20 Avr

Branle-bas de combat dans l’Est : le gel touche de nombreux vignobles

Depuis le début de semaine, les températures sont tombées en dessous de 0°C le matin dans de nombreuses régions de l’Est. Les vignobles de Champagne, Bourgogne, du Jura, des Alpes, et d’Alsace ont été plus ou moins impactés par le gel.

Le gel a impacté de nombreux vignobles comme ici à Arbois © France 3 Franche-Comté

Le gel a impacté de nombreux vignobles comme ici à Arbois © France 3 Franche-Comté

Les plus anciens se souviennent du douloureux épisode de 1991 où le gel intense du printemps avait privé de nombreux viticulteurs de récolte.

En ce mois d’avril, le dicton « ne te découvre pas d’un fil » se révèle de saison. Mais le juste ton est de se sentir solidaire de nos amis vignerons qui redoutent cet épisode de gel. Déjà certains ont pu constater dès hier de lourds dégâts sur les bourgeons sortis.

Captur2éAinsi en Champagne, on a enregistré cette nuit des températures de -5 à -7°C, et même -9 à Mourmelon. Les conséquences se sont aussitôt faites ressentir dans les rangs de vignes : près de 80% de pertes de bourgeons par endroits…

Regardez le reportage de mes confrères de France 3 Champagne-Ardennes : Marie-Line Fournier, Isabelle Griffon, Emile Forzy (Interviews : Xavier Muller : Président de la section locale du Syndicat Général des Vignerons Président de Champagne Mailly Grand Cru; Hugues Pereira Président des Jeunes vignerons de Champagne) :

En Alsace, même constat dramatique, à Scherwiller, au sud du Bas-Rhin, la moitié des 32 hectares de Damien Sohler a été touchée par le gel, à hauteur de 50 à 100%. Des dégâts exceptionnels qui augurent de mauvaises récoltes cet automne.

Regardez le reportage de mes confrères de France 3 Alsace : David Meneu et Christian Laemmel. (intervenant :Damien Sohler, viticulteur à Scherwiller (Bas-Rhin)

La veille, c’est le vignoble d’Arbois qui a été pas mal meurtri, alors que la température est tombée à -2°C : 30 à 100% de pertes sur les exploitations de l’AOC Arbois…

« La vigne semble touchée à 90% là, tous les bourgeons avec des feuilles apparentes ont été brûlés par littéralement par le gel et le soleil de ce matin en définitive », témoigne Hervé Ligier, viticulteur et président de l’AOC Arbois. 

Du côté de Château-Chalon, au pays du Vin Jaune, même constat dramatique : « moi, j’ai 1,2 hectare de chardonnay en bas de la barraque-là, ça a été tout cramé… » Une catastrophe après 5 années en demi-teinte, la dernière belle récolte remontait à 2011. « Il y aura une augmentation du prix des vins forcément, car on ne peut pas être touché à 40% sur une exploitation sans réagir à ce niveau-là parce que sinon on ne pourra pas survivre », continue d’expliquer Dominique Tissot, viticulteur et président de l’AOC Château-Chalon à ma collègue Stéphanie Bourgeot.

Certains exploitants jurassiens sont assurés mais d’autres non, s’ajoute à cela un problème de stocks…au plus bas. « L’assurance ne remplace jamais le vin qu’on n’aura pas à vendre, car ne pas satisfaire nos clients est un risque très important d’un point de vue commercial, une clientèle il faut parfois 10-15 ans pour se la bâtir…et à partir du moment où on ne peut plus l’approvisionner, il y a un fort risque de détournement vers d’autres produits, » explique Hervé Ligier , président de l’AOC Arbois.

Regardez le reportage de mes confrères de France 3 Franche-Comté Stéphanie Bourgeot et J-S Meurice : intervenants Hervé Ligier (viticulteur et président de l’AOC Arbois), Dominique Tissot (viticulteur et président de l’AOC Château-Chalon)

CaptureAussi pour tenter de combattre le gel, de nombreux vignerons ont décidé d’allumer des centaines de braseros dans leurs rangs de vigne pour réchauffer l’atmosphère, comme à Chablis. Une solution qui a fait ses preuves par le passé. Les viticulteurs de Saint-Romain (Côte-d’Or) ont aussi dû allumer des braseros entre les rangs de vignes pour faire remonter la température et sauver la récolte.

« On a tout allumé et on est quand même à -1,5°C », précise un vigneron à mes confrères de France 3 Bourgogne « Au ras du sol, on est quasiment à -1,8. Donc on va essayer de sauver les meubles. » « C’est vrai que si on ne faisait rien du tout, il n’y aurait plus de question à se poser ».

Capture4D’autres techniques ont aussi été mises en place comme celle de l’aspersion d’eau, qui fige dans la glace la vigne, qui au dégel peut repartir...

Côté châteaux souhaite bon courage à tous ces vignerons de France, sur le pont dans cette épreuve, contre le gel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *