28 Jan

Le plus vieux vin du monde s’offre un nouvel écrin signé Radoux

C’est historique ! Un vin de 1472, considéré comme le plus vieux du monde, a été transvasé dans un tonneau neuf à Strasbourg. Son nouvel écrin a été réalisé par deux meilleurs ouvriers de France de la tonnellerie charentaise Radoux.

Xavier Gouraud (à gauche) et Jean-Marie Blanchard (à droite) de la Tonnellerie Radoux ont relevé le défi et fabriqué cette réplique à l’identique de l’ancien tonneau © Gérard Brauer.

Xavier Gouraud (à gauche) et Jean-Marie Blanchard (à droite) de la Tonnellerie Radoux ont relevé le défi et fabriqué cette réplique à l’identique de l’ancien tonneau © Gérard Brauer.

L’événement s’est déroulé le 21 janvier 2015 dans les Caves Historiques des Hospices de Strasbourg. Rien à voir avec le sombre anniversaire de la mort de Louis XVI, décapité le 21 janvier 1793. La pièce magistrale a été réalisée par deux tonneliers: X. Gouraud, double Meilleur Ouvrier de France et J.-M Blanchard, Compagnon du Devoir et Meilleur Ouvrier de France.

Les Hospices de Strasbourg ont fait appel au savoir-faire ancestral qui a été transmis de génération en génération, un savoir-faire maîtrisé par les équipes de Radoux, dont la réputation n’est plus à faire. Le must du must.

Un tonneau historique fabriqué à la main, avec les outils de Robert Radoux, fondateur en 1947 de la Tonnellerie © Gérard Brauer.

L’objectif, et pas des moindres, était de réaliser  une pièce à l’identique. Il était bien entendu impossible de démonter le tonneau original contenant le vin le plus vieux du monde ! Pensez donc. Les deux maîtres tonneliers ont travaillé à partir de gabarits, d’un mètre et de photos. Grâce à leur savoir-faire et leur expertise, ils ont fait preuve d’ingéniosité car le temps imparti était très limité : 4 mois seulement pour sélectionner les bois, construire, jointer, étanchéifier, chauffer, cuistrer…

La Tonnellerie Radoux a fourni gracieusement les merrains de l’Allier de première qualité pour la construction de cette réplique. Le bois a subi plusieurs passages d’eau pour enlever le tanin et l’arôme afin qu’il soit le plus neutre possible. Et c’est une chauffe très douce et très lente qui a été appliquée afin de ne pas modifier le goût de ce précieux nectar.

Un savoir faire made in France et un instant historique. Un moment exceptionnel partagé par Pélagie Hertzog, maître de chai de la Cave Historique des Hospices de Strasbourg avec l’équipe de la Tonnellerie Radoux pendant le transfert du vin dans le nouveau fût © Gérard Brauer.

Le résultat est à la hauteur de leur espérance ainsi vit le jour ce nouveau tonneau de 450 litres, 1.17 mètres de longueur et 97 cm de hauteur, qui aura nécessité plus de 200 heures de travail.

Et pour la troisième fois de son histoire seulement, ce cru, cette légende a rejoint un nouveau fût pour poursuivre sa maturation…pour quelques siècles encore. C’est que le début, d’accord, d’accord… Et quand est-ce qu’on le goûte ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *