21 Fév

Jussiê : une reconversion réussie dans le vin pour l’ancien joueur des Girondins

L’ex-joueur des Girondins est à la tête d’une société d’exportations de vins de Bourgogne et de Bordeaux à destination du marché sud-américain. Une reconversion réussie pour celui qui fut une star du ballon rond, notamment aux Girondins de Bordeaux.

Jussiê dans le chai du château des Annereaux © F3 Aquitaine Bertrand Joucla-Parker

Jussiê dans le chai du château des Annereaux © France 3 Aquitaine Bertrand Joucla-Parker

Quand l’attaque en bouche remplace celle sur le gazon, quand le milieu de bouche rejoint le milieu de terrain, c’est que Jussiê n’est pas loin.

« Moi, je ne crache pas, c’est le genre de vin, personnellement je conseille de ne pas cracher », plaisante ce grand joueur, originaire du Brésil, en dégustant;  Jussiê a l’air dans son élément, comme il le fut sous les couleurs « marine et blanc. »

L’ex statutaire du scapulaire s’est trouvé un nouveau sanctuaire, avec son sympathique accent il ne pouvait pas en être autrement que cette nouvelle destinée dans des chais.

« J’ai rencontré Jussiê à un salon à Paris et j’ai vu un grand professionnel qui est venu déguster et qui a su déguster, parce que tout le monde ne sait pas déguster et j’ai senti un fort intérêt de sa part », commente Benjamin Hessel du château des Annereaux à Lalande-dePomerol.

Ce que je fais aujourd’hui, cela va devenir mon quotidien, de venir déguster et visiter les domaines. En tout cas , j’espère durer dans ce milieu aussi longtemps que le foot », Jussiê

Il y a trois semaines, le Brésilien a officiellement mis fin à sa carrière de footballeur professionnel. Une page se tourne, une nouvelle histoire s’écrit.

bbb

Benjamin Hessel du château des Annereaux avec Jussiê © France 3 Aquitaine Bertrand Joucla-Parker

S’il est resté à Bordeaux, ce n’est pas seulement pour faire du commerce de vin, c’est aussi parce qu’il est tombé sous le charme de cette ville, ayant acquis la nationalité française et ayant connu ses plus grands succès durant 10 ans sous le maillot des Girondins de Bordeaux.

Il collectionne ainsi un titre de Champion de France (2009), il a décroché aussi avec ses coéquipiers 2 Coupes de la Ligue (2007-2009) et une Coupe de France (2013).

« Pour moi, l’histoire avec les Girondins, ce sont les titres et les moments clés comme le titre de Champions à Caen, mais il y a aussi les joueurs et les gens qui ont travaillé et travaillent toujours dans le club. Ca aussi c’est très important parce que j’ai apssé 10 ans à cotoyer ces gens-là tous les jours et c’est simple : ils sont devenus ma deuxième famille. »

Et le champion d’entonner le chant des supporters qui durant toutes ces années l’ont encouragé dans les tribunes : « nous sommes les Bordelais…et ouais, c’était Bordeaux ça ! »

Bonne chance à Jussiê sous ses nouvelles couleurs : rouge, rubis, grenat…(tiens comme la couleur du FC Metz)

Avec Nicolas Morin, Bertrand Joucla-Parker, regardez leur reportage réalisé avec Emilie Jeannot :


29 Jan

#Allezlesbleus ! Tutiac sort l’artillerie lourde pour la finale du Mondial de Handball

Des crêpes tricolores contre l’omelette norvégienne… Qui va manger l’autre ? Les Vignerons de Tutiac n’en démordent pas, ce sont les Français la « perle » du handball mondial, et la sélection façon Tutiac va s’imposer ! 33 comme la Gironde à 26 !

Quelques forces pour soutenir les Français © Vignerons de Tutiac

Quelques forces pour soutenir les Français © Vignerons de Tutiac

A l’heure de la finale de Mondial de Handball, pas question de se laisser aller. Les Vignerons de Tutiac ont une fois de plus décidé de soutenir les Experts devant la grande équipe de Norvège.

On croise les doigts pour les bleus et pour une sixième étoile de champions du monde !

Et les Experts, menés au début du match, ont su se ressaisir et imposer leur jeu, ils l’ont emporté avec 7 points d’avance : 33à 26 !

10 Jan

Au château Poupille, Philippe Carille valorise ses sarments de vigne en bois de chauffage

En voilà une idée qu’elle est bonne ! Ce vigneron de Sainte-Colombe en Gironde s’est réveillé un beau jour en se disant qu’il était stupide de continuer à brûler les bois de la vigne sans les valoriser énergétiquement. Dans une démarche de développement durable, il a inventé un circuit court qui lui permet de chauffer ses chais et son habitation toute l’année.

Philippe Carille, le propriétaire du château Poupille, a eu une idée de génie © JPS

Philippe Carille, le propriétaire du château Poupille, a eu une idée de génie © JPS

Devenir autonome énergétiquement, Philippe Carille en a fait le « sarment » ! Ce vigneron à la tête du château Poupille, 33 hectares en Castillon – Côtes de Bordeaux en a eu l’idée voilà 8 ans, à force de voir chaque année ses sarments partir en fumée…

Des sarments dont la qualité calorifuge est prouvée © JPS

Des sarments dont la qualité calorifuge est prouvée © JPS

Traditionnellement, chez nous les sarments étaient brûlés en totalité, et il y a 8 ans environ, je suis parti du principe quitte à les brûler, autant que ce soit pour quelque chose, donc je me suis retrouvé à utiliser 100% de nos sarments pour un système de chaufferie automatisée » Philippe Carille.

sarments 347Il faut dire qu’il a plutôt pas mal de bois de vigne à récupérer avec 33 hectares de vigne en production. Ce sont ainsi 1,2 à 3 tonnes de bois qui sont réutilisables, récupérables par hectare, après la taille en guyot simple, parfois en cordon de royat, opérée par  ses ouvriers viticoles.

Les sarments sont broyés non loin des rangs de vigne © JPS

Les sarments sont broyés non loin des rangs de vigne © JPS

Ces sarments sont par la suite compactés en fagots ou bien broyés directement sur place, remplissant d’énormes sacs blancs et stockés dans un immense hangar agricole:

« Nous avons 2 types de sarments, ceux que nous avons compactés et pressés avec un système de presse spécifique et ensuite nous avons le broyat directement broyé à la vigne qui nous permet d’avoir un combustible prêt à l’emploi pour la chaudière. »

Philippe Carille devant ses énormes sacs de sarments broyés © JPS

Philippe Carille devant ses énormes sacs de sarments broyés © JPS

Des réserves en « sarments de chauffage » qui vont remplir toute l’année, et surtout les mois d’hiver, un silo prévu à cet effet dans lequel un système tournant avec des lames et une vis sans fin alimentent une grosse chaudière à bois. « Grâce à l’amidon contenu dans le sarment, on a un pouvoir calorifique bien supérieur à celui du chêne et on se chauffe toute l’année. »

sarments 365

Cet investissement d’un peu plus de 30 000 euros a permis de raccorder les installations viti-vinicoles et l’habitation pour chauffer le tout avec au final une facture énergétique quasi-nulle sur la matière première.

Et une petite dégustation de vin de la propriété bien au chaud chez soi © JPS

Et une petite dégustation de vin de la propriété… bien au chaud © JPS

Un circuit court et une idée ingénieuse qui déjà intéressent pas mal d’autres vignerons et entreprises qui sont venus voir l’installation chez Philippe Carille. Une idée qui pourrait faire des émules.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et de Pascal Lécuyer :

09 Jan

#insolite : dans le nord de l’Italie, un « spumante » dort au fond de la mine

Il travaillait dans la pierre et les carrières mais portait la viticulture en héritage: en Italie, Mauro Camusso a entrepris d’allier les deux en se lançant dans la production d’un vin pétillant affiné au fond d’une ancienne mine de talc.

Capture« L’idée est née du défi de produire un vin pétillant de notre territoire », explique Mauro Camusso, propriétaire du vignoble l’Autin, dans les contreforts des Alpes à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Turin (nord).

Reprenant une tradition héritée de son grand-père vigneron, il a planté avec un associé quatre hectares de vignes en 2010, du Chardonnay et Pinot noir, qui ont donné leur première vendange en 2013 et leur premier vin l’année suivante. Et l’année dernière, il a tiré 3.000 bouteilles, y a ajouté du sucre et des levures selon la méthode champenoise et les a déposées… au fond de la mine de talc du Val Germanasca.

Ouverte en 1937, cette mine aux galeries interminables mais trop étroites pour les machines modernes a cessé de produire en 1995. Elle a rouvert deux ans plus tard, transformée en écomusée pour faire découvrir aux touristes cette activité de la région.

« Les conditions dans la mine de talc sont très particulières », explique M. Camusso, qui travaille à la lampe frontale dans la caverne où il a été autorisé à déposer ses bouteilles, à 300 mètres de l’entrée de la mine.

La température est de 10 degrés tout au long de l’année, il y fait sombre de toute évidence et il y a 90% d’humidité. En théorie, ce sont des conditions parfaites pour l’affinage des bulles », Mauro Camusso.

Les bouteilles, d’un verre épais pour résister à la pression de la fermentation, restent 10 à 12 mois à l’horizontale, agitées de temps en temps pour répartir au mieux les levures, afin d’obtenir les bulles les plus fines possibles. Puis les bouteilles sont placées à la verticale pendant trois semaines, tête en bas, et tournées chaque jour d’un quart de tour pour faire descendre les levures qui seront évacuées à l’aide d’une machine spéciale glaçant le goulot et remplacées par le traditionnel bouchon de pétillant. Les premières bouteilles, débouchées en octobre avec un peu d’avance, semblent prometteuses. « Le produit a l’air à la hauteur », selon M. Camusso. Très pétillant, le vin explose en bouche… »

Il est cependant encore trop tôt pour déterminer si la mine de talc, outre des conditions climatiques idéales, offre « un petit quelque chose en plus » au vin.

Pour la mine en revanche, la présence du vin, même cantonné à une petite cave loin du circuit des touristes, apporte un supplément d’âme et de vie aux galeries humides et froides dont les wagonnets-témoins restent à l’arrêt. « Les mines, si on les laisse à l’abandon, elles vont se fermer naturellement », explique Andrea Peyrot, employé de l’écomusée. « Sans maintenance, elles s’écroulent, alors (l’activité de cave à vin) est un moyen de les garder ouvertes, de maintenir la tradition en vie ».

AFP.

03 Jan

En Californie, depuis le 1er janvier on peut déguster un verre de vin tout en se faisant couper les cheveux…

C’est une nouvelle au poil ! Et aussi, chez eux, la bonne résolution du 1er janvier. Elle nous vient des Etats-Unis. Les Californiens sont désormais officiellement autorisés à déguster un verre de vin, de bière ou autre, pendant qu’ils se font couper les cheveux ou tailler la barbe.

Un débat qui a longtemps agité la Californie, aujourd'hui c'est possible © VinePair

Un débat qui a longtemps agité la Californie, aujourd’hui c’est possible © VinePair

Les clients se voyaient déjà depuis quelques années offrir du vin ou une bière dans cet Etat américain mais la pratique était souvent discrète, car interdite sans licence.

A compter de ce 1er janvier 2017, les salons de beauté ont le droit, grâce à une nouvelle loi,
de proposer jusqu’à 35 centilitres de bière -entre un demi et une pinte-o u un grand verre de vin à leurs clients sans avoir besoin de licence.

Cette mesure, promulguée en septembre, était réclamée par nombre des 42.000 salons de beauté de Californie. Mais elle n’est pas applaudie par tous, les associations de lutte contre l’alcoolisme craignant notamment qu’elle ne facilite l’accès des mineurs à l’alcool.

Les salons de coiffure « ont toujours eu le droit de demander une licence s’ils voulaient servir de l’alcool », souligne Jim Kooler, d’un groupe de lutte contre la consommation d’alcool chez les jeunes, « the California Friday Night Live Partnership ». « Avec cette nouvelle loi, ils pourront le faire sans licence, sans formation et sans supervision », déplore-t-il.

A quand une expérience similaire en France ? Le thé ou le café, c’est bien mais on peut envisager sereinement au pays du vin, des dégustations sans abus… Eh bien, figurez vous que cela existe déjà sur Paris et à Brest. D’autres adeptes ?

Avec AFP

A lire également l’article de CBS Sacramento (New Bill Would Allow California Salons, Barbershops To Serve Alcohol) et leur reportage video.

(attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

30 Déc

#insolite en Champagne : une vinification dans des œufs d’argile…

En Champagne, à Ay, près d’Epernay, une maison de champagne a supprimé les cuves en inox. Désormais, la vinification se fait en fûts de chêne mais aussi dans des oeufs en argile de Toscane.

Un retour à l'argile pour les prochaines années ? © Marie-Line Fournier

Un retour à l’argile pour les prochaines années ? © Marie-Line Fournier

Une méthode ancestrale au service de la vinification du Champagne. Une méthode née en Arménie et en Géorgie : la vinification en amphore. Depuis quelques jours dans la cuverie du champagne Henri Giraud, on y déguste des vins issus de ces amphores en argile, en forme d’œuf. Les échantillons montrent déjà beaucoup de puissance.

img_2362Dans cette maison de champagne, depuis cette année, les cuves en inox ont été supprimées et les vins sont élevés en fûts de chêne, principalement de la forêt d’Argonne, et dans ces œufs d’argile. Une expérimentation réalisée avec des œufs en béton, n’ayant pas été concluante, l’argile a été choisie.

700 litres de vin sont ainsi stockés dans la cuverie.  A la prochaine vendange, ce sera 5 fois plus. Ce renoncement aux cuves en inox est  une vraie remise en cause constructive de l’élaboration des vins. Il semble déjà que les œufs en argile conviennent particulièrement bien à la vinification des pinots noirs.

France 3 Champagne-Ardennes.

Découvrez le reportage de mes confrères de France 3 Reims: M. Fournier / P. Mercier / P. Blot – Photos Marie-Line Fournier

27 Nov

La plus fabuleuse collection de menus aux Musée des Arts et du Design de Bordeaux: « la trace de l’histoire diplomatique et gastronomique »

Jean-Maurice Sacré est un passionné d’histoire. Il est libellocénophile. Il a ainsi constitué une collection unique avec 2000 menus qui ont orné les tables les plus prestigieuses au monde. Une histoire diplomatique et gastronomique, relatée à travers ces dîners, à retrouver jusqu’en février 2017 au Musée des Arts et du Design de Bordeaux.

Jean-Maurice Sacré a rassemblé plus de 2000 menus historiques © Jean-Pierre Stahl

Jean-Maurice Sacré a rassemblé plus de 2000 menus historiques © Jean-Pierre Stahl

C’est une sacrée collection que l’on doit à Jean-Maurice Sacré. Il est d’autant plus intéressant de jouer sur les mots, car cette collection est réalisée avec de nombreux menus en l’honneur de têtes couronnées, de grands de ce monde et des présidents de la Ve République, qui n’en sont pas moins devenus aussi des monarques républicains…

Plan de table et menu du 1er juin 1961 pour le dîner offert par le Général de Gaulle en l'honneur du Président JF Kennedy et de son épouse au château de Versailles © JPS

Plan de table et menu du 1er juin 1961 pour le dîner offert par le Général de Gaulle en l’honneur du Président JF Kennedy et de son épouse au château de Versailles © JPS

« J’ai commencé ma collection, il y a quasiment 30 ans ». Tout démarre avec « un menu que j’ai trouvé dans une brocante, c’était en l’hommage du roi Alphonse XIII d’Espagne, qui datait de 1905. »

Reconstitution d'une table d'apparat et projection des actualités Pathé sur ces visites présidentielles et de monarques en France © JPS

Reconstitution d’une table d’apparat et projection des actualités Pathé sur ces visites présidentielles et de monarques en France © JPS

C’est un peu un coup de foudre. J’ai eu envie de reconstituer le puzzle des relations diplomatiques à travers les menus qui sont les témoins muets de l’histoire gastronomique », Jean-Maurice Sacré.

Le dîner de l'Hôtel de Ville de Paris aux Officiers de l'Escadre Russe le 19 octobre 1893 © JPS

Le dîner de l’Hôtel de Ville de Paris aux Officiers de l’Escadre Russe le 19 octobre 1893 : y furent servis notamment Yquem 1877, château Margaux 1877 et un Clos Vougeot 1878 © JPS

Ce parisien a réussi à rassembler durant toutes ses années de passion plus de 2000 menus : « ils ont tous une âme ». Au même titre que les lettres d’époque et des récits laissés par des anonymes ou des personnages publics, ces menus constituent une trace importante de l’Histoire. Ainsi peu après la guerre de 1871, un menu établi par la Commune de Paris, à une époque de disette, servait à un repas étonnant, du rat, du chat et du chien, à une époque où il n’y avait plus rien à manger, « on servait cela comme si on était dans un grand banquet » explique la guide du Musée des Arts et du Design de Bordeaux.

Les menus de la Grande Guerre avec de jolis dessins © JPS

Les menus de la Grande Guerre avec de jolis dessins © JPS

Jean-Maurice Sacré a aussi retrouvé de nombreux menus de la guerre de 1914-1918 : « tous ces menus de l’instantané racontent l’état d’esprit des soldats de la 1ère Guerre Mondiale. » Voici en exemple un menu, servi il y a plus d’un siècle, à Arras le 17 février 1916 : « soupe au fromage, hors d’oeuvre, oeufs brouillés, roti de porc aux choux, entrecôtes grillées, pommes sautées, salade de légumes, desserts. » Il y a juste à côté un autre menu où les Anglais fêtent « Christmas, somewhere in Artois ». Un peu de gaieté dans un monde d’horreurs.

Un dîner offert par

Un dîner offert en l’honneur de l’Empereur de Perse le 20 juin 1873 à Londres © JPS

Il y a aussi ce menu, établi bien des années plus tard avec le sauveur de la France lors de la 2e Guerre, devenu Président de la République : « j’ai récupéré le 1er menu du Général de Gaulle où il n’y avait que 10 personnes à table, j’ai eu envie de le partager, j’ai un devoir de partager cette collection. » Une collection unique de menus avec aussi les plans de tables des dîners donnés par le Général De Gaulle à l’Elysée, le 31 mai 1961 et le lendemain à Versailles, en l’honneur du Président américain John-Fitzgerald Kennedy et de son épouse.

C’est une chance extraordinaire, une collection que je partage, c’est la plus belle des richesses »

Cette fabuleuse collection est à admirer au Musée des Arts Décoratifs et du Design, jusqu’au 25 février 2017. Ce sont 170 menus qui y sont exposés depuis une semaine, depuis Bordeaux SO Good.

La concomitance des deux événements était bien vue et montre une fois de plus que Bordeaux peut aussi avoir ce rayonnement culturel.

Allison Busacca et Dan Belmont au banquet "l'Histoire se met à table" © JPS

Allison Busacca et Dan Belmont au banquet « l’Histoire se met à table » © JPS

Alisson Busacca et Dan Belmont, des Américains nouvellement installés à Londres, sont venus une semaine en France et spécialement pour Bordeaux SO Good. Dan avait un « cheese shop » à New-York et était importateur de vins, il est depuis 6 semaines installé à Londres pour Bedales Wines (Borough Market-London). Véritablement emballés par cette visite et par ce menu servi dans l’ancienne prison de la rue Boulan par Nicolas Masse.

Le chef Nicolas Masse et son équipe © Jean-Pierre Stahl

Le chef Nicolas Masse et son équipe © Jean-Pierre Stahl

Le chef de la Grand’Vigne des Sources de Caudalie, Nicolas Masse **, avait préparé un menu inspiré par ces anciens banquets historiques, intitiulé « l’histoire se met à table », avec notamment le plat qu’il avait réalisé en 2015 pour les chefs d’Etats et de Gouvernement à l’occasion de la COP 21 (« poularde des Landes, confit de céléri farci, crème d’épinards persillés »). Qui sait ces plats ont peut-être influencé l’adoption finale de la COP 21.

Bernard Vaussion, la maison de Cognac Hennessy et Jean-Bernard Sacré © JPS

Bernard Vaussion, la maison de Cognac Hennessy (Clotilde Gielen-Taton) et Jean-Bernard Sacré © JPS

La vie est décidément faite de rencontres, et c’est en toute simplicité et en toute convivialité que Jean-Maurice Sacré a pu échanger avec Bernard Vaussion, qui a exercé plus de 40 ans dans les cuisines de l’Elysée, a connu 6 présidents de la République et fût le chef de l’Elysée, de 2005 à 2013. Un échange fructueux avec également Nicolas Masse auquel Bernard Vaussion a fait ce compliment : « c’est nickel, c’est propre et bon. »

Vive la République, vive la France, sa gastronomie, son « Sacré collectionneur » et tous ces gens passionnés.

Exposition à voir au Musée des Arts Décoratifs et du Design à Bordeaux jusqu’au 25 février.

12 Nov

#Insolite : voici les « Baies de Bacchus », des chocolats en forme de grappes, made in Bordeaux

Frédéric Donnadieu vient d’ inventer un concept inédit : des grappes de chocolats garnies de ganaches aux notes de 8 cépages de vignes différentes : merlot, cabernet sauvignon, grenache, syrah, sauvignon, chardonnay, gewurztraminer et pinot blanc. Une innovation à l’aube de Bordeaux So Good saluée par Côté Châteaux.

Les © Baies de Bacchus inventées par Frédéric Donnadieu, réalisées avec la complicité de Luc Dorin à Bordeaux

Les © Baies de Bacchus inventées par Frédéric Donnadieu, réalisées avec la complicité de Luc Dorin à Bordeaux – © photo « atelier goodday »

Vous connaissiez BB, vous allez connaître BB. Brigitte Bardot a fait rêver les hommes, là il s’agit des « Baies de Bacchus » qui vont faire saliver les hommes…et les femmes aussi car elles sont de grandes amatrices de chocolats.

C’est Frédéric Donnadieu, qui vient de lancer ce concept. Un homme au parcours étonnant, ayant suivi des études de commerce, il a travaillé en Afrique dans les cimenst, puis a continué à vendre des ascenceurs en région parisienne. A Bordeaux, il a changé d’horizon et s’est lancé dans cette idée qui lui trottait dans la tête :

Nous sommes dans la Capitale du Vin, cette forme de chocolats et surtout cette approche aromatique n’avaient pas été abordés, » Frédéric Donnadieu

Et de décrire sur son site nouvellement créé son idée originale :

Le garnissage des (demi) coques à la poche à douille, avant l'assemblage des moules...

Le garnissage des (demi) coques à la poche à douille, avant l’assemblage des moules… © atelier goodday

« Du cacaoyer au Chocolat, du cépage au Vin… Un même voyage dans des univers parallèles, si proches, si différents. Les Baies de Bacchus explorent un espace vierge, où les arômes se fondent… Où la volupté de chaque dégustation s’exprime dans l’épanouissement de son bouquet d’arômes, tour à tour fugaces et subtils, généreux et suaves. Les cépages et la richesse de leurs palettes aromatiques représentent une source vaste d’inspiration. Les cépages sont aussi et surtout le socle d’un langage, parfois complexe, dont le Vin est l’illustre interprète. Les Baies de Bacchus célèbrent le caractère universel de ce langage. Les mots, simples et accessibles, sonnent comme autant de notes aromatiques, harmonieuses et gourmandes ».

En parlant avec mes connaissances, je me suis aperçu que jamais personne ne l’avait fait. J’ai alors mis le paquet, j’ai foncé, l’idée m’est venue fin 2014, je me suis lancé en janvier 2015 et le concept vient de sortir à la fin 2016. C’est le temps que cela prend quand on part de zéro et aussi quand on n’a aucun réseau à la base. »

© Les Baies de Bacchus

© Les Baies de Bacchus © photo atelier goodday

Mais avec un tel nom « Donnadieu », Frédéric ne pouvait au final que recevoir les bons conseils de spécialistes pour réaliser ces baies dédiées au Dieu du Vin. « Dans le Béarn, je suis tombé sur Bernard Verdier qui m’a aidé pour valider mes moules qui ont été fabriqués en Allemagne. C’est une personne rare en bienveillance qui m’a aidé à avancer. Et puis, j’ai fait la rencontre à l’été 2015 de Patrick Munch, un champion du monde par équipe de chocolat, qui m’a mis en relation avec Michel Garrigue de la Maison Darricau. Avec lui on a testé les associations arômatiques et il m’a fait contacter Luc Dorin qui a une approche très technique. Luc Dorin a définitivement stabilisé les arômes, sans crème, sans conservateur et sans alcool, des arômes facilement identifiables à la dégustation. »

« On a travaillé sur des notes aromatiques, des notes « plus chocolat », « plus gourmand » où l’on reconnaît les cépages avec leurs arômes pour le merlot cerise-fraise, pour la syrah cassis-violette, pour le gewurztraminer fruit de la passion-mangue…

L’association du vin et du chocolat est exigeante et peut se révéler merveilleuse. Les possibilités sont multiples et surprenantes ».

Aujourd’hui, on peut trouver ces Baies de Bacchus dans 3 points de vente: déjà chez Luc Dorin, bien sûr,149 rue Pasteur, à Bordeaux mais aussi à « La Ligne Rouge » un bar à vins près de la Porte Cailhau, dans une épicerie fine « Gastronomie des Pyrénées » cour Portal au Chartrons à Bordeaux et bientôt à Paris à la Grande Epicerie : « il ont souhaité une mise en avant du produit des Baies de Bacchus avec moi sur une journée » et si cela fonctionne d’autres commandes vont être passées. On le lui souhaite et Côté Châteaux en restera, comment dit-on déjà…bouche-baies !

31 Oct

Reignac vous souhaite un « happy hallowine »

En ce 31 octobre, sorcières et autres squelettes ont le droit de déambuler partout dans les rues pour la fête d’Halloween. Le château de Reignac et son équipe entièrement grimée vous souhaitent un « happy hallowine » depuis Saint-Loubès en Gironde.

Le pigeonnier et tou de dégustation du © château de Reignac envahi par des sorcières et citrouilles

Le pigeonnier et tour de dégustation du © château de Reignac envahi par des sorcières et citrouilles

« Magic happens in Château de Reignac! Enjoy our Spooctacular Hallowine video! » par © château de Reignac

 

30 Oct

Lumières d’automne en Bordelais

Côté châteaux n’a pas résisté à l’idée de vous faire partager ces belles lumières de couchers de soleil sur quelques châteaux, vignobles et parcs de propriétés viticoles autour de Bordeaux. C’est ainsi le passage à l’heure d’hiver avec ces belles couleurs de l’automne : un festival de jaune, orange, rouge et marron.

2304 couleurs automne 099couleurs automne 129couleurs automne 137couleurs automne 174couleurs automne 193couleurs automne 1852324couleurs automne 152couleurs automne 209

Vous aurez bien sûr reconnu les châteaux Pape-Clément, Smith-Haut-Lafitte, La Louvière, Les Carmes Haut Brion (chai signé Philippe Starck-Luc Arsène Henry) et Couhins-Lurton. (Photos © Jean-Pierre Stahl)