24 Sep

Retour sur le Ban des Vendanges à Saint-Emilion

D’un week-end l’autre, la météo peut passer du sombre à la lumière. Cette année 2017 n’aura pas été clémente tant au niveau du gel que des festivités pour Saint-Emilion. Pour autant les intempéries du week-end dernier n’ont pas entamé la détermination et la bonne humeur des Jurats qui ont célébré et donné le coup d’envoi du Ban des Vendanges.

Les nouveaux Jurats et Hubert de Bouard, de gauche à droite : -Jean-Philippe Saby (Château Rozier, Saint-Emilion Grand Cru), -Ludovic Martin (Château Milens, Saint-Emilion Grand Cru), -Jean-Claude Fayat (Château La Dominique, SaintEmilion Grand Cru), -Hubert de Bouard (Premier Jurat), -Sylvio Denz (Château Faugères, Saint-Emilion Grand Cru), -Emma Thienpont (Crus et Domaines de France, Négoce), -Agnès Coutant (Château La Fagnouse, SaintEmilion Grand Cru) © Jean-Bernard Nadeau -Vins de Saint-Emilion

Les nouveaux Jurats :Jean-Philippe Saby (Château Rozier), Ludovic Martin (Château Milens) , Jean-Claude Fayat (Château La Dominique), Hubert de Bouard (Premier Jurat), Sylvio Denz (Château Faugères), Emma Thienpont (Crus et Domaines de France,Négoce), Agnès Coutant (Château La Fagnouse) © Jean-Bernard Nadeau -Vins de Saint-Emilion

Samedi soir, à l’occasion de la Nuit du Patrimoine, une quarantaine de Jurats a su braver la pluie pour défiler à travers la Cité aux flambeaux dans les ruelles de Saint-Emilion et rejoindre ainsi la Tour du Roy, où se jouait un magnifique spectacle artistique et pyrotechnique. En ce week-end des Journées du Patrimoine, le Conseil des Vins de Saint-Emilion, fêtait son 133e anniversaire, il s’agit du premier syndicat viticole de France créé en 1884.

Dimanche, 600 invités du monde entier étaient reçus par la Jurade à l’occasion du Ban des Vendanges : 6 nouveaux membres ont été accueillis au sein de la Jurade -dont Silvio Denz (château Faugères), Jean-Claude Fayat (château la Dominique) ou encore Jean-Philippe Saby (château Rozier)- et 50 personnalités intronisées -dont le célèbre avocat Eric Dupond-Moretti– en présence d’Alan Brendt, Ambassadeur des Etats-Unis en France.

5 nouveaux ambassadeurs des vins de Saint-Emilion : Patrick Seguin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux Gironde, Philippe Cassard, pianiste, Ludovic Bource, réalisateur de musiques de films, Eric Dupond-Moretti, avocat et comédien, Charles Providence Gomis ambassadeur de la République de Côte d’Ivoire © Jean-Bernard Nadeau – Vins de Saint-Emilion

5 nouveaux ambassadeurs des vins de Saint-Emilion : Patrick Seguin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux Gironde, Philippe Cassard, pianiste, Ludovic Bource, réalisateur de musiques de films, Eric Dupond-Moretti, avocat et comédien, Charles Providence Gomis ambassadeur de la République de Côte d’Ivoire © Jean-Bernard Nadeau – Vins de Saint-Emilion

Ce fut ensuite un défilé en cortège de la Jurade avec à sa tête 40 vignerons suisses de Chamoson de la Confrérie de Johannis et des musiciens « Les Tambours de Sierre », jusqu’à la Salle des Dominicains.

600 convives étaient rassemblés au déjeuner Salle des Dominicains autour d’un repas avec la truffe à l’honneur. Un déjeuner élaboré par Jean-Guy Humbot et accompagné de 9 vins des appellations Lussac Saint-Emilion et Puisseguin Saint-Emilion, Saint-Emilion et Saint-Emilion Grand Cru.

Des festivités qui se sont terminées par la proclamation du Ban des Vendanges depuis la Tour du Roi, avec un lâcher de ballons en forme de grappes de raisins pour symboliser le début des Vendanges, même si aujourd’hui on n’attend plus ce coup d’envoi officiel pour vraiment commencer.

22 Sep

Reims a vendangé la plus ancienne vigne de raisins blancs de France

La vendange des grappes de verjus, cépage couramment utilisé au Moyen Age en gastronomie avant de péricliter, a été réalisée jeudi par la ville de Reims, les raisins pressés allant servir d’assaisonnement pour accompagner les mets d’un restaurant haut de gamme.

vendanges3-3272587

« Ce cépage n’était pas utilisé pour faire du vin de table mais comme condiment, en sauce ou pour des préparations culinaires » au Moyen Age, a retracé Wilfried Devaugermé, président de l’Union des oenologues de Champagne, devant une vigne de « plus de 300 ans » d’âge qui grimpe le long des murs de l’ancien collège des Jésuites abritant désormais le campus de Reims de Sciences Po.

Classée « monument historique » au même titre que la bâtisse datant du 17ème siècle, la vigne a été étudiée par l’Union des oenologues qui a identifié en 2012 le cépage de ses grappes dodues – jusqu’à 2,8 kg – comme étant du verjus, reconnaissable à sa couleur « vert fluorescent » une fois pressé, a indiqué la Ville de Reims.

« Il a un goût assez sucré et une certaine acidité », a commenté M. Devaugermé après le pressurage réalisé sur place à l’aide d’un petit pressoir manuel.

Une cinquantaine de kilos devraient être récoltés, a estimé la Ville.  « C’est le pendant du vinaigre ou du citron, ça s’accorde facilement avec du poisson ou même avec une viande plus grasse, voire une terrine de foie gras », a déclaré Philippe Mille, chef du restaurant gastronomique Les Crayères (2 étoiles au Michelin) à Reims.

A ses yeux, l’acidité du verjus « va contraster le gras de ces produits » et amener « un côté fruité » dans les plats qu’il compte servir à ses clients en même temps que leur conter l’histoire de ce cépage ancestral.

AFP

Un propriétaire de château russe condamné pour utilisation de pesticides interdits

Le propriétaire russe d’un château et son épouse ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende pour avoir fait procéder à des épandages de pesticides interdits sur leur propriété à Yvrac en Gironde.

Une affaire jugée jeudi après-mi au tribunal correctionnel de Bordeaux © France 3

Une affaire jugée jeudi après-midi au tribunal correctionnel de Bordeaux © France 3

Dmitry Strokin et sont épouse étaient jugés jeudi pour « détention et utilisation de produits sans autorisation » dans le parc de la propriété qu’ils avaient acquise en 2011 à Yvrac, à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux, ainsi que pour « infraction aux conditions d’utilisation » de ces substances.

Le maire d’Yvrac, celui de la commune voisine de Montussan, trois riverains, ainsi que l’association de défense de l’environnement Sepanso étaient parties civiles dans ce dossier.
Les produits avaient été saisis après qu’un ancien régisseur de l’exploitation, en conflit avec ses patrons, avait donné l’alerte. Au total, 87 échantillons de produits, tous interdits, avaient été retrouvés, a indiqué à l’AFP Me François Ruffié, avocat des parties civiles.

Les deux époux, qui n’étaient pas à l’audience et n’étaient pas défendus, ont été chacun condamnés à trois mois de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende.
La société GT-Trans, dont l’épouse de Dmitry Strokin est la gérante, a été condamnée
à 30.000 euros d’amende. Les parties civiles ont obtenu un total de 17.000 euros de dommages et intérêts, a précisé Me Ruffié.

En 2012, le propriétaire russe avait déjà suscité de vives protestations en détruisant la chartreuse du XVIIIe siècle présente sur le domaine, avant de décider de la reconstruire.
Parallèlement, une autre enquête est en cours concernant les conditions de détachement d’ouvriers polonais sur la propriété. Le maire de Montussan a également déposé plainte pour « vol et dégradation de bien public » après la destruction d’un lampadaire de la commune, remplacé par le propriétaire russe qui ne le trouvait pas à sa convenance.

Les époux ont 10 jours pour faire appel du jugement.

Avec AFP

21 Sep

Affaire Bibeyran : la Cour d’Appel de Bordeaux rejette la demande de reconnaissance de maladie professionnelle

La Cour d’Appel de Bordeaux a finalement rejeté la demande de la famille Bibeyran de reconnaissance en maladie professionnelle pour le cancer qui a emporté Denis Bibeyran en 2009. Ce dernier a traité durant de nombreuses années les vignes avec des pesticides. Sa soeur va poursuivre malgré tout le combat.

IMG_5656

C’est un nouveau coup dur pour Marylis Bibeyran, car non seulement elle souffre d’avoir perdu son frère à l’âge de 46 ans, mais en plus la justice ne veut pas reconnaître de responsabilité des employeurs qui lui ont demandé de traiter leurs vignes avec des produits phytosanitaires, dont certains aujourd’hui sont interdits. « C’est une décision pure et simple de rejet de la demande de reconnaissance post-mortem de maladie professionnelle ».

Bien sûr, je suis déçue, stupéfaite par l’argumentation. C’est inquiétant et même grave » Marylis Bibeyran.

L’arrêt de la Cour d’Appel est en effet défavorable à la famille Bibeyran selon une « argumentation surprenante » pour Marylis Bibeyran. Dans son arrêt, la Cour estime que la famille de Denis Bibeyran n’a pas « rapporté la preuve d’éléments établissant la réalité d’un lien de causalité entre l’exposition aux pesticides » et son cancer.Le plus étonnant pour Marylis Bibeyran est que :« La Cour d’Appel admet que l’arsonic pourrait provoquer des cancers de la peau, mais aurait des effets anti-cancéreux pour certaines tumeurs et ainsi sur des lignées de cellules cholangiocarcinomes ».

Marie-Lys Bibeyran annonce que son frère aurait eu 55 ans aujourd'hui © JPS

Marie-Lys Bibeyran, lors de l’audience en juin dernier  © JPS

Et de dire avec ironie dans la salle des pas perdus de la Cour d’Appel : « donc je vous conseille à tous de vous fournir en arsonic , d’en boire un petit verre tous les matins, puisqu’ apparemment la Cour d’Appel de Bordeaux vient de décrêter que l’arsonic serait un anti-cancéreux… »

Pour elle, la Cour d’Appel s’assoie sur une bibliographie bien établie qui reconnait l’arsonic comme cancérogène, inscrit au tableau des maladies professionnelles de la Mutualité Sociale Agricole en 1955 et des maladies cancérogène par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).

L’action va-t-elle se poursuivre ? « Il faut que j’étudie avec Maître Lafforgue l’éventualité d’un pourvoi en cassation. Mais cela ne change rien, le combat continue avec le Collectif Info Médoc Pesticides. »

Relire : Marie-Lys Bibeyran devant la Cour d’Appel de Bordeaux pour faire reconnaître la maladie professionnelle de son frère, une maladie liée « aux produits de la vigne »

Voici la 8e sélection officielle des Crus Bourgeois du Médoc

C’est un rendez-vous attendu. Les Crus Bourgeois du Médoc ont présenté leur fameux millésime 2015, qui a été dégusté à l’aveugle, dans des conditions contrôlées, indépendantes et impartiales. 271 Crus Bourgeois ont ainsi été sélectionnés.

10354052lpw-10354611-article-jpg_4568531_660x281« Le 2015 est le meilleur millésime depuis 2010 » , d’après Olivier Cuvelier, Président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc et propriétaire du Château le Crock.

Des conditions météo idéales pour la maturation des raisins, avec juillet chaud et sec, et août plus tempéré et avec de faibles pluies d’où une belle fraicheur.

Issus des 7 AOC médocaines : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac et Saint-Estèphe, les Crus Bourgeois version 2015 sont à découvrir sans plus tarder.

Les Crus Bourgeois 2015, ce sont :

  • Une famille unie : 271 Crus Bourgeois (et fiers de l’être).
  • Le top des appellations : Médoc / Haut-Médoc / Listrac-Médoc / Moulis / Margaux / Pauillac / Saint-Estèphe
  • Près d’un tiers de la production du Médoc
  • 32 millions de bouteilles à déguster à travers le monde !

En attendant un nouveau classement

Olivier Cuvelier a réaffirmé sa volonté de faire évoluer la mention « Cru Bourgeois » avec en ligne de mire un nouveau classement :

« Nous sommes nombreux à partager le souhait de faire évoluer notre démarche de qualité annuelle vers un projet de classement quinquennal, incluant les niveaux hiérarchiques qui ont existé au cours de notre longue histoire ».

Avec Crus Bourgeois du Médoc.

Et voici la liste de la Sélection Officielle pour le millésime 2015:

Médoc

Château Amour – Château les Anguilleys – Château d’Argan – Château l’Argenteyre – Château Beauvillage – Château Begadan – Château Bégadanet– Château Bellegrave – Château Bellerive – Château Bellevue – Château de Bensse – Château Bessan Ségur – Château Blaignan – Château Bois Mondont Saint Germain – Château le Bourdieu – Château Bournac – Château la Branne– Château des Brousteras – Château des Cabans – Château Campillot– Château Cangruey – Château Carcanieux – Château la Cardonne – Château Castera – Château la Chandelliere – Château Chantemerle – Château Clement Saint-Jean – Château Clos du Moulin – Château Côtes de Blaignan – Château de la Croix – Château Escot – Château d’Escurac – Château Fleur la Mothe– Château Fontis – Château la France Delhomme – Château Gemeillan – Château la Gorce – Château la Gorre – Château Grand Lacaze – Château la Grange de Bessan – Château les Granges de Civrac – Château des Granges d’Or – Château la Grave – Château la Gravette Lacombe – Château Greysac – Château Grivière – Château Haut Bana – Château Haut Barrail – Château Haut-Canteloup – Château Haut Grignon – Château Haut-Maurac – Château Haut-Myles – Château Haut Queyran – Château Labadie – Château Lacombe Noaillac – Château Ladignac – Château Lalande D’Auvion – Château Lassus – Château les Lattes – Château Laujac – Château Laulan Ducos – Château Leboscq – Château Lestage Chevillon – Château Lestruelle – Château Livran – Château Loirac – Château Loudenne – Château Lousteauneuf – Château Maison Blanche – Château Mareil – Château Mazails – Château Méric – Château Moulin de Bel Air – Château Moulin de Canhaut – Château Moulin de L’Abbaye – Château Moulin de Taffard – Château Les Mourlanes – Château Noaillac – Château les Ormes Sorbet – Château de Panigon – Château Patache d’Aux – Château du Perier – Château Pey de Pont – Château Pierre de Montignac – Château la Pirouette – Château Plagnac – Château Poitevin – Château Pontet Barrail – Château Pontey – Château Preuillac – Château Ramafort – Château la Raze Beauvallet – Château la Ribaud – Château Ricaudet – Château Rollan de By – Château la Roque de By – Château Roquegrave – Château Rousseau de Sipian – Château Saint-Aubin – Château Saint Bonnet – Château Saint-Christoly – Château Saint-Christophe – Château Saint-Hilaire – Château Taffard de Blaignan – Château le Temple – Château Tour Castillon – Château des Tourelles – Château Tour Haut-Caussan – Château Tour Prignac – Château Tour Saint Vincent – Château Tour Seran – Château de Tourteyron – Château les Tresquots – Château les Trois Manoirs – Château Troussas – Château les Tuileries – Château la Valière – Château Vernous – Vieux Château Landon – Château le Vieux Fort – Château Vieux Maurac – Château Vieux Robin

Listrac

Château Baudan – Château Cap Léon Veyrin – Château Capdet – Château Donissan – Château l’Ermitage – Château Fonréaud – Château Fourcas-Borie– Château Lafon – Château Lalande – Château Lestage – Château Liouner– Château Reverdi – Château Saransot-Dupré – Château Vieux Moulin

Margaux

Château d’Arsac – Château Bellevue De Tayac – Château Deyrem Valentin– Château la Fortune – Château Haut Breton Larigaudière – Château Mongravey – Château Paveil de Luze – Château Pontac Lynch – Château Tayac-Plaisance – Château la Tour de Mons

Saint-Estèphe

Château l’Argilus du Roi – Château le Boscq – Château Clauzet – Château de Côme – Château la Commanderie – Château Coutelin Merville – Château le Crock – Château la Haye – Château Laffitte Carcasset – Château Lilian Ladouys – Château Petit Bocq – Château Picard – Château Plantier Rose– Château Saint Pierre de Corbian – Château Sérilhan – Château Tour de Pez– Château Tour des Termes – Château Tour Saint-Fort – Château Vieux Coutelin

Pauillac

Château la Fleur Peyrabon – Château Fonbadet – Château Plantey

Haut-Médoc

Château d’Agassac – Château d’Arcins – Château Arnauld – Château d’Aurilhac – Château Balac – Château Barateau – Château Barreyres – Château Barthez – Château Beaumont – Château Bel Air Gloria – Château Bellegrave du Poujeau – Château Belle-Vue – Château Bernadotte – Château Beyzac – Château Bibian – Clos la Bohème – Château de Braude – Château du Breuil – Château Cambon La Pelouse – Château du Cartillon – Domaine de Cartujac – Château Charmail – Château Cissac – Château Clément-Pichon – Château Corconnac – Château Croix du Trale – Château Dasvin Bel Air – Château Devise d’Ardilley – Château Dillon – Château Doyac – Château Duthil – Château la Fon du Berger – Château Fonpiqueyre – Château Fontesteau – Château de Gironville – Château Grand Clapeau Olivier – Château Grandis – Château Grand Médoc – Château d’Hanteillan – Château Haut Beyzac – Château Haut-Logat – Château Haut Madrac – Château Labat – Château Laborde – Château Lacour Jacquet – Château Lamothe-Bergeron – Château Lamothe-Cissac – Château Landat – Château Larose Perganson – Château Larose Trintaudon – Château La Lauzette Declercq – Château Lestage Simon – Château Lieujean – Château Liversan – Château Magnol – Château Malescasse – Château de Malleret – Château Martin – Château Maucamps – Château Maurac – Château Meyre – Château Miqueu – Château le Monteil d’Arsac – Château Moulin de Blanchon – Château Moulin des Moines – Château du Moulin Rouge – Château Muret – Château Paloumey – Château Peyrat-Fourthon – Château Peyredon Lagravette – Château Pontoise Cabarrus – Château Prieure de Beyzac – Château Ramage la Batisse – Château du Raux – Château du Retout – Château Reysson – Château Rollin – Château Saint Ahon – Château Saint-Paul – Château du Taillan – Château la Tonnelle – Château Tour du Haut Moulin – Château Tour-du-Roc – Château Tour Saint-Joseph – Château Tourteran – Château Trois Moulins – Château Victoria – Château de Villambis

Moulis

Château Anthonic – Château Biston-Brillette – Château Branas Grand Poujeaux – Château Brillette – Château Caroline – Château Chemin Royal – Château Duplessis – Château la Garricq – Château Gressier Grand Poujeaux – Château Guitignan – Château Lalaudey – Château Moulin à Vent – Château la Mouline – Château Myon de l’Enclos – Château Pomeys

20 Sep

« Les raisins de la passion » : l’émission en immersion dans le vignoble gelé de Saint-Emilion, depuis le château Trapaud

Béatrice Larribière accueillait ce midi l’émission spéciale vendanges de France 3 Aquitaine. 52 minutes pour décrypter le gel et ses conséquences, mais aussi les vendanges précoces et les changements climatiques, ainsi que les questions de main d’oeuvre, l’avenir du vignoble de Bordeaux et le poids des acheteurs étrangers. Béatrice Larribière est l’invité de Parole d’Expert sur Côté Châteaux.

Hervé Grandeau, Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, Béatrice Larribière, château Trapaud et Michel Rolland, oenologue-consultant © Jean-Pierre Stahl

Hervé Grandeau, Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, Béatrice Larribière, château Trapaud et Michel Rolland, oenologue-consultant © Jean-Pierre Stahl

Jean-Pierre Stahl : « Béatrice, vous voilà installée depuis 1997, vous avez repris un domaine familial (4e génération, depuis 1927), comment avez-vous commencé cette aventure ? »

Béatrice Larribière : « L’installation remonte à 1997, cela a été une bonne année d’expression avec beaucoup de volume, un bon millésime pour se faire la main, mais pas trop qualitatif. »

Béatrice incarne une nouvelle génération de vignerons, une femme à la tête d'un domaine passé en bio en 2009 © JPS

Béatrice incarne une nouvelle génération de vignerons, une femme à la tête d’un domaine passé en bio en 2009 © JPS

JPS : « 1997-2017, ces années en 7… »

Béatrice Larribière : « Ce sont les années en 7, je n’avais pas le recul, mais on m’a dit que ce n’était pas cela. En 2013, on avait grêlé et cette année, on a bien gelé, au minimum à 80%; il y a juste deux parcelles qui ont été protégées, notamment ici devant la salle de dégustation-caveau de vente. »

IMG_9426JPS : « Comment passe-t-on un cap comme celui-là, grâce aux stocks ? »

Béatrice Larribière : « Heureusement c’était la politique de mon père d’avoir du stock, et depuis j’en ai toujours eu. D’ailleurs je conserve les vins jeunes qui ne sont pas tout-à-fait prêts à boire, aussi pour les pros j’essaie d’avoir des millésimes qu’on puisse déboucher, prêts à la dégustation ».

Vincent Dubroca avec ses 3 premiers invités

Vincent Dubroca avec ses 3 premiers invités © JPS

 

« J’ai en stock des 2012, 14,15 et 16; j’ai un peu freiné les ventes, cela va me permettre de lisser cet épisode de gel, notamment pour le négoce dans deux ans.

Une maigre vendange mais la passion demeure

Une maigre vendange mais la passion demeure

Les clients ne s’en rendent encore pas compte, car on vend actuellement les 2012; on avait fait la même chose en 2013. »

Hervé Grandeau, Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, Béatrice Larribière, château Trapaud et Michel Rolland, oenologue-consultant © Jean-Pierre Stahl

Quelques cagettes récoltées ce jour pour remplir cette amphore © JPS

JPS : « Quant à la vendange de ce qu’il vous reste sur le 2017 ? »

Béatrice Larribière : « Aujourd’hui, ce matin on vendange quelques cagettes pour l’amphore. Pour ce qui n’a pas gelé, si on peut attendre la fin de la semaine, ou plus si on peut attendre au maximum. On va essayer de pousser en fin de semaine prochaine si ça ne décroche pas. »

Sophie Gaillard-Méral de Bordeaux Tourisme Métropole, Aurélia Souchal viticultrice et Hervé Grandeau intervenants dans l'émission © JPS

Sophie Gaillard-Méral de Bordeaux Tourisme Métropole, Aurélia Souchal viticultrice et Hervé Grandeau intervenants dans l’émission © JPS

JPS : « Maintenant évoquons une chose plus réjouissante que le gel, le bio, pourquoi avoir fait ce choix ? »

Béatrice Larribière : « Je suis passée en bio en 2009, car en fait on est les premiers concernés, on vit sur place et on travaille dans les vignes, c’est le b.a.-ba pour moi ».

Aurélia Souchal a vécu une année terrible : le gel d'avril puis la grêle du 28 août © JPS

Aurélia Souchal, installée depuis 2015 au château Huradin à Cérons, a vécu une année terrible : le gel d’avril puis la grêle du 28 août © JPS

On fait un peu de biodynamie, avec des tisanes, du purin, mais on le fait pour nous, c’es plus ludique, on y va de notre sensibilité. Mon chef de culture s’en sort plutôt bien.

IMG_9474

On est certifié en bio depuis 2012, il n’y en a pas beaucoup en Saint-Emilion Grand Cru, mais comme il y a de la demande… Auparavant les négociants boudaient le bio, maintenant ils se sont assouplis. C’est dommage d’être catalogué, alors que cela se faisait ainsi avant. On est aussi dans la démarche SME avec les Vins de Bordeaux.

IMG_0022JPS : « Et comment cela se passe-t-il avec les particuliers ? »

Béatrice Larribière : « Avec les particuliers, il y a un engouement. Il y a aussi des vagues. Je fais les salons des Vignerons Indépendants de Lille, Paris et Strasbourg, ainsi que le Luxembourg. Mais pas encore celui de Bordeaux, je suis sur liste d’attente.

Cela fonctionne bien avec l’accueil à la propriété, sur internet mais aussi pas mal avec le « bouche à oreille ». On fait des visites et dégustations, je travaille aussi depuis peu avec Christine Glémain de Vino Passeport. Notre meilleure publicité reste surtout le bouche à oreille et sur internet.

Jacques-Olivier Pesme de Kedge Business School et Sophie Gaillard-Méral de Bordeaux Tourisme Métropole © JPS

Jacques-Olivier Pesme de Kedge Business School et Sophie Gaillard-Méral de Bordeaux Tourisme Métropole © JPS

Notre production habituelle, quand tout va bien, 45 hectos à l’hectare pour un bio c’est bien, cela représente environ 80000 bouteilles vendus sous château Trapaud, mais aussi avec Reflets de France-Carrefour avec la Cuvée La Chapelle. »

Béatrice Larribière fière de son millésime 2016, dans son chai à barriques © JPS

Béatrice Larribière fière de son millésime 2016, dans son chai à barriques © JPS

Un grand merci à Béatrice Larribière d’avoir reçu tout notre barnum pour cette émission spéciale « les Raisins de la Passion », proposée par Xavier Riboulet rédacteur en chef, préparée par Franck Omer et Jean-Pierre Stahl, présentée avec brio par Vincent Dubroca. Réalisation Fabien Roy.

Côté châteaux et Béatrice Larribière devant le château Trapaud

Côté châteaux et Béatrice Larribière devant le château Trapaud

A voir sur le site Facebook de France 3 Aquitaine, et demain à 8h50 sur l’ensemble de nos 3 antennes de France 3 Nouvelle Aquitaine et demain sur Côté Châteaux.

19 Sep

En Côtes de Castillon, Stephen Lu célèbre sa nouvelle acquisition, le château Bel Air

Hier, une inauguration en grandes pompes, celle du château Bel Air. Ce château a été acquis par Golden Field, une multinationale alimentaire détenue par Stephen Lu de Taïwan. Un renouveau pour ce château dont l’intérieur a été entièrement restauré. L’investisseur veut augmenter la qualité de ce château et vendre la production moitié en Asie et moitié en France.

IMG_8975

A Belvès-de-Castillon, c’est jour d’inauguration au château Bel Air.

A l'accueil du château Bel Air © JPS

A l’accueil du château Bel Air © JPS

A l’accueil des hôtesses asiatiques et de nombreux institutionnels invités, comme le maire Daniel Fenelon, Hervé Grandeau pour la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, mais aussi une dizaine de médias comme le Figaro, Arte ou encore Decanter .

La signature sur le mur d'honneur, notamment de la d

La signature sur le mur d’honneur, notamment de la responsable de Maxwell Storry Baynes © JPS

Comme le veut la tradition, cela passe d’abord par la signature des 70 invités sur le mur d’honneur, avant la visite du château et le discours inaugural du nouveau propriétaire. C’est en l’occurrence Stephen Lu, un Tawainais à la tête d’une multinationale alimentaire Golden Field, qui a acquis le domaine et célèbre cet achat en grandes pompes.

Ce jour est un grand jour que j’apprécie. On a tout gardé ici et refait la décoration. C’est un endroit spécial. J’adore la France, j’adore Bordeaux », Stephen Lu, propriétaire du château Bel Air.

« Il faut se réjouir de ces nouveaux venus, ce sont des locomotives, m’explique Daniel Fenelon, le maire de Belvès-de-Castillon, lui-même viticulteur ; « on souffre depuis la grêle, le gel encore aujourd’hui, je pense qu’on a besoin de gens pour redynamiser nos appellations, qui finalement ne se portent pas trop trop bien« 

IMG_8968

L’intérieur du château a été entièrement restauré avec bon goût par un architecte et des entreprises locales, décoré de quelques antiquités dans un juste raffinement.

IMG_9041Quant au vignoble, il avait été acquis précédemment par Patrick David, originaire de Cognac, négociant à Bordeaux, qui avait réussi à le faire fructifier passant de 20 à 55 hectares.

IMG_9063Toutefois, il considère que le nouvel acquéreur a suffisamment de moyens pour faire encore progresser ce château et ces vins en qualité.

C’est une propriété que j’ai gardée 24 ans et si j’ai pris la décision de la vendre, c’est que je n’avais pas d’enfant pour prendre la suite et j’arrive à un âge où il faut se poser les bonnes questions. Je suis très heureux de l’avoir vendu à ce groupe car ils ont des moyens suffisants pour valoriser le château, » Patrick David ancien propriétaire.

Patrick David, le précédent propriétaire du château Bel Air © JPS

Patrick David, le précédent propriétaire du château Bel Air © JPS

Depuis le début de l’année, 5 châteaux ont encore été acquis par des Chinois ou Asiatiques ;

Stephen Lu et Patrick David, le nouveau et l'ancien propriétaire © JPS

Stephen Lu et Patrick David, le nouveau et l’ancien propriétaire © JPS

des ventes réalisées notamment par Li Lijuan, cette Chinoise aujourd’hui très célèbre, qui outre le fait d’organiser des concerts comme ce jour-là, est aussi une très bonne conseillère en vente de propriétés viticoles à Bordeaux avec Maxwell Storry Baynes.

Pour chaque investissement, il faut surtout avoir une bonne distribution derrière pour écouler les productions, sinon c’est très difficile pour devenir propriétaire en France », Li Lijuan conseillère en vente de châteaux.

Le concert donné par Li Lijuan accompagnée pour la première fois par un orchestre de 17 musiciens le FD Band © JPS

Le concert donné par Li Lijuan accompagnée pour la première fois par un orchestre de 17 musiciens le FD Band © JPS

Si l’ancien propiétaire vendait 90% de sa production sur le marché français, Monsieur Lu compte, lui, exporter la moitié vers la Chine et Taïwan, l’autre moitié restant à vendre en France.

Photo de famille devant le château Bel Air © JPS

Photo de famille devant le château Bel Air © JPS

En tout cas, il a souhaité gardé les équipes locales pour continuer à travailler avec elles, et l’ancien propriétaire Patrick David continuera à conseiller Mr Lu et le domaine durant 2 ans.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Christophe Brousseau et Christophe Varone :

18 Sep

Une vente prestigieuse de vins fins et de spiritueux, mardi 19 et mercredi 20 chez Artcurial

En pleine foire aux vins, il y a aussi les ventes aux enchères qui reprennent. Ce mardi et mercredi, deux ventes Artcurial sont au programme.

Le lot N°1 4 bouteilles 1 bt : CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 2006 1er cru Sauternes (étiquette léger tachée) 1 bt : CHÂTEAU SUDUIRAUT 2005 1er cru Sauternes 1 bt : CHÂTEAU SUDUIRAUT 2006 1er cru Sauternes 1 bt : CHÂTEAU CLOS HAUT PERAGUEY 2006 1er cru Sauternes Estimation 110 - 130 €

Le lot N°1 4 bouteilles 1 bt : CHÂTEAU LA TOUR BLANCHE 2006 1er cru Sauternes (étiquette léger tachée)
1 bt : CHÂTEAU SUDUIRAUT 2005 1er cru Sauternes
1 bt : CHÂTEAU SUDUIRAUT 2006 1er cru Sauternes
1 bt : CHÂTEAU CLOS HAUT PERAGUEY 2006 1er cru Sauternes
Estimation 110 – 130 €

Les ventes Vins fins et Spiritueux proposeront 860 lots sur 2 vacations les mardi 19 et mercredi 20 septembre 2017, avec des Grands Crus de Bourgogne tels que Romanée Conti ou encore des trésors Bordelais comme les Château Latour, Château Mouton Rothschild et Pétrus.

Catalogue en ligne : En savoir plus

Consulter le E-Catalogue
Télécharger le catalogue en PDF

15 Sep

Pessac célèbre les vins de Pessac-Léognan et les 30 ans de l’appellation

A l’occasion des vendanges et pour marquer l’anniversaire des 30 ans de l’appellation, la ville de Pessac lance « la Graveline », 1ère fête du genre les 15 et 16 septembre. Une fête destinée à être pérennisée.

Philibert Perrin avec ses deux casquettes : propriétaire de Carbonnieux et Président des Pessac-Léognan © JPS

Philibert Perrin avec ses deux casquettes : propriétaire de Carbonnieux et Président des Pessac-Léognan © JPS

Le constat était clair Pessac n’avait pas de vraie fête pour célébrer ses vins qui portent le nom des deux communes Pessac et Léognan forte des plus renommés châteaux dans la proche banlieue de Bordeaux.

Le constat est d’autant plus grand que quand on se rend à l’étranger, « à l’international, les anglo-saxons ont tendance à prononcer plus Pessac que Léognan », explique Philibert Perrin, le président de l’Appellation.

IMG_8858Votre serviteur a donc suggéré avec le Comité de Quartier du Casino dès 2014 au maire de Pessac et aux représentants de l’Appellation de célébrer les vendanges, de faire une fête comme il pouvait s’en faire à Bordeaux au début du XXe siècle, ce d’autant que cette année coïncidait avec les 30 ans de l’appellation.

La gigantesque Fête des Vendanges de 1909 à Bordeaux qui m'a inspiré et a fait germé cette idée de reproduire une fête à Pessac à l'occasion des vendanges

La gigantesque Fête des Vendanges de 1909 à Bordeaux qui m’a inspiré et a fait germé cette idée de reproduire une fête à Pessac à l’occasion des vendanges

Il a été entendu puisqu’aujourd’hui la ville lance la Graveline avec le Concours des Vins de Pessac-Léognan.

Une appellation créée par la volonté d’André Lurton, arrivé en 1965 dans cette région des graves du Nord. Sans sa volonté farouche et celles de pionniers et de fidèles comme Francis Boutemy, Anthony Perrin, Jean Kressmann, ou Jean Bouquier, l’histoire n’aurait pas été la même . Il est toujours bon de resituer, et de rendre hommage à André Lurton, sans qui Pessac-Léognan n’aurait pas vu le jour. 

Laurent Cisnéros, prorpiétaire de Rouillac et vice-président du syndicat de Pessac-Léognan © JPS

Laurent Cisnéros, prorpiétaire de Rouillac et vice-président du syndicat de Pessac-Léognan © JPS

Ce soir 12 propriétaires de châteaux (Bardins, Carbonnieux, d’Eck, d’Eyran, de GrandMaison, Haut-Lagrange, Lafargue, Léognan, La Louvière, Pique Caillou, Rouillac, Seguin) étaient sur le pont au château de Camponac (ancienne propriété viticole sur Pessac) pour faire déguster leur production en blanc et en rouge, avec 6 bouteilles par cru et par couleur.

Franck Raynal et Philibert Perrin lançant la 1ère édition de la Graveline © JPS

Franck Raynal et Philibert Perrin lançant la 1ère édition de la Graveline © JPS

Près de 250 personnes ont participé à ce cocktail, véritable première pierre scellant ce nouveau rendez-vous festif qui correspond aussi à « une belle réussite et une envie de travailler ensemble » expliquait le maire Franck Raynal, « cela montre votre excellence et l’envie de mettre en avant ce patrimoine de Pessac matériel et immatériel. »

Stella Puel (château Bardins, Catherine Barbier-Lalève Directrice du Syndicat, Chlarles-Henri Gonet (château d'Eck et Haut-Bacalan) et (Seguin) © JPS

Stella Puel (château Bardins, Catherine Barbier-Lalève Directrice du Syndicat, Chlarles-Henri Gonet (château d’Eck et Haut-Bacalan) et Denis Darriet (Seguin) © JPS

Un patrimoine fort de ce terroir de graves sèches et profondes, d’argile et d’argilo-calcaire ce dernier permettant de réaliser de très grands blancs.

Cette fête, préparée par Aurélie di Camillo, va se poursuivre ce samedi 16 par la Graveline, la fête de la vigne et du vin de Pessac, de 19h à 23h au Parc Cazalet, avec du jazz manouche (avec les Pères Peinards), un  mapping (à partir de 21h-21h30) pour les 30 ans de l’appellation sur la façade du château Cazalet et des dégustations des vins de Pessac-Léognan avec planches de charcuterie et de fromages (entrée 10€ comprenant 1 verre de vin, restauration et verre gravé)…9 châteaux de Pessac-Léognan seront présents, pour poursuivre ces dégustations et commenter l’art de la produire ces vins.

Et pour ceux qui souhaitent se rendre dans les propriétés de Pessac-Léognan, c’est tout au long de l’année et lors des Journées Portes Ouvertes les 2 et 3 décembre 2017 ou lors des Estivales en juin prochain.

Relire également : 30 ans, l’âge de raisin : bon anniversaire à l’appellation Pessac-Léognan

14 Sep

Vendanges espagnoles à Montrose : près de 50 ans d’une amitié avec le village de Pruna en Andalousie

Ils sont arrivés le 4 septembre, mais déjà on entend leur doux chant andalous dans les rangs de vigne du château Montrose. Ces Espagnols sont cette année encore plus nombreux, 1/3 de plus qu’il y a 3 ans, pour faire encore plus de parcellaire et de qualitatif.

La famille de

La famille d »Antonio Vera Sanchez © JPS

Depuis 50 ans, les Espagnols du village de Pruna au sud de l’Espagne sont toujours heureux de retrouver en septembre le château Montrose à Saint-Estèphe.

Annabelle rêvait de venir faire les vendanges à Saint-Estèphe. Son château en Espagne, c'est Montrose...© JPS

Annabelle rêvait de venir faire les vendanges à Saint-Estèphe. Son château en Espagne, c’est Montrose…© JPS

Pour Annabelle, c’est la première fois : « ma mère est venue l’année dernière, moi j’étais étudiante, mais une fois terminées mes études, je me suis dit c’est à mon tour »

Antonio, porteur depuis 9 ans, et Hélène Brochet. Des liens d'amitié se sont noués © JPS

Antonio, porteur depuis 9 ans, et Hélène Brochet. Des liens d’amitié se sont noués © JPS

Pour eux, c’est un mois de travail, au smic, avec tous les frais payés. On vient même les chercher en autocar d’Andalousie…à environ 1300 kms.

« On vient ici tous les ans pour faire les vendanges, et ramener un petit peu d’argent à la maison » Antonio, porteur depuis 9 ans.

96 cette année, 60 en 2014 © jps

96 cette année, 60 en 2014, pour un travail ciselé © JPS

Cette année, ils sont 96 engagés dans les rangs de vigne pour récolter avec rapidité et précision les grappes de merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc et petit verdot. A leur tête, il y a le chef, Antonio Vera Sanchez. Lui vient depuis l’âge de 15 ans, depuis 45 ans, il fait partie des tous premiers et depuis a fait des émules :

Voici ma famille, mon neveu, ma fille, ma nièce, mon autre fille, mon frère et mon neveu encore. En tout, on est 13, 14 si on compte ma femme »,  Antonio Vera Sanchez chef de troupe.

Un salut et un respect mutuels entre Antonio Vera Sanchez le chef de la troupe et Hervé Berland le gérant du château Montrose © JPS

Un salut et un respect mutuels entre Antonio Vera Sanchez le chef de la troupe et Hervé Berland le gérant du château Montrose © JPS

Pour Hervé Berland, gérant du château Montrose : « ils font un travail de précision, très qualitatif qui répond à la volonté de faire du parcellaire », quasiment du cousu main, d’ailleurs le château s’est doté de cuves plus petites. « Il y a plus de 70 lots sur les premiers assemblages; cela devient de la haute précision », selon Hélène Brochet responsable de la communication mais aussi de l’intendance pour l’accueil des Espagnols.

IMG_8618

« On essaie d’être dans la plus parfaite adéquation entre les sols, sous-sols et les cépages. On a aussi des climats à Bordeaux (comme en Bourgogne) », poursuit Hervé Berland.

Hervé Berland

Hervé Berland devant la façade du château Montrose © JPS

Sur un paysage comme le nôtre, on a déjà déterminé plus de 40 climats sur une propriété de 90 hectares », Hervé Berland gérant de château Montrose.

Après un tri à la vigne, une autre table de tri et cette table de tri optique © JPS

Après un tri à la vigne, une autre table de tri et cette table de tri optique © JPS

50 ans que cela dure, ou presque, à Saint-Estèphe. Une histoire intimement liée entre le château et ce petit village espagnol andalous.

L'équipe de porteurs espagnols © JPS

L’équipe de porteurs espagnols © JPS

3 générations sont passées à Montrose ; la château n’a d’ailleurs pas cessé d’améliorer les conditions d’accueil, avec de vraies chambres aménagées dans la même bâtisse (devenue d’ailleurs trop petite, un permis de construire a été demandé pour son extension), avec également une immense salle de restaurant où ils mangent midi et soir avec les équipes permanentes du château.

IMG_8667

Hébergée sur place et bien accueillie, la troupe se révèle d’autant plus efficace et disponible pour ramasser en fonction de la météo, très changeante, en ce mois de septembre.

Emission spéciale Vendanges, le 20 septembre, en direct à 12h35, sur Facebook France 3 Aquitaine puis 21h, sur France 3 Limousin et Poutou-Charentes, qui sera rediffusée sur l’ensemble du réseau France 3 Nouvelle-Aquitaine, le jeudi 21 à 8H50.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Olivier Pallas, Emmanuel Cremese, et Isabelle Rougeot :