06 Sep

Rififi à la tête de l’UDI : Giscard d’Estaing et la « faute politique majeure » de Lagarde au sujet de Macron

A peine Emmanuel Macron avait-il quitté le gouvernement que certains commençaient à lui faire la cour. Le premier à avoir déclaré sa flamme, on le trouve du côté de l’UDI. Jean-Christophe Lagarde, son président, affirmait au journal Le Parisien du 31 août que son parti avait « vocation à parler » avec l’ancien Ministre de l’économie. « Il y a plus de points communs dans le discours qu’il tient depuis deux ans avec nous qu’avec Aubry, Montebourg ou Hamon« , ajoutait alors le responsable centriste, allant jusqu’à évoquer un rapprochement en vue de l’élection présidentielle. Le projet commun « peut être porté par une candidature UDI, par la sienne, ou d’autres. (…) Nous en discuterons avec lui et avec nos amis« , expliquait enfin M. Lagarde.

Force est de constater qu’un des « amis » n’a pas l’air du même avis. Cité par Le Figaro, Louis Giscard d’Estaing, vice-président de l’UDI, estime que « Jean-Christophe Lagarde a commis une faute politique majeure en donnant l’impression de voler au secours d’Emmanuel Macron« . Le maire de Chamalières va-t-il à son tour voler dans les plumes de son président ?

 

 

31 Août

Le député socialiste du Cantal, Alain Calmette, plutôt en phase avec Emmanuel Macron

En avril 2016, sur le plateau de La Voix Est Libre, l’émission politique de France 3 Auvergne, Alain Calmette n’avait pas hésité à afficher son intérêt pour Emmanuel Macron. Alors que les prises de positions de celui qui occupait alors le fauteuil de Ministre de l’économie dérangeaient déjà à gauche, le député socialiste du Cantal estimait alors que ses initiatives étaient « de bon aloi ». « Il essaie, peut-être avant d’autres, de rebooster la politique en essayant d’avoir un discours optimiste, non pas fataliste », expliquait Alain Calmette. 

Il y a des progressistes dans les deux camps, il y a des conservateurs dans les deux camps.

A la question de savoir s’il pourrait être un soutien du mouvement « En marche ! » lancé le 6 avril 2016 par Emmanuel Macron, Alain Calmette avait répondu par l’affirmative, ajoutant « sans problème ». Il reconnait chez lui une capacité à vouloir « rebooster » la politique en faisant tomber certains clivages. Comme lui, l’élu auvergnat estime qu’il existe un autre clivage que celui opposant la gauche à la droite, « je veux parler du clivage entre progressistes et réformateurs », disait-il alors. « Il y a des progressistes dans les deux camps, il y a des conservateurs dans les deux camps ».

Quant à savoir si Emmanuel Macron ferait un bon Président de la République, Alain Calmette le pense mais il estime qu’il « a le temps devant lui ».

Démission d’Emmanuel Macron : les politiques en Auvergne ironisent sur les réseaux sociaux

Emmanuel Macron (AFP PHOTO / MATTHIEU ALEXANDRE)

Emmanuel Macron (AFP PHOTO / MATTHIEU ALEXANDRE)

C’est fait. Emmanuel Macron (qui reconnaissait il y a peu ne pas être socialiste) a démissionné du gouvernement. Le Ministre de l’économie a été reçu mardi après-midi à l’Elysée par le Président de la République. Arrivé dans l’équipe de Manuel Valls deux ans plus tôt à l’âge de 36 ans, Emmanuel Macron reprend donc sa liberté de parole (l’avait-il vraiment abandonnée ?) et va pouvoir se mettre réellement en marche (son mouvement politique)… vers 2017 ?

Sur Twitter, la classe politique auvergnate n’a pas manqué de réagir, même avant l’annonce officielle, au départ du Ministre de l’économie.

Le socialiste Laurent Johanny, conseiller municipal au Puy-en-Velay, a ironisé face au nombre sans cesse croissant de potentiels candidats pour la Présidence de la République en 2017. Un casse-tête pour les sondeurs, selon lui.

Jean-Pierre Brenas, conseiller régional Les Républicains en Auvergne-Rhône-Alpes et conseiller municipal à Clermont-Ferrand, pense qu’Emmanuel Macron est allé annoncer à François Hollande qu’il briguait maintenant son bureau.

Citant le tweet de Jean-Pierre Brenas, le Clermontois Alexis Blondeau, qui préside l’association 100% Citoyens, n’a pas manqué d’envoyer une pique à l’élu de Droite en constatant que « même les plus fidèles de Nicolas Sarkozy ne croient plus en sa victoire« .

Pour, Christophe Boudot, conseiller régional FN en Auvergne-Rhône-Alpes, c’est le calendrier qui interpelle.

Le maire Les Républicains de Chamalières (63), Louis Giscard d’Estaing, met en garde le désormais ex Ministre de l’économie à ne pas rester sur le bord de la route.

Enfin, Patrick Mignola, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes en charge des transports, comprend mieux le timing de la vente de l’aéroport de Lyon au consortium conduit par Vinci (51%) et associant Predica et la Caisse des dépôts.

30 Août

L’ancien sénateur du Puy-de-Dôme, Jean-Marc Juilhard, blessé dans un accident de la route

L’ancien sénateur UDF (puis UMP) du Puy-de-Dôme, Jean-Marc Juilhard, a été victime d’un spectaculaire accident de la route, mardi matin, à Clermont-Ferrand comme le révèle nos confrères de La Montagne.

Vers 10h15, sa voiture a percuté un fourgon, puis renversé un arbre avant de s’encastrer dans un pylône électrique en béton entraînant la chute de celui-ci. 

L’ancien maire de Saint-Sandoux et pensionnaire du Palais du Luxembourg de 2001 à 2011, aujourd’hui âgé de 76 ans, souffre d’un traumatisme crânien, il a été pris en charge au CHU de Clermont-Ferrand.

18 Juin

Hortefeux sur Wauquiez : « C’est un vrai bonheur de travailler avec lui »

Invité de La Voix est Libre, le 18 juin, sur l’antenne de France 3 Auvergne, Brice Hortefeux a été interrogé par Yannick Kusy sur sa relation avec Laurent Wauquiez, le n°2 du parti Les Républicains. « Laurent est quelqu’un que j’aime vraiment, affectivement, beaucoup », assure l’eurodéputé, également vice-président du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Depuis le début de l’année 2016, Laurent Wauquiez préside la 2e région de France et, pour Brice Hortefeux, « on n’imagine pas la fonction qui est la sienne ». « Il y a douze départements dans cette région, il les parcourt nuit et jour », rappelle le conseiller régional, « je pense qu’il est plus souvent en voiture qu’à son domicile ».

Les éloges ne s’arrêtent pas là. « Il est profondément engagé, profondément disponible, profondément dynamique », ajoute M. Hortefeux. « C’est un vrai bonheur de travailler avec lui ».

19 Mai

Etat d’urgence : Danielle Auroi (EELV) et André Chassaigne votent contre sa prolongation

Petite devinette : combien de députés ont voté la prolongation de l’état d’urgence jeudi ? Soixante-huit. Oui, vous avez bien lu : 68. On est loin des 577 élus qui siègent à l’Assemblée nationale.

Ce 19 mai, parmi les 12% de députés présents dans l’hémicycle du Palais Bourbon, deux Auvergnats (seulement) ont participé au vote qui rallonge de deux mois cet état d’urgence. Les deux se sont prononcé contre. Il s’agit de l’écologiste Danielle Auroi (députée du Puy-de-Dôme) et du communiste André Chassaigne, lui aussi Puydômois.

L’analyse du scrutin est ici

10 Mai

Olivier Bianchi, le maire de Clermont-Ferrand, montera les marches à Cannes le 13 mai

Olivier Bianchi est attendu à Cannes vendredi. Le maire socialiste de Clermont-Ferrand n’y va pas pour présenter un film dans lequel il apparaîtrait mais pour participer à la réunion de la commission Culture de France Urbaine.

France Urbaine est une entité née de la fusion de l’Association
 des Maires de Grandes Villes de France 
et de l’Association des Communautés Urbaines 
de France, elle regroupe les élus des métropoles, des grandes communautés et des villes centres ou périphériques.

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand

La commission Culture est co-présidée par Olivier Bianchi et David Lisnard, le maire (Les Républicains) de Cannes. Vendredi, elle doit se pencher sur le rôle de ces métropoles, de ces communautés et de ces grandes villes dans l’accompagnement de la création cinématographique même si le cinéma est une compétence économique que relève des régions.

Olivier Bianchi nous a par ailleurs confié qu’il comptait sur son déplacement cannois pour développer son réseau dans l’optique de faire de Clermont-Ferrand la capitale européenne de la culture en 2028.

07 Avr

Wauquiez à Queyranne : « La campagne est finie, sortez de votre amertume »

Invité du journal télévisé de France 3 Auvergne, jeudi à 12 heures, Laurent Wauquiez a répondu à Jean-Jack Queyranne, son prédécesseur à la présidence de la région Rhône-Alpes. Dans une tribune publiée par le site du Monde (6/4/16), le conseiller régional socialiste a profité des « 100 jours » du nouveau patron de la région pour attaquer « ce populisme de droite qui se répand en Europe (…) qui trouve en Laurent Wauquiez un apprenti sorcier et en Auvergne-Rhône-Alpes un laboratoire« .

LeMonde-Queyranne

Sortez de votre amertume, sortez de votre aigreur

C’est avez le sourire que Laurent Wauquiez a réagi sur l’antenne télévisée de France 3 Auvergne en invitant son adversaire socialiste aux dernières élections régionales à sortir de son « amertume » et de son « aigreur« . « La campagne est finie« , lui a rappelé l’homme à la parka rouge. Au passage, le président auvergnat de la région a dressé un petit bilan de son action depuis sa prise de fonction le 4 janvier. « Effectivement, on a pris des décisions, on a baissé les indemnités des élus, parce qu’avant il y avait du gaspillage« , a-t-il dit, « on fait des économies, on remet l’argent sur des projets, on s’occupe de défendre l’emploi de chez nous et j’assume de dire que je suis là pour défendre l’emploi dans ma région« . Enfin, Laurent Wauquiez avoue qu’il « assume ces idées très sereinement et très tranquillement« .

 

22 Mar

Laurent Wauquiez : « Je demande à nouveau l’internement des individus fichés S »

Quelques heures après les attentats qui ont frappé Bruxelles, le 22 mars au matin, les réactions ont été nombreuses sur les réseaux sociaux. Parmi elles, celle de Laurent Wauquiez. Le député de Haute-Loire et président Les Républicains de la région Auvergne-Rhône-Alpes a réitéré sa demande d’internement « des individus fichés S et de ceux qui reviennent du djihad« .

Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 qui avaient fait 130 morts et 413 blessés en France, le secrétaire général du parti Les Républicains avait déjà demandé que « les 4 000 personnes vivant sur le territoire français, fichées pour terrorisme » soient « placées dans des centres d’internement anti-terroristes spécifiquement dédiés« . « Notre système de défense doit maintenant être à la hauteur de la menace. Il n’y a pas de liberté pour les ennemis de la France et de la République« , avait-il justifié.

10 Mar

La région Auvergne-Rhône-Alpes consulte ses habitants pour se trouver un nom

AURA consulte pour son nomAprès les 4 500 lycéens de la région, c’est au tour des habitants des territoires d’Auvergne et Rhône-Alpes de suggérer un nom pour la nouvelle grande région, officiellement née le 1er janvier 2016.

Le 9 mars, le Conseil Régional a mis en ligne un formulaire à l’adresse http://www.auvergnerhonealpes.eu/78-votez-pour-le-nom.htm dans lequel on peut donner un nom à ce nouveau territoire.

Aura, Auralpes, Rhôvergne, Rhône-Alpes-Auvergne, Auvergne-Rhône-Alpes, ou simplement Auvergne… la Région compte sur ses habitants pour lui apporter le plus d’idées possibles avant de prendre une décision qui sera entériné par le Conseil d’Etat le 1er octobre prochain.

Le formulaire est en ligne jusqu’au 25 mars.

RSS