21 avr

Vigne et réchauffement climatique ne font pas bon ménage

L’Espagne et en particulier la Catalogne sont des contrées bercées par un soleil presque omniprésent…En 40 ans, le réchauffement climatique s’est traduit par 1 petit degré supplémentaire. Mais déjà viticulteurs catalans tirent la sonnette d’alarme car il ne faudrait pas 2 ou 3 degrés de plus en moyenne. La vigne ne le supporterait pas.

torres

Miguel Torres, Pdg de Bodegas Torres craint le soleil surtout pour ses vignes © France 3

A 1000 M d’altitude dans les Pyrénées, dans l’un des plus hauts vignobles d’Espagne, à Tremp, Raoul Bobet a fui les plaines espagnoles et le réchauffement qui menaçait pour faire en altitude des vins moins sucrés, et plus légers, moins exposés au risque de réchauffement.

J’avais goûté des vins du monde entier qui me plaisaient pour leur légèreté et on ne pouvait pas en faire en Catalogne car il faisait trop chaud. Mon défi, c’était donc de trouver un endroit plus frais, à 1000 m d’altitude, je pouvais y arriver. Tout cela, combiné à un sol calcaire, faisait une situation idéale », selon Raoul Bobet vigneron dans les Pyrénées espagnoles.

vigne pyrA Falset, dans un centre d’études près de Tarragogne, des chercheurs analyses l’impact du réchauffement sur le vin. Dans une région où les vins sont à 15-16 degrés, il faut faire preuve d’imagination pour les redescendre à 14-14,5°. Miguel et David sont aussi au chevet de la vigne et mesure la déshydratation du raisin, pour savoir s’il faut arroser davantage ou pas.

A Vilafranca del Penedès, au sud de Barcelone, la Bodega Torres est le géant qui réfléchit égalemen t au problème climatique. Avec 2 500 ha de vignes et 50 millions de bouteilles écoulées chaque année, on comprend qu’elle ne souhaite pas disparaître.

La vigne est la plante la plus sensible à la chaleur.Si les températures augmentent encore de 2 ou 3°, on pourra toujours faire des salades, des carottes ou des tomates. Mais le raisin, ce sera différent. Nos vins ne seront plus bons, dixit Miguel Torres Pdg Bodegas Torres

raisin

Depuis 10 ans, certains vignerons catalans cultivent en hauteur et ont fait des émules © France 3

Il a installé des panneaux photovoltaïques pour réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre et donner ainsi l’exemple au pays. Ses cuves tournent désormais à l’énergie solaire et les voitures sont également électriques.

Pour jouer sur la maturation. Miguel Torres a élevé ses pieds de vigne. Les grappes sont désormais à 90 cm de hauteur et non plus à 60 cm.

Miguel Torres a acheté également des terres en altitude : 100 ha par ici et 100 ha par là encore plus haut dans les Pyrénées. La course au sommets est lancée…

Regardez ce magazine de Julien Gasparutto et Antoine Placier