27 Avr

Solidarité avec nos amis vignerons bordelais

Résistance. Beaucoup de vignerons sont sur le pont pour faire face au gel depuis la nuit dernière, il vont remettre cela cette nuit. Alors qu’un tonnelier de Charente propose des chutes de bois à ses clients pour parer au gel, et que d’autres hélicoptères vont brasser l’air pour sauver ce qui peut l’être.

CaptureDe New-York, Guillaume Pouthier directeur des Carmes Haut-Brion se dit très touché par le cas de son ami Joël Duffau à Moulon qui vu une bonne partie de son vignoble geler la nuit dernière.

Il m’appelle pour me souligner l’initiative très solidaire de la Tonnellerie Baron qui envoie depuis la Charente des bûchettes, des chutes de bois pour lutter contre le gel la nuit prochaine à Martillac. Il a affrété des camions qui vont venir apporter ce bois pour mettre dans de petits brulots, car bon nombre de propriétés sont à court de Pel, produit naturel qui protège contre le gel, et de bougies.

« Nous nous avons 25% de gelé au Carmes, on a frôlé la catastrophe, mais cette nuit ils annoncent des températures similaires », m’explique Guillaume Pouthier.

Du coté de Saint-Emilion où 50 à 70% du vignoble a été impacté, depuis la nuit dernière 3 hélicoptères ont tourné et survolé notamment les châteaux Corbin Michotte, La Dominique, Figeac… pour brasser l’air, le mouvement des pâles devant empêcher l’air froid et le gel de s’installer sur les vignes.Des renforts seraient attendus.

Voilà les dernières nouvelles du front, au chevet de la vigne, Côté Châteaux exprime sa solidarité avec tous ces vignerons.

Gel sur le vignoble de Bordeaux, la catastrophe redoutée est malheureusement arrivée « on a perdu pas loin de 50% de la récolte en une nuit ! »

Bordeaux avait en partie été épargné, la semaine dernière avec moins de 10% du vignoble touché. Ce matin, les premiers constats sont effrayants de nombreuses parcelles ont été sévèrement impactées. Premiers retours sur ce dramatique épisode de gel.

Au dégel, la vigne flétrit et va sécher dans la journée, le drame © Sophie Aribaud

Au dégel, la vigne flétrit et va sécher dans la journée, le drame commenté par l’oenologue © Sophie Aribaud : « La végétation change très rapidement.L’odeur de végétaux mort en prime »

« C’est la catastrophe », notre ami et grand vigneron Nicolas Lesaint résume ainsi le dernier épisode de gel en date, où vers Saint-Loubès la température la nuit a pu descendre quasiment à -3°C.

La mascotte du château de Reignac est en pleurs par © Nicolas Lesaint

La mascotte du château de Reignac est en pleurs par © Nicolas Lesaint

En matinée, il était encore « incroyablement difficile d’estimer, mais 50% des parcelles semblent touchées. On a un spot de 10ha d’un seul tenant et ces 10ha ont été détruits. Fort heureusement château Reignac est un château reconnu depuis des années pour ses vins de qualités et a les reins plus solides que d’autres châteaux mais « c’est très dur pour mes confrères. »

Saint-Emilion a semble-t-il payé également un lourd tribu. Franck Binard, directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion me confie : « hier nous avions recencé 500 hectares, un peu moins de 10% du vignoble de 7500 ha de Saint-Emilion touché par le gel de la semaine dernière. Mais aujourd’hui on a été durement touché. Il a fait facilement -2°C et on redoute encore pour demain matin. Les secteurs de Saint-Sulpice, Vignonet et Puisseguin ont bien été impactés. Certains châteaux sont gelés à 80%. »

On a perdu cette nuit pas loin de 50% de la récolte à Bordeaux, c’est une catastrophe », Hervé Grandeau président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux

Les températures au petit matin ont été impitoyables © GB

Les températures au petit matin ont été impitoyables © GB

Inutile de demander aujourd’hui à un vigneron comment ça va ? « Pas bien » est la réponse qui ressort le plus souvent ou encore « l’horreur »…Même si les dégâts seront évalués au fil de la journée, et surtout après le prochain épisode vendredi, « les vignes impactées vont de 20 à 100% ». Et Hervé grandeau de confier encore, « j’ai croisé un technicien qui m’a dit avoir perdu entre 70 et 100% sur une exploitation…On est ratiboisé ! Je ne sais pas si c’est comme en 91, mais il a fait entre 0 et -5%, Saint-Emilion est sévèrement touché, le Médoc, on ne pensait pas, mais en partie, Bourg-Blaye à 50%, ce sont de lourdes pertes, très très significatives. »

De nombreux châteaux et amis du blog n’ont pas cessé de m’alerter aujourd’hui sur l’ampleur de cette gelée tardive :  

Gros dégâts sur Lalande de Pomerol malgré une nuit blanche a allumer des feux au Chateau de Chambrun et Moncets!

CHAMBRUNOu encore l’ami Benoît Emannuel Trocard en AOC Fronsac: « La nuit dernière a été pour moi et pour beaucoup de vignerons du Bordelais et Français, l’une des nuitées le plus terribles jamais connus. Le château Couraze, propriété d’un groupe Danois où je suis directeur technique depuis 17 ans viens de perdre 95% de sa production en 2 heures…. de 6h du matin à 8h00 du matin. Une température de -2° a eu raison de nos premières pousses ».

Pour Allan Sichel, président du CIVB : « c est un épisode de gel sévère, je n’ai pas encore de zone pas touchée, on a des taux de 20% selon certaines propriétés à 90 -100 % dans les zones les plus gélives, mais il est trop tôt pour une évaluation exhaustive ou précise;  à vu de nez on parle de 30 à 40% du vignoble atteint. »

Et d’ajouter : « on attend de voir pour une évaluation plus précise, la nuit prochaine on attend encore une nuit fraîche mais on espère moins froide. On s’attendait pour cette nuit à avoir des températures négatives de l’ordre de -1°C mais c’est descendu à -3 et -4°C dans certaines zones. »

Joël Duffau, ce matin constate les dégâts sur ses 44 hecatres © Sylvie Tuscq-Mounet

Joël Duffau dont l’ami vigneron, du château la Mothe du Barry, dont Côté Châteaux vous parlait dès hier a été une fois de plus lourdement impacté:

Jeudi on a gelé 3 hectares, vendredi on a gelé 11 hectares et  là je pense qu’aujourd’hui ça va être pas la fin, mais pas loin. » Joël Duffau vigneron à Moulon

Et d’ajouter : « il est hors de question qu’un de mes enfants reprenne la propriété…Si à 65 ans j’arrête et que personne n’en veuille, j’en ferai un golf, je ne sais pas », trouvant encore un peu la force de plaisanter. « J’étais passionné, mais là je suis…pas déprimé…mais pas loin. »

Regardez le reportage de MP d’Abrigeon et S Tuscq Mounet ce matin chez Joël Duffau à Moulon :

26 Avr

Gel dans les vignes: des hélicoptères au secours des vignobles en Touraine et dans le Bordelais

Quatorze hélicoptères ont été mobilisés en Touraine ce jour. De même, demain de très bonne heure, d’autres hélicoptères seront sur le secteur de Saint-Emilion, pour contribuer à lutter contre le gel qui continue de menacer les vignes.

Photo d'illustration © JPS

Photo d’illustration, avec l’un des pilotes mobilisé ce jour à Saint-Emilion © JPS

« C’est le branle-bas de combat maximal. Après les énormes dégats causés l’année dernière, il n’est pas possible que le gel détruise encore la récolte », a insisté Guillaume Lapaque, directeur des associations viticoles d’Indre-et-Loire, alors que les services météorologiques prévoient des températures négatives matinales dans le département jusqu’à vendredi.

Comme la semaine dernière, sept appareils interviendront au-dessus des vignes de Montlouis-sur-Loire pour brasser l’air au-dessus de leurs vignes et rabattre vers le sol l’air plus chaud situé à faible altitude.

Mobilisation des grands moyens, efficaces © MB

L’AOC de Montlouis, la première en France à avoir décidé collectivement de recourir à cette méthode, « a fait des émules et cinq hélicoptères sont mobilisés pour les vignes de Bourgueil, un à Vouvray et un à Azay-le-Rideau », a indiqué M. Lapaque.

« L’année dernière, les exploitations mises en difficulté ont pu trouver des aménagements avec les banques, mais deux années de suite ce serait insurmontable pour beaucoup d’entre elles : c’est comme une entreprise qui brûlerait deux fois de suite… Même en bonne santé, elle ne s’en relèverait pas », a-t-il expliqué.

18191506_10210622880146704_1098677310_n« Tous les moyens de lutte contre le gel seront mobilisés dans le département : les tours anti-gel (qui brassent l’air elles aussi, ndlr), les bougies, les canons à air chaud, l’aspersion d’eau » (qui protège la plante en gelant, ndlr), a insisté le directeur des associations viticoles d’Indre-et-Loire. « Il ne s’agit pas de privilégier une méthode plutôt qu’une autre, mais d’utiliser la mieux adaptée en fonction des circonstances », a-t-il ajouté.

Le coût d’intervention des hélicoptères est de 200 à 250 euros par hectare et par intervention, selon Damien Delecheneau, le président de l’appellation Montlouis-sur-Loire, qui produit exclusivement des vins blancs effervescents ou tranquilles à base de Chenin.

« C’est une formule qui évite de faire un investissement lourd de départ comme dans le cas d’éoliennes antigel » qui coûtent entre 30.000 et 40.000 euros pièce, souligne-t-il.

Avec AFP.

Philippe Raoux fête ses 30 ans à la tête du château d’Arsac : un monde de culture avec « Stilthouse », la dernière oeuvre signée Arne Quinze

Figure du Médoc, Philippe Raoux fêtait mardi soir les 30 ans de l’acquisition du château d’Arsac. Un Cru Bourgeois, qu’il a élevé parmi les plus grands du Médoc, avec cette singularité d’y mêler art et vin. Depuis 30 ans, il y expose des oeuvres acquises auprès des plus grands artistes contemporains du monde entier.

Philippe Raoux, Hubert de Boüard et Alain Raynaud deux de ses Winemakers, Céline Raoux et

Philippe Raoux, Hubert de Boüard et Alain Raynaud deux de ses Winemakers, Céline Raoux et Arne Quinze

Philippe Raoux, c’est un sacré nom à Bordeaux et en appellation Margaux. Un Monsieur qui a toujours su jouer de créativité et d’imagination pour faire parler de lui et de ses vins.

A une époque, je me souviens, il vous accueillait quand vous descendiez de l’avion, car son image était affichée en grand dans l’aérogare de Bordeaux-Mérignac. Il a acquis le château d’Arsac en 1986 et fête aujourd’hui les 30 ans à la tête de cette propriété, « 30 ans de mariage du goût et du beau. »

Le château d'Arsac et son chai où les 30 ans ont été célébrés © JPS

Le château d’Arsac et son chai où les 30 ans ont été célébrés © JPS

Cette propriété, il l’a entièrement remaniée et restaurée, tant au niveau du vignoble (112 ha d’un seul tenant) que du château et dépendances (l’histoire de la propriété est l’une des plus anciennes du Médoc avec 900 ans), choisissant une couleur bleue pour ses chais comme pour électriser les amateurs d’art et de vin : « je me souviens de mon premier client qui m’avait dit avec cette couleur bleue, vous allez faire des vins de fête et non des vins de messe ! » me confie Philippe Raoux.

bb

Lla Fontaine aux Oiseaux (1998) de Jean Michel Folon fait face à Stilthouse (2017) de Arne Quinze © JPS

L’autre coup de maître de Philippe Raoux, c’est d’avoir acquis et commandé dès 1992 des oeuvres d’artistes mondialement connus ou en devenir:  le Chevêtre (1992), le Grand devers (1993) ou la Déjantée (1995) trois oeuvres de Bernard Pagès, Mother and Child (1999) de Niki de Saint Phale, la Fontaine aux Oiseaux (1998) de Jean Michel Folon, ou encore l’Arbre du Soleil (2006) de Susumu Shingu.

Arne Quinze devant Stilthouse (2017) juste à l'entrée du château d'Arsac

Arne Quinze devant Stilthouse (2017) juste à l’entrée du château d’Arsac

Dernière oeuvre en date, Stilthouse (2017) par l’artiste belge flamand Arne Quinze, 45 ans, qui a réalisé plusieurs oeuvres à Rouen au dessus du fleuve, à Shangaï ou encore Djakarta : « c’est une étude que je fais depuis 15-20 ans, les hommes veulent toujours construire le plus haut possible, je veux sensibiliser les spectateurs pour qu’une approche plus attentive et plus réfléchie de notre aménagement urbain émerge. On voit à travers cette oeuvre que l’être humain ne sait pas s’échapper de la réalité, toujours les pieds dans la terre, mais il ne faut pas hésiter à rêver. Et les couleurs sont là pour rappeler celles de la nature car depuis que je suis né en 1971, nous avons réussi en tant qu’hommes à détruire 30% de la faune et de la flore.«  Ces Stilthouses sont ainsi ces êtres humains fragiles et chancelants, juchés sur des jambes étroites, des sculptures qui veillent sur leur environnement afin de le préserver.

IMG_4819

Forte de son « Jardin des Sculptures », cette propriété a été l’une des premières à s’ouvrir à l’oenotourisme, Nathalie Coiquaud et Sophie Gaillard se remémorent avoir mis sur pied dès 2004 le premier tour depuis l’Office de Tourisme de Bordeaux très prisé des visiteurs français et étrangers.

Dany Rolland, oenologue à Pomerol, a signé la Collection n°9 des WineMakers © JPS

Dany Rolland, oenologue à Pomerol, a signé la Collection n°9 des WineMakers © JPS

Parmi les autres grands projets de Philippe Raoux, il y a bien sûr eu la Winery d’Arsac, un projet visionnaire avec une superbe cave, restaurants et autres animations, qui aurait du prendre un certain envol, si le projet de grand contournement n’avait pas été enterré, me confie l’un des invités.

Il y a aussi sa Collection des WineMakers, une carte blanche donnée depuis 11 millésimes à de grands oenologues et vignerons bordelais, français et même de toute la planète vin. En ce mardi soir, 3 d’entre eux étaient venus rendre hommage à Philippe Raoux qui se définit comme « un jardinier de la vigne » et Céline son épouse : Hubert de Boüard, Alain Raynaud et Dany Rolland surnommés pour cette collection et par le maître des lieux « le pragmatique », « le docteur » et « l’élégante ».

Gel : « la malédiction du 21 avril »

Comme en 1991, le 21 avril a été sans pitié pour certaines exploitations du Bordelais dont 1000 hectares auraient été touchés. Dans l’Hérault, plus de 20.000 hectares de vignoble ont été meurtris la semaine passée par des « gelées d’ampleur » affectant « des centaines de viticulteurs ». Ce matin, la Champagne a encore enregistré des températures négatives…Demain, c’est annoncé encore plus froid et ça pourrait geler de nouveau à Bordeaux.

Capture

Décidément ce 21 avril ! Les vignerons l’ont en travers de la gorge. Si le PS a eu son « 21 avril » en 2002, et les Républicains plus récemment le 23, les viticulteurs eux ont pris de plein fouet cette date comme une malédiction. 

« C’est dans la nuit de jeudi à vendredi qu’on a eu le plus de dégâts, on a eu 5 à 6 hectares de touchés », me confie Nicolas Lesaint du château de Reignac à Saint-Loubès en Gironde ; « c’est vraiment dans les bas-fonds qu’on a enregistré ces dégâts de 100% à 20%, c’est réparti sur une dizaine de spots. On a connu le 21 avril 1991, mais aussi le 21 avril 2017, mais pas dans les mêmes proportions. » Geneviève Caillard, conseillère viticole pour la Chambre d’Agriculture dans le Médoc complète : « on a des plateaux de 3, 5 ou 10 hectares touchés entre 20 et 80 %, il y a eu des secteurs plus touchés notamment dans le sud-Médoc, du côté  d’Arsac, Avensan, Ludon-Macau ».

Christophe Château du CIVB attend les retours de la chambre d’Agriculture avant de communiquer mais peut déjà affirmer que plusieurs vignobles dans « le Blayais, en Castillon et Saint-Emilion, en Entre-Deux-mers, dans les Graves et Pessac-Léognan ont été impactés », globalement ça n’a rien à voir avec 1991 mais « certaines entreprises pourraient être bien touchées à titre individuel. »

Ainsi à Moulon, Joël Duffau a perdu « 11 hectares, un tiers de mon exploitation », son épouse témoigne « on est un peu effondré, c’est assez dramatique après 2009, 2011, 2013 et 2014 où on a pris la grêle. On a très peur pour la nuit prochaine »; « ça commence à faire beaucoup mais il faut qu’on continue », positive Joël Duffau que nous avions rencontré en septembre sur un focus sur les grands vins blancs secs

Carine Delacroix, conseillère viticole de l’Union Régionale Agricole de Branne me confirme que les secteurs « les plus touchés se situent sur Génissac, Moulon et Nérigean. A Moulon, comme à Vignonet, il y a 3 jours de gelées jeudi, vendredi et samedi. Il y a eu aussi des secteurs touchés sur Saint-Sulpice-de Faleyrens, Libourne, Saint-Emilion, un peu de Pomerol aussi. On a des poches de gel qui stagnent, dans des endroits en contre-bas. C’est toujours très particulier le gel. Parfois on n’a pas toujours d’explication. »

Bruno Samie, pour la Chambre d’Agriculture de la Gironde explique que c’est aussi compliqué de donner un chiffre précis sur le nombre d’hectares touchés, mais confie que cela pourrait aller « jusqu’à 10000 ha s’il on prend en compte les parties impactées de 5 à 100 % ».

Pour l’Hérault, le constat est bien plus dramatique : « Après une visite de terrain  sur les secteurs les plus touchés, la région de Pézenas et le Minervois, on peut estimer qu’un peu plus de 20.000 hectares sont touchés, entre 10% et 100%, et que des centaines de viticulteurs sont affectés », a déclaré Jérôme Despey, président de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault. « Le paysage que nous avons vu ce matin, c’était des vignes totalement grillées, comme brûlées après les fortes gelées des nuits des 19 et 20 avril », a-t-il ajouté, estimant qu’environ 20% des récoltes habituelles héraultaises pourraient être perdues, soit environ un million d’hectolitres.

A lire également : Branle-bas de combat dans l’Est : le gel touche de nombreux vignobles

25 Avr

L’Oxygène : ami ou ennemi du Vin ?

Pour aérer et révéler les arômes du vin, Olivier Caste et Michaël Paetzold ont imaginé OptiWine. C’est une carafe de poche qui apporte une quantité d’oxygène juste nécessaire pour réveiller le vin. Par ailleurs d’autres procédés ont prouvé aussi leur efficacité pour éviter ou limiter l’oxydation rapide d’une bouteille de vin, une fois ouverte : en avant les « Coravin », « VacuVin » et autre « Enomatic ». C’est le dossier de Côté Châteaux.

La Carafe de Poche OptiWine créée par Olivier Caste et Michaêl Paotzold © JPS

La Carafe de Poche OptiWine créée par Olivier Caste et Michaël Paetzold © JPS

Olivier Caste est un empêcheur de tourner en rond. En septembre 2016, il a lancé officiellement © OptiWineAvec son ami Michaël Paetzold, oenologue et spécialiste des process oeno-techniques, ils ont mis au point un procédé révolutionnaire: la Carafe de Poche baptisée Optiwine, le tout breveté et déposé. C’est en fait un procédé novateur de nano-aération qui apporte au vin « la juste quantité » d’oxygène  pour libérer et réveiller de manière optimale les arômes enfouis dans la bouteille de vin.

Olivier Caste et sa vision révolutionnaire © JPS

Olivier Caste et sa vision révolutionnaire © JPS

Nous nous sommes aperçus qu’apporter une très faible quantité d’oxygène à l’ouverture de la bouteille, ce fameux réveil en douceur, allait tout simplement permettre aux molécules aromatiques de beaucoup mieux s’exprimer, en tout cas d’amener plus rapidement le vin dans le verre à son plus haut potentiel », Olivier Caste – Optiwine

Une fois OptiWine inserré dans le goulot , il est nécessaire d'incliner 3 fois la bouteilles pour aérer le vin

Une fois OptiWine inserré dans le goulot , il est nécessaire d’incliner 3 fois la bouteilles pour aérer le vin

C’est en fait un aérateur de vin, en résine surlyn, cela ressemble à un bouchon mais c’est beaucoup plus subtil. OptiWine est réalisé avec 16 facettes et une embase plus étroite qui permettent de laisser passer le vin quand la bouteille est inclinée pour donner un « volume d’oxygène maîtrisé ». Une opération à réaliser trois fois avec la bouteille placée le long de l’avant-bras et avec deux doigts pour maintenir Optiwine. Puis vient le temps de la magie, où le vin va reposer 10 minutes et se révéler. Il y a désormais une différence nette entre le verre de vin « optiwiné » et le verre témoin.

David Liorit et Olivier Caste en pleine dégustation du vin "optiwiné" © JPS

David Liorit et Olivier Caste en pleine dégustation du vin « optiwiné » © JPS

Depuis un an et demi, de nombreux châteaux de la place de Bordeaux le suivent, plus d’une trentaine actuellement. Parmi les premiers, il y a eu la Fleur de Boüard, en Lalande-de-Pomerol,et château Petit Val, en Saint-Emilion Grand Cru, mais aussi un célèbre caviste la Vinothèque de Bordeaux. Olivier Caste a commencé à démarcher le marché espagnol et a déjà des touches.

Manifestement, il y a une explosion aromatique, de suite, des éléments qu’on n’avait pas, qui étaient plus discrets, sur le verre témoin, qui se sont révélés », David Liorit manager du château Petit Val.

Et de compléter :« Au niveau de la dégustation, il y a des arômes qui sont un peu plus expressifs que sur le témoin, mais c’est surtout l’oxygène qui vient nous révéler cette minéralité ».

L’oxygène, ami ou ennemi du Vin ? C’est bien sûr en laboratoire, et notamment chez Oenoteam à Libourne, que l’on va tenter de nous éclairer. Car nous sommes bien sûr dans le domaine de la chimie, l’oxygène a forcément une interaction, un impact tant dans la vinification que dans l’élevage.

Stéphane Toutoundji dans son laboratoire Oenoteam à Libourne © JPS

Stéphane Toutoundji dans son laboratoire Oenoteam à Libourne © JPS

Il ne faut pas trop d’oxygène dans les vins blancs parce que l’on perd des arômes primaires et secondaires et dans les vins rouges il faut amener juste ce qu’il faut d’oxygène pour les combinaisons tanins – antocyanes pour stabiliser par exemple la couleur, pour polisser les tanins, et si on amène trop d’oxygène on a des couleurs qui dérivent et on perd beaucoup d’arômes », commente Stéphane Toutoundji d’Oenoteam.

Dans les restaurants ou bars à vins, comme au Point Rouge à Bordeaux, depuis plusieurs années se sont généralisées les machines Oenomatic de distribution de vin au verre. Des machines où les bouteilles de vin sont placées sous azote et permetent de conserver plusieurs jours ces bouteilles ouvertes.

Alexandre Morin, chef sommelier au Point Rouge devant la machine Oenomatic © JPS

Alexandre Morin, chef sommelier au Point Rouge devant la machine Enomatic © JPS

Alexandre Morin, chef sommelier, au Point Rouge à Bordeaux explique : « Au lieu de garder une bouteille pendant 2 jours grand maximum, avant que le phénomène d’oxydation ne se ressente réellement, l’Enomatic va nous permettre de garder nos vins pendant au moins 10 jours et les garder propres avec des arômes précis et des structures en bouche correctes. »

Alexandre Morin dévoilant le système Coravin © JPS

Alexandre Morin dévoilant le système Coravin © JPS

Pour des flacons d’exception, un américain Greg Lambrecht a inventé Coravin , un sytème qui permet de goûter du vin sans ouvrir la bouteille grâce à une aiguille qui perce le bouchon en liège, sans altérer l’étanchéité : « de là, on va faire basculer l’ensemble de la bouteille et du système, appuyer sur le bouton poussoir et du vin va sortir de la bouteille. Maintenant l’argon est dans la bouteille et va créer une couche protectrice entre la surface du vin et le bouchon » commente Alexandre Morin.

Nicolas Blaiset de Vignobles&Châteaux à Saint-Emilion avec la pompe Vacuvin © jps

Nicolas Blaiset de Vignobles&Châteaux à Saint-Emilion avec la pompe à vide d’aire Vacuvin © JPS

Tous ces procédés d’aération ou de protection contre l’oxydation sont aujourd’hui utilisés par les sommeliers, les cavistes, châteaux et même les particuliers. L’un des plus simples et plus abordable est ce système de pompe qui aspire l’air de la bouteille par Vacuvin pour conserver une bouteille plusieurs jours, comme le montre Nicolas Blaiset de Vignobles & Châteaux et le résultat est aussi étonnant.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Christophe Varone et Jean-Marc Ceccaldi :

« Bordeaux, ambitions 2025 » le nouveau plan du CIVB et des Vins de Bordeaux pour relancer leurs ventes

Bernard Farges et Allan Sichel cet après-midi à la Cité du Vin © Jean-Pierre Stahl

Bernard Farges et Allan Sichel le vice président et le président du CIVB© Jean-Pierre Stahl

Un nouveau plan stratégique « Bordeaux, ambitions 2025 » a été présenté lundi par le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) pour relancer la commercialisation des vins de Bordeaux, notamment en France et dans l’Union européenne.

« Le niveau de qualité et la quantité du millésime 2016 doivent nous donner la sérénité nécessaire pour nous permettre de reconquérir des parts de marché dans un environnement très concurrentiel et de plus en plus difficile. Le nouveau plan stratégique du CIVB (…) va doter la filière de réels
leviers d’action pour affronter les défis de demain », a déclaré le président du CIVB, Allan Sichel. « L’enjeu est primordial pour notre filière; nous devons renouer rapidement avec des volumes de commercialisation au-dessus de 5,5 millions d’hectolitres », a-t-il souligné lors de l’assemblée générale du CIVB.

La récolte 2016 s’élève à 5,8 millions d’hectolitres, une production jamais atteinte depuis 10 ans. L’année dernière, 4,73 millions d’hectolitres ont été commercialisés pour une valeur de 3,65 milliards d’euros, soit une baisse de 3% (en volume comme en valeur). « Ce retrait montre que nous sommes toujours impactés par la petite récolte de 2013 et les récoltes moyennes de 2014 et 2015 », a expliqué Allan Sichel.

Après le plan « Bordeaux demain » lancé en 2010, ce nouveau plan devrait être finalisé et publié en fin d’année. Les travaux seront menés par le cabinet de conseil Kéa, avec une série de consultations sur sept thématiques afin de mettre en oeuvre un plan d’action collectif.

Parallèlement à ce nouveau plan, un site internet (www.bordeauxvignobleengage.com) a été lancé mi-avril pour mettre en avant les « bonnes pratiques » et « l’engagement en faveur du développement durable » des viticulteurs, négociants, caves coopératives et syndicats. « L’objectif est de montrer au grand public ce qui est fait et entraîner un maximum d’entreprises dans la démarche », a déclaré le directeur de communication du CIVB, Christophe Château.

Avec AFP

24 Avr

Le vin sud-africain en quête de qualité, d’image et surtout de prix

Depuis vingt ans qu’il fait du vin, Ken Forrester s’est rarement plaint de son sort. « Nous n’avons jamais eu de mauvaise année », dit-il, « nos affaires prospèrent ». Mais le producteur de Stellenbosch l’avoue, l’avenir de l’industrie viticole sud-africaine l’inquiète.

carte-drapeaux-afrique-du-sud

Accroupi au milieu de ses rangées de ceps posées sur 50 hectares au pied des montagnes, Ken Forrester soupèse délicatement quelques grappes de son produit phare. Du chenin blanc. « Regardez cette moisissure. Elle est parfaite. Cette grappe-là est prête à être cueillie », explique le sexagénaire. « Il est très important de cueillir le fruit au bon moment. Sinon, votre vin est juste banal, et un vin banal, n’importe qui d’autre peut en faire ».

Sa recette semble porter ses fruits: l’an dernier, il a vendu près de 500.000 bouteilles.
De quoi assurer largement ses fins de mois ? Pas si sûr. Car c’est là le coeur des difficultés de toute la filière sud-africaine: produire du vin ne paie pas, ou en tout cas pas assez. « Nous avons un grave problème de prix. Nous n’arrivons pas à vendre nos vins à un prix suffisant », résume Ken Forrester.

L’organisation qui regroupe les producteurs de la région du Cap, Vinpro, a résumé d’un chiffre l’ampleur du problème: quelque 40% de ses 3.200 membres perdent de l’argent, et 900 ont jeté l’éponge au cours des 10 dernières années. « Les producteurs sud-africains affichent un taux moyen de retour sur investissement de 2%, c’est bien trop bas pour que leur activité soit durable », confirme Edo Heyns, de Vinpro.

LA QUALITE D’ABORD

Le secteur viticole emploie environ 290.000 personnes et contribue pour 2,6 milliards d’euros au produit intérieur brut de l’Afrique du Sud. Avec 10,5 millions d’hectolitres en 2016, le pays est le 8e producteur mondial de vin. « Les volumes ont été très bons en 2016 (…) mais nous devons obtenir de meilleurs prix pour nos vins », plaide Edo Heyns. « Les crus sud-africains ne sont souvent
réputés que pour leur bon rapport qualité/prix, ça doit changer », insiste-t-il, « il nous faut de la qualité, de l’image, de la promotion ».

Joueur de rugby émérite, Jan « Bolen » Coetzee a porté six fois le maillot des Springboks avant d’acheter en 1980, tradition familiale oblige, son domaine sur les collines de Stellenbosch.
Le septuagénaire en est convaincu lui aussi, l’industrie doit définitivement renoncer à sa politique de la quantité.

Productrice de vin depuis plus de 300 ans, l’Afrique du Sud a subi de plein fouet l’embargo décrété contre ses produits dans les années 1980, au nom de la lutte contre l’apartheid. Et quand le marché s’est rouvert dans les années 1990, elle s’est empressée d’écouler ses stocks, quel qu’en soit le prix.
« Au lieu de vendre nos meilleurs vins, nous avons vendu du vin de table par millions de litres », déplore Jan Coetzee, « notre seul argument était le prix, et le prix était bas ».

Même si les vins sud-africains rivalisent aujourd’hui dans les classements internationaux avec les plus prestigieux bordeaux, l’étiquette de piquette continue à coller à leurs bouteilles. « Je suis choqué qu’en Europe les gens soient prêts à payer plus pour une bouteille d’eau norvégienne tirée d’un glaçon que pour une bouteille de vin sud-africain ! », fulmine M. Coetzee.

Pour tenter de soutenir les prix, l’industrie viticole sud-africaine s’efforce donc de redresser l’image de ses vins à l’étranger, où est exportée plus de la moitié de sa production.

PLACE AUX JEUNES

« Nous avons environ 500 marques de vin mais pas une n’est reconnue dans le monde entier », concède Siobhan Thompson, la patronne de Wines of South Africa (Wosa), le bras commercial de la profession à l’export. Sous forte concurrence du Nouveau-monde (Australie, Chili), elle se bat pour défendre la qualité sud-africaine auprès de ses clients traditionnels (Grande-Bretagne, Allemagne) et l’imposer sur les nouveaux marchés (Chine, Afrique). « Je suis optimiste », assure Mme Thompson, « l’important, c’est que nous produisons des vins de qualité mondiale, nous méritons d’être correctement payés pour ça ».

Enseignant en économie de l’agriculture à l’université de Stellenbosch, Nick Vink est plus mesuré. Pour lui, la viticulture sud-africaine souffre d’un problème structurel. « Du côté de l’offre, nous avons un problème chronique de sur-production », diagnostique-t-il, « et du point de vue de la demande (…) nous n’avons pas le marché intérieur qui permettrait de faire monter les prix au niveau nécessaire ».

Développer ce marché relève du défi, ajoute-t-il, car le plaisir du vin reste largement inconnu de la population noire, majoritaire. « Si vous ne leur vendez pas de vin, vous vous privez d’une large part de ce qu’il faudrait faire pour sauver l’industrie ».

Installé au Cap, le sommelier français Xavier Didier estime toutefois que le secteur est en train de changer, sous l’impulsion de la nouvelle vague des vignerons de la région du Swartland, au nord du Cap, qui a fait de la qualité sa priorité.
« Ces « young guns » sont en train de révolutionner le secteur », juge-t-il, « ils ont coupé les ponts avec les grosses coopératives et travaillent la notion de terroir (…) l’avenir, c’est eux ». En connaisseur, Jan Coetzee fait lui aussi le pari de la relève. « Seuls les producteurs peuvent changer l’image des vins sud-africains », assure-t-il, « notre jeune génération a beaucoup de talent, ils peuvent y arriver ».

AFP

23 Avr

Les 20 et 21 mai, c’est le 12e week-end passion et de dégustation de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Bloquez votre week-end : celui des 20 et 21 mai ! Pour cette 12e édition du Week-End des Grands Crus de Bordeaux, 110 propriétaires seront mobilisés au Hangar 14 et de nombreuses propriétés ouvertes aux visites, dégustations et dîners de prestige dans de nombreuses appellations de Bordeaux.

Trois figures de Pessac-Léognan: © JPS

Trois figures de Pessac-Léognan qui vous attendront au week-end des Grands Crus – ici lors des 10 ans en 2015 © JPS

S’il y a bien un week-end à marquer d’une pierre blanche, c’est celui-ci. Les Grands Crus se mettent en quatre pour vous faire rêver et vous proposer de déguster tant au Hangar 14 à Bordeaux que dans les propriétés pour des dîners de grande tenue leurs meilleurs crus, avec un millésime récent, le 2014 notamment,  et d’autres plus anciens.

Magalie Pourquié, de Léoville-Barton avec Juan (Espagne) et Alexandre (Russie) © JPS

Magalie Pourquié, de Léoville-Barton avec Juan (Espagne) et Alexandre (Russie) © JPS

C’est toujours un instant où le temps semble suspendu par ces arômes et ces bouquets des vins de Bordeaux qui vous laisseront un souvenir impérissable.

Qui de mieux qu'un maître de chai pour parler de l'élevage de 12 mois en barriques comme Jean-Luc Chazeau © JPS

Qui de mieux qu’un maître de chai pour parler de l’élevage de 12 mois en barriques comme Jean-Luc Chazeau © JPS

TOUS AU HANGAR 14 POUR « THE TASTING »

SAMEDI 20 MAI / De 10h à 17h au Hangar 14 à Bordeaux

Plus de 110 propriétaires et représentants vous feront découvrir cette année deux millésimes de leurs grands vins et notamment le fameux 2014. Initiez-vous aux subtilités de l’univers des Grands Crus en plein cœur de Bordeaux !

Prix public : 60€, Professionnel : 30€, Etudiant : 30€

Regardez le petit film de présentation de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Olivier Bernard (Président de l'UGCB), Christine Perrin (château Carbonnieux), Guillaume Pouthier (château Les Carmes Haut-Brion avec son tout nouveau chai signé Philippe Starck inauguré le 24 juin) et Hugo Bernard (Domaine de Chevalier) © JPS

Olivier Bernard (Président de l’UGCB), Christine Perrin (château Carbonnieux), Guillaume Pouthier (château Les Carmes Haut-Brion avec son tout nouveau chai signé Philippe Starck inauguré le 24 juin) et Hugo Bernard (Domaine de Chevalier) © JPS

UN DINER PASSION DANS UN CHATEAU

SAMEDI 20 MAI / Dans un château de votre choix à partir de 20 h

Partagez vos émotions avec les propriétaires de Grands Crus lors d’un dîner de prestige au sein de leurs châteaux. A l’occasion de ces dîners, un service de vin représentant l’ensemble des appellations de l’Union accompagnera chaque plat. Un service de transport sera proposé au départ de Bordeaux.

DES CIRCUITS DE VISITES DANS LE MEDOC ET EN GRAVES & SAUTERNES

DIMANCHE 21 – Un rendez-vous unique avec les grandes appellations bordelaises pour découvrir leurs spécificités au cours de visites-dégustations et de déjeuners dans les châteaux. Deux circuits sont proposés au départ de Bordeaux: Circuit Graves & Sauternes, Circuit Médoc.

Emb

Embarquez à bord d’un bateau pour un déjeûner au fil de l’eau à déguster les vins de Bordeaux et visitez la Cité du Vin © JP Stahl

AU PROGRAMME LA CITE DU VIN ET UN DEJEUNER AU FIL DE L’EAU

DIMANCHE 21 / De 10h à 15h30 à Bordeaux

Venez découvrir la Cité du Vin et évadez-vous sur la Garonne pour un déjeuner accompagné de Grands crus face aux plus belles façades de Bordeaux.

5d480f343f

ET BIEN SUR LA TRADITIONNELLE COUPE DE GOLF DE L’UGCB

Les passionnés de vin et de golf peuvent participer à ce tournoi en « scramble » qui associe propriétaires et amateurs de Grands Crus. La compétition sera clôturée par un déjeuner et une remise des prix autour des vins des propriétaires présents.

Avec UGCB – Pour vos réservations en ligne, c’est ici

Relire l’article en 2016 : Week-end des Grands Crus de Bordeaux : l’engouement avec de plus en plus de jeunes

Relire l’article de 2015 : 10ème anniversaire du Week-End des Grands Crus de Bordeaux : ça vaut bien une fête, non ?

Regardez le reportage de 2014 de Jean-Pierre Stahl et Sylvie Tuscq-Mounet : 

22 Avr

Portes ouvertes ce week-end dans les châteaux de Lalande-de-Pomerol

Il fait beau, alors profitez-en pour vous balader dans les propriétés de l’AOC Lalande-de-Pomerol. Samedi 22 et dimanche 23 avril, visitez les chais de 26 châteaux, dégustez leur production et flânez dans leur vignoble. Petit tour d’horizon.

17990495_1591340377571218_3154220750466164128_oDécouvrez le Château PERRON, en Lalande de Pomerol, datant de 1642, l’une des propriétés les plus anciennes de la commune, située près de l’église construite au XIIème siècle par les Hospitaliers de St Jean de Jérusalem, Chevaliers de Malte. Déjeuners et dîner le samedi soir.
CHATEAU PERRON – Lieu dit « Perron » – 33500 LALANDE DE POMEROL
Tél 05 57 51 40 29 – Email : vignoblesmpmassonie@wanadoo.fr – www.chateauperron.net

Rendez-vous au château SIEURAC  splendide demeure du XIXème inscrite au titre des monuments historiques, au milieu des arbres centenaires de notre parc classé Jardin Remarquable.
Vous pourrez :
– Déguster Plaisir de Siaurac et Château Siaurac en bouteilles et en primeur
– Visiter le vignoble et les chais avec l’ équipe technique qui vous livrera tous ses secrets
– Découvrir le brunch du Chef Jean-Francois Robert ou son déjeuner de famille. 56€ verre de vin offert Réservation au 05 57 51 65 2

Partez à la rencontre du château HAUT-CHAIGNEAU, pour une visite dégustation des vins de la propriété. Avec au programme :

– Exposition de Denis BERGAMELLI, photographies réalisées dans Chai & Vignoble.

  • –   Atelier nez du vin, autour des arômes du vin et du bois.
  • –    (Samedi uniquement) Atelier découverte des Barriques réalisé par la Tonnellerie Sylvain.
  • –    Coloriage et dégustation de jus de raisin pour les enfants
  • Atelier accord Mets & Vins, pensé par François CHARTIER avec dégustation de 3 cépages.

–  FOOD TRUCK  une restauration sur place les 2 jours pour 7 et 12 € – Burger et frites maison + Menu terroir avec brochettes de bœuf et de canard).

CHATEAU HAUT-CHAIGNEAU – Chemin des Trois Bois – 33500 NEAC
Tél. 05 57 51 31 31 – Email :  contact@vignobleschatonnet.com – www.vignobleschatonnet.com

Vivez l’expérience château DE CHAMBRUNPour la première fois, le Château de Chambrun vous accueille lors des Journées Portes Ouvertes de l’appellation Lalande-de-Pomerol.
Au programme:

  • Promenade libre autour du château, du parc, du lac et des parcelles (parcours fléché)
  • Visite commentée du Domaine et des différents chais, suivie d’une dégustation gratuite des vins à la propriété
  • Dégustation des vins sur les millésimes 2011 et 2014, et dégustation du millésime 2006 de Château de Chambrun

Découvrez des voitures anciennes et vieux tracteurs au château VIEUX CHEVROL – visite et dégustation des vins de la propriété avec au programme :
– 4 de voitures anciennes / 4 tracteurs anciens
– Un débat sur le BIO animé par Michel CHAMPSEIX

CHATEAU VIEUX CHEVROL – Famille CHAMPSEIX – 8 Rue Mothes – 33500 NEAC – Tél 05 57 51 09 80 – email : chateau@vieuxchevrol.com – www.vieuxchevrol.com

Ou encore venez à la rencontre de Charlotte et Valentin GENERE-MILHADE du château VIEUX CHAIGNEAU, pour une visite dégustation des vins à la propriété.

CHATEAU VIEUX CHAIGNEAU – 7 Lieu dit  » Chatain » – 33500 NEAC
Tél 05 57 51 57 70 – Email : contact@chateauvieuxchaigneau.fr – www.chateauvieuxchaigneau.fr

Lors des journées Portes Ouvertes, Monique BEDRENNE vous accueillera aussi au château  LA CROIX DE LA CHENEVELLE pour une présentation et une dégustation des vins de l’exploitation.
Au programme également, exposition de peintures, producteurs locaux, dédicace du livre de Maryse YOTEAU
Diner en soirée (sur réservation au 06 81 90 50 72) 

CHATEAU LA CROIX DE LA CHENEVELLE – 3 rue du 8 Mai 1945 – 33500 LALANDE DE POMEROL – Tél. 06 81 90 50 72 – Email : vignobles.bedrenne@orange.fr – www.vignobles-bedrenne.com

A vos tablettes :  du 22 avril à 9:00 au 23 avril à 19:00
(attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

RSS