nous avons décidé de préserver les actions de long terme, en privilégiant notamment l’image des vins de Bordeaux sur les actions marketing et la recherche sur les actions techniques. Nous irons chercher des financements au-delà de nos ressources propres, mais les conséquences sur nos dépenses marketing seront inévitables » concluait Allan Sichel sur cette partie consacrée au gel à Bordeaux.

08 Juin

Alerte aux orages, averses, vents violents et chute de grêle sur la Gironde

Amis viticulteurs, attention car Météo France vient de placer le département de la Gironde en alerte de niveau orange pour des phénomènes d’orages. Cette alerte est valable ce jour entre 19h et 23h. En espérant que ce ne soit qu’une alerte sans conséquences comme la dernière fois, mais on ne sait jamais…

QGFR17_LFPW_ (3)

« Ces orages pourraient s’accompagner de fortes averses, de chutes de grêle et de rafales de vents pouvant atteindre de manière localisée et ponctuelle 100 à 120 km/h et jusqu’à 130km/h sur le littoral.

Ils sont susceptibles de provoquer localement des dégâts importants, notamment sur l’habitat léger et les installations provisoires. Des inondations de caves et points bas peuvent également se produire ainsi que des départs de feu en forêt suite à des impacts de foudre.

Le préfet appelle chacun à la plus grande vigilance, en particulier en adaptant le comportement sur les trajets routiers ».

Avec Météo France et Préfecture de la Gironde.

23 Mai

Alain Rousset annonce une aide de 3 millions d’euros aux vignerons et arboriculteurs victimes du gel

En visite ce lundi au salon de l’agriculture de Bordeaux, le Président de Région de la Nouvelle-Aquitaine a annoncé venir en aide notamment aux viticulteurs victimes du gel, il y a quasiment un mois.

A Laruscade, 90% touchés ici © JPS

A Laruscade, 90% touchés ici © JPS

C’est une aide substantielle qui vient à point nommer pour aider les structures les plus fragilisées à passer ce mauvais cap, même si l’enveloppe n’est pas énorme au regard de plus de la moitié du vignoble touché sérieusement.

« Certains n’ont pas été touchés, beaucoup l’ont été. Certains viticulteurs vont avoir des difficultés pour passer l’année 2017 et l’année 2018. Donc on aura à inventer, peut-être sous forme de garantie pour les viticulteurs qui sont le plus en crise, des relais de trésorerie, on est en train de travailler là-dessus, » commente Alain Rousset interviewé par mes confrères Catherine Bouvet et Nicolas Pressigout de France 3 Aquitaine.

Le Département à son tour devrait débloquer une aide, comme l’avait annoncé Jean-Luc Gleyze, au sur-lendemain de la terrible gelée du 27 avril dans le Blayais. Reste à savoir quelle va être l’aide de l’Etat, le président Macron s’était dit touché durant la campagne…Les viticulteurs, pour certains non assurés et les autres qui malgré tout ne vont pas forcément bien s’y retrouver, apprécieraient un geste du Président Macron.

05 Mai

#Gel à Bordeaux : des pertes considérables pour le vignoble estimées entre 1 et 1,5 milliards d’euros

C’est aujourd’hui que doit se tenir une réunion de crise, pour faire un point sur la situation du vignoble touché par le gel à Bordeaux. Ce gel pourrait avoir « un impact de 40 à 60 % sur la récolte » selon Bernard Farges, vice-président du CIVB. En valeur, ce sera plus d’1 milliard de pertes, voire 1 milliard et demi.

A Laruscade, 90% touchés ici © JPS

A Laruscade, 90% touchés ici © JPS

Ce qui s’est passé, on ne peut le minimiser, c’est « très grave », « plus de 60 à 70% du vignoble atteint à des degrés divers, dont pas mal à 90 et 100% » commente Bernard Farges, vice-président du CIVB. C’est donc une épreuve qui s’annonce pour toute une filière à Bordeaux, et même si on se dit souvent, ça va aller, ça va aussi être super dur pour certains.

Pour Olivier Bernard, de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de grands châteaux en Pessac-Léognan ont sérieusement été impactés comme Fieuzal, de France, Léognan, de Sartre, parfois à 80-100% ; sur les 110 hectares qu’il gère en Pessac-Léognan 45 ha ont été bien touchés. « Bon c’est la vie d’agriculteur, philosophe-t-il, « mais le passé a montré sur des épisodes de gel, que les surprises vont toujours dans le mauvais sens ».

« Les appellations des Graves et de Pessac-Léognan ont été très touchées, dans le Médoc c’est très localisé à Moulis et Listrac, plutôt proche de la forêt que de la Garonne, Saint-Emilion et Pomerol bien touché aussi (le plateau est plusou moins épargné mais dans les sables on a gelé à 80%), Saint-Emilion est très marqué en bas des coteaux ».

C’est sans aucun doute la gelée la plus meurtrière depuis 1991″, Olivier Bernard président de l’Unions des Grands Crus de Bordeaux.

« Heureusement 2017 est arrivée après deux belles années en 2015 et 2016, et puis qualitativement rien n’est perdu sur 2017; pour la suite, on a déjà donné, pas la peine de remettre un nouveau coup de pression ! »

Quant à chiffrer les pertes, c’est difficile, toutefois Bernard Farges se réfère aux 3,8 milliards que dégage la filière, il y aura sans doute plus d’un milliard, voire 1 milliard et demi. Derrière ces chiffres globaux, il y a surtout des viticulteurs amputés de 80%; selon que l’on a ou pas du stock, que l’on est nouvellement installé ou pas, selon les investissements, les choses seront plus rapides pour certains que pour d’autres. »

En espérant que la plupart de nos amis vignerons réussissent à passer cette douloureuse épreuve.

04 Mai

La presse étrangère souligne « le plus dur épisode de gel de ce quart de siècle »

Pour le Wine Spectator « bon nombre de régions viticoles françaises ont subi le pire épisode de gel jamais connu » , Decanter parle d’un « jeudi noir » à Bordeaux qui va affecter la campagne des primeurs 2016.

WINESPECTATOR

Lire l’article du Wine Spectator par James Molesworth et Suzan Mustatich

CaptureLire l’article de Decanter par Jane Anson 

decanterLire l’article de Yohan Castaing – Photo de Jean-Bernard Nadeau

03 Mai

Conséquences du #gel : moins de main d’oeuvre actuellement dans les vignes du bordelais

Première conséquence directe, les châteaux sévèrement touchés par le gel ont appelé les prestataires de service pour leur dire de ne pas venir pour le moment. De nombreux ouvriers viticoles appelés habituellement pour l’épamprage vont devoir attendre. Pourtant, il va y avoir du travail dès que la vigne va repousser…

Quelques ouvriers viticoles ce jours dans les vignes de Saint-Emilion, employés par Banton et Lauret © JPS

Quelques ouvriers viticoles ce jours dans les vignes de Saint-Emilion, employés par Banton et Lauret © JPS

UNE VOILURE REDUITE CHEZ LES PRESTATAIRES

« Aujourd’hui, on n’a pas la capacité d’employer tous les gens qu’on emploie habituellement » commente Benjamin Banton, gérant de la plus grosse entreprise prestataire de services pour les châteaux, avec 182 employés en CDI. – Banton & Lauret à Vignonet, non loin de Saint-Emilion.

Benjamin Banton, gérant du plus grand prestataire de travaux viticoles à Vignonet © JPS

Benjamin Banton, gérant du plus grand prestataire de travaux viticoles à Vignonet © JPS

On a entre 600 et 800 pendant cette période, et là sur le mois de mai, on va tourner entre 50 et 80 personnes », Benjamin Banton de Banton & Lauret.

Danny, chef d'équipe chez Banton et Lauret © JPS

Danny, chef d’équipe chez Banton et Lauret © JPS

Et d’ajouter : »Aujourd’hui, on a beaucoup de clients qui nous disent on avait prévu de faire les travaux avec vous, mais ne venez pas pour l’instant, ce n’est pas la peine… » Fort heureusement, tous les châteaux n’ont pas été touchés, il y a donc quelques travaux d’épamprage et de dédoublage dans la vigne épargnée, que l’on peut apercevoir, comme une note d’espoir et de nature qui va aussi reprendre ses droits.

A gauche une branche fructifère pas impactée, à droite un peu touchée par le gel © JPS

A gauche une branche fructifère pas impactée, à droite un peu touchée par le gel © JPS

« LES TRAVAILLEURS DES VIGNES, LES PREMIERES VICTIMES » 

Marilys Bibeyran, ouvrière viticole, se désole en voyant l’immensité des parcelles touchées par le gel :

Les travailleurs des vignes sont les premières victimes du gel. La passion et la douleur chevillées au corps, c’est le fruit de leur labeur qu’ils ont vu disparaître. « 

Pour Marie-Lys Bibeyran

Pour Marie-Lys Bibeyran : « Les travailleurs des vignes sont les premières victimes du gel » © JPS.

Et de dénoncer l’attitude de certains châteaux du bordelais qui pour l’heure donnent moins de travail ou prévoient moins de primes :

« je pense que c’est une solution de facilité d’amputer d’ores et déjà les travailleurs ou de leurs revenus -en les mettant au chômage technique- ou de leurs primes, primes saisonnières et primes de vendanges, il y a déjà des domaines viticoles qui ont averti leurs personnels que ces suppléments de salaires seraient déjà supprimé au moins pour l’année à venir, voire pour l’année prochaine ».

Une fois passé le cap des 15 prochains jours, et d’un mois de mai difficile, la vigne devrait repousser en buisson, et donner quelques grappes, mais de là à connaître exactement sa réaction : « personne n’est capable de dire, si on va avoir du raisin », ajoute Benjamin Banton. A l’été, il y aura sans doute des travaux d’effeuillage et de vendanges « en vert », normaux pour les vignes non touchées, mais très réduits pour les vignes impactées car les domaines ne vont certainement pas faire tomber le peu de grappes qui viendront à repousser.

A suivre…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Nicolas Pressigout sur les conséquences sur les sous-traitants :

Gel à Bordeaux : la Chambre d’Agriculture considère que plus de la moitié du vignoble a été sévèrement touché.

La Chambre d’Agriculture de la Gironde et ses équipes de terrain sont fortement mobilisées depuis les épisodes de gel à recenser les parcelles touchées et venir en aide aux viticulteurs. Ce mercredi, ils sont une fois de plus sur le terrain et ils ont mis en place un numéro d’appel pour toute question des viticulteurs.

Les dégâts du gel dans le blayais © Jean-Pierre Stahl

Les dégâts du gel dans le blayais © Jean-Pierre Stahl

> Accompagner les viticulteurs

Une mission d’évaluation se rendra demain, mercredi, sur le terrain.

Une réunion de crise se tiendra, vendredi 5 mai, à la Chambre d’Agriculture, avec tous les acteurs concernés afin de dresser un bilan plus complet des dégâts et appréhender les mesures à mettre en œuvre pour venir en aide aux viticulteurs et agriculteurs.

La Chambre d’Agriculture invite les agriculteurs du département à déclarer les dégâts subis directement en lignesur www.gironde.chambagri.fr afin d’évaluer de façon précise l’étendue du sinistre. Un numéro d’appel a également été ouvert pour répondre à leurs questions : 0800 002 220 (coût d’un appel local).

> Un premier bilan

  • Médoc : la moitié des surfaces est touchée de façon significative. Les zones intérieures sont très touchées alors que les parcelles de bord de Gironde ont été plus épargnées. Le Sud Médoc est tout particulièrement atteint ; sur de nombreuses zones, les dégâts atteignent les 80 voire 100%.
  • Haute-Gironde (Bourg-Blaye) : ces secteurs, cumulant les dégâts dus aux 2 épisodes successifs, sont particulièrement atteints.
  • Libournais : sur l’ensemble de la zone, nombre de parcelles sont touchées de 80 à 100%. Les zones situées autour des communes de Montagne et Saint-Christophe des Bardes ont cependant été épargnées.
  • Entre-Deux-Mers : de gros dégâts sont à déplorer dans la plaine de la Dordogne et de nombreuses parcelles sont très touchées dans l’ensemble de l’Entre-Deux-Mers.
  • Graves-Sauternais : de nombreuses parcelles sont détruites dans le Sauternais. Dans le reste de la vallée de la Garonne, un grand nombre est atteint à plus de 50%. Pour la plupart, la totalité de la récolte est perdue.

Avec chambre d’agriculture.

02 Mai

Bordeaux panse ses plaies : paroles de vignerons touchés par le gel

4 jours après les épisodes de gel à Bordeaux, Côté Châteaux a rencontré les vignerons des appellations de Blaye-Côtes de Bordeaux et de Fronsac Canon-Fronsac, deux appellations pas mal touchées, comme d’autres, par le gel. Tour d’horizon et notes d’espoirs.

Freddy et Benoît Latouche du château Camille Gaucheraud © Jean-Pierre Stahl

Freddy et Benoît Latouche du château Camille Gaucheraud © Jean-Pierre Stahl

Tout n’est pas rose en ce moment chez nos amis viticulteurs, surtout chez ceux qui en quelques jours ont vu leurs parcelles passer du vert au marron.C’est en effet quelques paysages de désolation, quasi-lunaires, qui s’offrent à vous quand vous sillonnez les différentes appellations de Bordeaux. Mais pour être tout-à-fait juste, vous alternez souvent de zones très vertes, vertes, ou encore moyennement vertes à des zones souvent marrons ou même grises, comme si l’automne était déjà là.

A Saint-Vivien-de-Blaye, au château des Graves, 80 à 90 % des vignes ont gelé © JPS

A Saint-Vivien-de-Blaye, au château des Graves, 80 à 90 % des vignes ont gelé © JPS

A Saint-Vivien de Blaye, au château les Graves, Jean-Pierre Pauvif est l’un des viticulteurs les plus durement touchés avec 80 à 90 % impactés par le gel, cela s’est passé en 3 matinées pour lui, et malheureusement il n’est pas assuré :

Sur 18 hectares, il reste 2 hectares intacts, le reste est touché entre 80 et 100 % », Jean-Pierre Pauvif vigneron en Blaye – Côtes de Bordeaux.

Michaël Rouyer, directeur du syndicat de Blaye et Jean-Pierre Paivif du château des Graves © JPS

Michaël Rouyer, directeur du syndicat de Blaye et Jean-Pierre Paivif du château des Graves © JPS

« Le vin, il n’est pas là, la récolte 2017 elle ne sera pas là, on est sur une propriété qui a gelé ici à 80 % », commente Michaël Rouyer, directeur du syndicat viticole de Blaye en Côtes de Bordeaux.; « c’est dramatique, on est très inquiet et on va tout faire, nous inter-profession et syndicats viticoles, pour soutenir nos vignerons. »

Sur les 430 vignerons de l’appellations, 50 ont fait la démarche de se signaler gelés au syndicat, mais ces chiffres ne sont pas définitifs, c’est surtout la chambre d’agriculture qui est chargée de remonter ces informations qui seront transmises au CIVB d’ici vendredi pour l’ensemble des 60 appellations de Bordeaux.

Dans les Côtes de Bordeaux, Stéphane Héraud confirme que 50 à 80 % des surfaces des 5 appellations sont touchées par le gel.

A Laruscade, 90% touchés ici © JPS

A Laruscade, 90% touchés ici au château Camille Gaucheraud © JPS

A Laruscade, au château Camille Gaucheraud, c’est le même topo, 90 % ont été gelé à cause des ces -3,1°C enregistrés jeudi au petit matin. Les frères Latouche, Benoît et Freddy, avaient eux pris une assurance en cas de coup dur. Celui-ci est arrivé la semaine dernière, ils nous montrent l’impact sur le raisin dont les grappes étaient déjà en formation (à l’état de mini-grappes bien sûr). Comme tous ces vignerons, ils espèrent une repousse et que la nature reprenne ses droits, même s’ils savent qu’ils ne pourront compter que sur très très peu de volume.

« Normalement cela doit tomber tout seul, ça a déjà commencé, cela doit tomber tout seul » affirme Freddy Latouche, et son frère, Benoït, d’ajouter : « on va laisser faire la nature, on pourrait faire passer des gens, mais cela a un coup supplémentaire, vu ce qui nous arrive. »

Xavier Buffo constate les dégâts sur les jeunes plants de blancs du château de la Rivière © JPS

Xavier Buffo constate les dégâts sur les jeunes plants de blancs du château de la Rivière © JPS

En AOC Fronsac, si les coteaux du châteaux de la Rivière ont été épargnés, les 2 hectares de jeunes plants de blancs en contrebas ont été meurtris comme le constate Xavier Buffo, directeur général du château de la Rivière:

IMG_4919

« On avait laissé deux bourgeons qui auraient fait la prochaine latte, ces bourgeons visiblement sont morts, et il faudra espérer que le pied, probablement reparte de la base, on aura perdu une année, Xavier Buffo du château la Rivière »

Benoît Manuel Trocard devant ses vignes éprouvées par le gel : allez ça va repartir © JPS

Benoît Manuel Trocard devant ses vignes éprouvées par le gel : allez ça va repartir © JPS

Ce sont ainsi 80 % des surfaces à Bordeaux qui ont été plus ou moins touchées (de 5% à 100%), ce qui en fait le plus gros épisode de gel depuis 1991; Benoît Manuel Trocard, qui gère château Couraze pour un groupe danois a vu les 95 % de ces 2 hectares de vignes gelés. Il espère malgré tout pouvoir faire 10-15 hectos si la nature est généreuse.

Je savais pertinemment que cela pouvait nous arriver tot ou tard, mon père a eu le gel de 91, il le connaît bien, il a mis 2 ou 3 ans pour s’en remettre, mais à Bordeaux on s’en est toujours remis. » Benoît-Manuel Trocard  château Couraze.

Le château Camille

Le château Camille Gaucheraud a fort heureusement un peu de stock et de la réserve Ÿ JPS

Certains vignerons vont pouvoir passer ce mauvais cap, d’autres non. Ceux qui avaient un peu de stock avec les 2015, 2016 voire encore du 2010 comme me l’explique Benoît Latouche vont pouvoir continuer à fournir du vin à leurs clients car c’est tout l’enjeu de conserver des marchés acquis parfois après plusieurs années de démarchage. Il y a aussi la réserve qu’ils ont pu se constituer les années fastes comme en 2015 ou 2016, c’est le surplus autorisé au-dessus du quota établi par le cahier des charges de l’appellation, une réserve qu’il est possible d’utiliser en cas d’année noire comme avec ces événements climatiques : « si la nature a été généreuse, si on a eu 5 hectos de plus (par rapport aux 52 du cahier des charges), on peut les mettre en réserve, et aujourd’hui on est content par rapport à ce coup dur qui vient de nous arriver de dire : c’est déjà ça de vin qu’on va pouvoir vendre. »

Et comme pour exorciser ce malheur ou garder le moral, Nicolas Pons à Lignan-de-Bordeaux a posté sur facebook sa chanson « ma vigne est folle mais j’en suis fou » histoire de traduire la pensée de tous ses confrères : la vigne on l’aime…malgré tout.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Thierry Julien, Boris Chague et Thierry Culnaert: 

Vignoble de Bordeaux : 80% des surfaces ont été touchées par le gel

C’est une semaine cruciale qui s’annonce à Bordeaux, celle du bilan suite aux remontées d’informations. Selon les premières estimations, 80% des surfaces ont été plus ou moins impactées. Certaines plus que d’autres. En volume, la production pourrait être de -35 à -40% sur le millésime 2017.

Jeudi matin une vague de gel intense a considérablement meurti le vignoble à Bordeaux, comme ici à Moulon © S Tuscq Mounet

Jeudi matin une vague de gel intense a considérablement meurti le vignoble à Bordeaux, comme ici à Moulon © S Tuscq Mounet

C’est du jamais vu, depuis 1991. 80 % des plus de 110 000  hectares de vignes à Bordeaux ont été touchés à des degrés divers. Il s’agit là sans doute de l’épisode le plus intense de ces 30 dernières années.

D’après Hervé Grandeau, le président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux :« 80 % des surfaces ont été touchées, plus ou moins, difficile de donner une estimation de la récolte à venir », et comment la deuxième pousse va pouvoir se faire, si elle peut.

Les secteurs les plus touchés ont été Blaye et Bourg, Castillon et Saint-Emilion, Lalande-de-Pomerol, Listrac, une partie des Bordeaux et Bordeaux Sup le long de la Dordogne, impactés à plus de 75%.

Les remontées d’informations sont en cours sous l’égide de la Chambre d’Agriculture, le CIVB aura ce vendredi une réunion de crise à ce sujet, selon Christophe Château du CIVB. Quant aux volumes, Bordeaux produira sans doute une peu plus que la moitié de sa production habituelle, il va falloir voir comment cela repousse, ou autrement dit « au doigt mouillé 35 à 40 % de volume en moins ».

01 Mai

Nicolas Pons, le vigneron qui chante aux pieds de ses vignes gelées : « un moyen pour exorciser le malheur qui s’est posé sur les vignerons de la France entière »

A la tête du Domaine de Sentout, Nicolas Pons a été gelé à 100% à Lignan-de-Bordeaux. Comme pour combattre ce terrible malheur il a ressorti « elle te serre », une chanson dédiée a sa vigne, composée il y a 3 ans, et qui sonne fort juste.

"Elle te serre" par © Nicolas Pons du Domaine de Sentout à Lignan-de-Bordeaux

« Elle te serre » par © Nicolas Pons du Domaine de Sentout à Lignan-de-Bordeaux

D’emblée Nicolas Pons me dresse l’état des lieux de son vignoble : « nous, on a été gelé à 100%. On est sur un plateau en haut de Lignan-de-Bordeaux, et tout est brûlé à 100 %, donc malheureusement, on ne va pas avoir de vin cette année ».

Instant de dégustation au © Domaine de Sentout avec et Nicolas Pons

Instant de dégustation au © Domaine de Sentout avec Karina et Nicolas Pons

« Pour moi, c’est la première fois, mon père avait été gelé en 1991 aussi à 100%, mais pour moi c’est la 1ère fois en tant que vinificateur., et de cette ampleur-là. Dans le Bordelais, on aura un bilan définitif en milieu de semaine prochaine, mais pour moi c’est fini c’est 100%. J’avais une assurance, je pense qu’il ne devrait pas y avoir de problème pour la reconnaissance des dégâts. »

Une pensée à tous les vignerons et vigneronnes touchés par le gel, et qui traversent un moment difficile… comme nous. Heureusement qu’il y a la musique, pour aider le vigneron à surmonter sa tristesse… », Katarina et Nicolas Pons.

Pourquoi cette chanson dans les vignes Nicolas ?  » En fait, j’ai toujours été musicien, et donc c’est un moyen d’exorciser le malheur qui s’est posé sur nous vignerons, et dans la France entière. « Elle te serre », je l’avais composée il y a 3 ans déjà pour d’autres aléas, c’était l’occasion de la partager avec d’autres vignerons touchés. »

Une chanson qui a touché le coeur de Côté Châteaux qui souhaitait aussi vous la partager : « elle te serre » par © Nicolas Pons : à voir sur facebook   « ma vigne est folle, elle me rend fou, ma vigne est folle, et j’en suis fou…là je m’ affole, je suis à bout, c’est mon idole, malgré tout » et dont voici la version originale :