09 Déc

Contre le FN, André Chassaigne voterait « sans hésiter » pour Bertrand ou Estrosi

Alors que Jean-Luc Mélenchon ne donne aucune consigne de vote dans les régions où le Parti Socialiste a retiré ses listes pour le second tour des élections régionales laissant les listes d’union de la Droite seules face au FN, l’autre figure du Front de Gauche, le député communiste du Puy-de-Dôme André Chassaigne, a indiqué que s’il était électeur en PACA ou Nord-Pas-de-Calais-Picardie, il voterait « sans hésiter » pour les candidats Les Républicains Xavier Bertrand ou Christian Estrosi.

« Si je devais choisir entre une liste FN et une liste Les Républicains, avec Bertrand ou quelqu’un d’autre, je voterais les Républicains sans hésiter« , a-t-il déclaré lors d’un point presse. L’élu auvergnat a cependant déploré la décision « unilatérale » du parti socialiste de retirer ses listes dans ces deux régions. Ainsi, en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, il voterait pour la liste PS conduite par le Cussetois d’origine Jean-Pierre Masseret pour faire barrage au Front National.

17 Nov

Eric Dubourgnoux (PCF) : « Contre la haine, opposons une véritable culture de Paix ! »

Suite aux attentats parisiens qui ont coûté la vie à 129 personnes et blessé plus de 300 autres (bilan provisoire), voici la réaction d’Eric Dubourgnoux, le président du Groupe Front de Gauche au Conseil Régional d’Auvergne.

« Le vendredi 13 novembre 2015 Paris et la France ont été une nouvelle fois frappés en plein cœur. A peine onze mois après les attentats barbares de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher de Vincennes, la capitale a vu sur son territoire un déchainement de haine sans précèdent. Le terrorisme fanatique s’est abattu froidement contre des innocents qui profitaient simplement de la vie et de la douceur d’un été indien jouant les prolongations. Toutes et tous n’aspiraient qu’à se détendre et à se retrouver pour vivre ensemble.

Personne ne pouvait s’attendre à de tels carnages dans ces lieux de vie. La violence de ces actes n’a aucune comparaison dans l’histoire de France depuis la libération. Rien ne peut évidemment justifier les actes terroristes perpétrés vendredi soir. Aucune excuse ne peut être trouvée à des fanatiques qui tuent des hommes et des femmes.

Nous exprimons aux familles et aux proches des victimes notre compassion et notre solidarité dans ce moment dramatique pour toute la nation. Personne ne pourra remettre en cause la liberté, l’égalité et la fraternité incarnées par notre République. Nous affirmons que la lutte contre le terrorisme doit être une priorité absolue.

Mais face à la barbarie de ces terroristes, la France ne doit plus céder à la tentation guerrière ou à la mise en œuvre d’une politique intérieure basée sur le sécuritaire et la privation de libertés. Nous ne pouvons pas accepter la fatalité selon laquelle il faudrait s’habituer à vivre dans la peur permanente. C’est pour cela que les libertés fondamentales ne peuvent être remises en cause. Les différentes lois et mesures sécuritaires adoptées ces dernières années n’auront rien réglées et n’auront surtout pas empêché le terrorisme de frapper violement notre république. A l’opposé du tout sécuritaire voulu par certains, il est urgent que les pouvoirs publics, les élus, le monde associatif puissent se réunir sur tout le territoire national pour imaginer et mettre en œuvre une communauté de vie basée sur le vivre ensemble et les valeurs républicaines.

Par ailleurs, nous appelons le Président de la République et le gouvernement à changer le cap de la politique internationale de la France, marquée avant tout par une orientation atlantiste et va-t’en guerre. Depuis 2001, les différentes attaques en Afghanistan, en Irak, en Lybie ou encore actuellement en Syrie, n’auront fait qu’aggraver le chaos et les guerres civiles. A l’inverse d’une guerre menée au nom de la civilisation, nous préconisons la mise en avant d’une véritable culture de paix impulsée par la France et avec une ONU qui puisse retrouver rapidement sa place pour en finir avec la guerre dans tout le Moyen-Orient.

C’est bien en réaffirmant haut et fort notre attachement à la Paix et aux valeurs de la république que nous pourrons combattre efficacement les obscurantismes de tous bords. »

10 Nov

Régionales 2015 (Auvergne-Rhône-Alpes) : les 4 listes « Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire » pour l’Auvergne

C’est Jean-Charles Kohlhaas qui mène le « Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire » pour les élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. Cette liste est le fruit du regroupement de diverses couleurs : Europe Ecologie-Les Verts, le Parti de Gauche, Nouvelle Donne, la Nouvelle Gauche Socialiste.

On notera que sur les 13 listes présentées en Auvergne et Rhône-Alpes, 8 ont une femme à leur tête. Dans le Puy-de-Dôme, Danielle Auroi, députée de la 3ème circonscription, est présente en dernière position.

ALLIER

  1. Anne Babian-Lhermet
  2. Marc Giraud
  3. Sylvie Boussand
  4. François Cors
  5. Nadia Ettahfi-Bizet
  6. Nicolas Sem
  7. Magali Dubreuil
  8. Robert Boutterin
  9. Marie-Thérèse Gobin
  10. Michel Prothon
  11. Nicole Rouaire

CANTAL

  1. Jean-Louis Benavent
  2. Olivia Gueroult
  3. Ariel Geoffriau
  4. Alexandra Ordroneau
  5. Michel Maciazek
  6. Elise Brugière

HAUTE-LOIRE

  1. Céline Gacon
  2. Lionel Bouton
  3. Ghislaine Yvon
  4. Renaud Daumas
  5. Michelle Bérard
  6. Antoine Royet
  7. Nicole Riou
  8. Pierre Pommarel

PUY-DE-DÔME

  1. Fatima Bezli
  2. Tony Bernard
  3. Christine Buisson
  4. Tahar Bouanane
  5. Céline Porcheron
  6. Christophe Lansigu
  7. Zoulikha Mederreg
  8. Laurent Hecquet
  9. Hélène Veilhan
  10. Romain Dureau
  11. Virginie Barreyre
  12. Thierry Tailhandier
  13. Magalie Bourdier
  14. Gaël Drillon
  15. Leila Chetih
  16. Marc Chovin
  17. Agnès Mollon
  18. Maurice Daubannay
  19. Danielle Auroi

Régionales 2015 (Auvergne-Rhône-Alpes) : les 4 listes « L’humain d’abord avec la gauche républicaine et sociale » (PCF/MRC) pour l’Auvergne

Pour les élections régionales des 6 et 13 décembre prochain, les communistes et le Mouvement Républicain et Citoyen sont emmenés par la sénatrice de la Loire Cécile Cukierman sur la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. En Auvergne, la figure de proue a pour visage André Chassaigne, le député PCF du Puy-de-Dôme, conseiller régional sortant.

ALLIER

  1. Yannick Monnet
  2. Pascales Semet
  3. Sylvain Bourdier
  4. Geneviève De Gouveia
  5. Romain Boudet
  6. Claude Bourdier
  7. Jean-Luc Jeanton
  8. Valérie Mannevy
  9. Romain Vieira
  10. Chantal Tourret
  11. Patrick Besson

CANTAL

  1. Jean-Paul Peuch
  2. Marie-Noëlle Benoit
  3. Sébastien Prat
  4. Marinette Aduredrie
  5. François Boisset
  6. Chantal Mazières

HAUTE-LOIRE

  1. Yves Prat
  2. Evelyne Valentin
  3. Laurent Doussin
  4. Eliane Meret
  5. Didier Audouard
  6. Michelle Chaumet
  7. Didier Bourdelin
  8. Anne-Sophie Putot

PUY-DE-DÔME

  1. André Chassaigne
  2. Christine Faure
  3. Jean-Marc Miguet
  4. Catherine Fromage
  5. Boris Bouchet
  6. Magali Gallais
  7. Christophe Boucheix
  8. Stéphanie Lobo
  9. Claude Nowotny
  10. Paulette Janoux-Bouffard
  11. Jean-Michel Charlat
  12. Nina Avril
  13. Bernard Boissier
  14. Véronique Faucher
  15. Jean-François Lamoureux
  16. Jacqueline Duboisset
  17. Kévin Guillot
  18. Yvette Mercier
  19. Christian Sinsard

29 Sep

André Chassaigne : « Macron se comporte comme un cabot »

André Chassaigne est en pleine forme ! Mardi matin, à l’occasion de son traditionnel point presse hebdomadaire, la figure de proue du Front de Gauche à l’Assemblée Nationale n’a pas été tendre avec ses « alliés » socialistes.

Macron quand il est arrivé, il me donnait un peu l’impression d’un Saint-Bernard (…). Il se révèle comme étant le chien de garde d’un libéralisme exacerbé et se comporte en cabot qui va mordre les mollets de tout ce qui peut être considéré comme progressiste.

Le député communiste du Puy-de-Dôme a invité le Parti Socialiste « à faire le ménage avant de vouloir donner des leçons« . Dans sa ligne de mire, le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, qui a affirmé dimanche : « le libéralisme est une valeur de gauche« . André Chassaigne a, visiblement, guère apprécié cette dernière sortie. « Macron quand il est arrivé, il me donnait un peu l’impression d’un Saint-Bernard qui vient pour sauver l’économie française« , a lancé l’élu auvergnat à la presse, « tout propre sur lui, il tenait aussi un peu du lévrier dans sa façon d’être. Il se révèle comme étant le chien de garde d’un libéralisme exacerbé et se comporte en cabot qui va mordre les mollets de tout ce qui peut être considéré comme progressiste« .

Que le PS commence à faire le ménage avant de vouloir donner des leçons.

Face à ce qu’il nomme des « macronites » quotidiennes, André Chassaigne s’étonne de l’idée socialiste qui consiste à faire un référendum sur l’unité de la Gauche et considère qu’aller main dans la main aux élections régionales avec une « même base programmatique que le PS » serait « de facto une acceptation de la politique gouvernementale« . « Ils peuvent faire tout le cinéma, la comedia dell’arte qu’ils veulent avec le référendum, tout ça c’est du pipeau », a-t-il insisté.

11 Sep

André Chassaigne pas à la fête (de l’Huma)

André Chassaigne (Crédit photo : MaxPPP)

André Chassaigne (Crédit photo : MaxPPP)

C’est « la rage au cœur » qu’André Chassaigne a annoncé, jeudi, qu’il serait absent de la Fête de l’Huma qui débute vendredi à La Courneuve. Le député communiste du Puy-de-Dôme est cloué au lit en raison d’une lombalgie aiguë.

La solide bête auvergnate que je suis, pourtant héritière des scieurs de long du Livradois au dos d’acier, est clouée à la maison.

Sur son blog, « Dédé » a tenu à s’excuser pour ce faux bond de dernière minute auprès de ses amis des autres fédérations et de Facebook. On ne pourra donc pas croiser l’élu auvergnat sur le stand des 3 Bougnats mais il espère pouvoir se plier à cet « agréable passage obligé » qu’est la Fête de l’Huma l’année prochaine…si son dos le veut bien…

09 Avr

André Chassaigne : « Jean-Luc Mélenchon, je n’ai pas de relation particulière avec lui »

André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012, lors de la campagne présidentielle (Photo : AFP PHOTO THIERRY ZOCCOLAN)

André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012, lors de la campagne présidentielle (Photo : AFP PHOTO THIERRY ZOCCOLAN)

Mercredi, le député communiste du Puy-de-Dôme, André Chassaigne, était l’invité de « Questions d’Info » sur LCP. Le président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l’Assemblée Nationale est revenu sur ses relations avec Jean-Luc Mélenchon, la figure de proue du Front de Gauche. « Je n’ai pas de relation particulière avec lui. Si on se croise une ou deux fois par an, c’est bien le maximum« , a expliqué l’élu auvergnat.

Revenant sur l’élection présidentielle de mai 2012 et la candidature de M. Mélenchon, André Chassaigne, un temps pressenti pour incarner ce rôle, reconnait qu’il « a fait la campagne avec talent, avec une façon de sublimer la politique » mais il lui reproche « une personnalisation trop forte« .

On ne peut pas ramener la politique du Front de Gauche à un seul individu, aussi talentueux soit-il.

A la question de savoir si Jean-Luc Mélenchon a cassé une belle idée, André Chassaigne commence par reconnaître que la question est bonne. Puis le député développe sa pensée en affirmant que « par définition, le Front de Gauche doit être une aventure collective ». « On ne peut pas ramener la politique du Front de Gauche à un seul individu, aussi talentueux soit-il« , poursuit-il avant de conclure sur ce thème : « il faut sortir d’une personnalisation extrême« .

André Chassaigne souhaite aujourd’hui que le Front de Gauche sorte d’un rassemblement qui « est en quelque sorte un carcan très limité, très corseté » pour aller vers une entité beaucoup plus large. « Il faut que la Gauche alternative puisse se rassembler« , dit-il, « on peut se retrouver avec les écologistes sur une politique de défense de l’environnement liée à la mise en cause de l’économie libérale« . Mais si M. Chassaigne voit chez les « écolos » de nouveaux amis, il n’hésite pas à jouer la carte franchise avec eux : « il y a un problème d’image, c’est catastrophique, ça alimente une vision de la politique désastreuse sur les question d’affichage d’ambitions« .

03 Mar

Wauquiez vu en « bon président » par 15% des Français, loin derrière Juppé (48%)

Libération a demandé à l’institut de sondages Viavoice d’enquêter auprès des Français pour savoir qui ils voyaient comme un potentiel « bon président de la République ». Pour près de la moitié d’entre eux (48%), c’est Alain Juppé qui parait le mieux armé pour la fonction. Le maire UMP de Bordeaux devance Manuel Valls (40%) et Nicolas Sarkozy (37%). Plus loin derrière, entre Xavier Bertrand et Jean-Luc Mélenchon, arrive Laurent Wauquiez. Le député-maire du Puy-en-Velay recueille 15% d’opinion positive.

Sondage effectué en ligne du 18 au 23 février, auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

24 Fév

Les réactions après le décès d’Yves Carroy, conseiller régional d’Auvergne (Parti de Gauche)

C’est dimanche dans la soirée que s’est éteint le Thiernois Yves Carroy à l’âge de 62 ans. Il a succombé « après un long combat contre la maladie« , comme l’écrit René Souchon dans un communiqué transmis aux rédactions. Le président du Conseil Régional d’Auvergne rend hommage à « un élu passionné, et un militant très actif au service des valeurs de progrès, de solidarité et de la justice sociale« .

Conseiller régional, Yves Carroy était également un des membres fondateurs du Parti de Gauche. En 2008, il avait quitté le Parti Socialiste et rejoint Jean-Luc Mélenchon pour mieux lutter contre la social-démocratie. « Le Parti Socialiste n’est plus une réponse« , disait-il alors devant la caméra de France 3 Auvergne, « il est d’autant moins une réponse lorsqu’on voit la gravité de la crise du capitalisme« . Alexis Corbière, le secrétaire national du PG, a salué sur Twitter un « militant inlassable pour l’écosocialisme« . https://twitter.com/alexiscorbiere/status/569471236868145152

18 Sep

Puy-en-Velay: Fusion des régions, Front de Gauche et réunion publique

Dans le cadre de la réforme territoriale, et plus particulièrement la fusion des régions, le Front de Gauche propose une réunion publique, le 26 septembre, au Puy-en-Velay. Eric Dubourgnoux, qui préside le groupe au Conseil Régional d’Auvergne, et les élus qui l’entourent « portent une autre vision que celle défendue par l’actuel gouvernement » et ils souhaitent l’exposer et en débattre.

Dans son communiqué, le Front de Gauche estime que « la fusion de l’Auvergne et de Rhône-Alpes est lourde de dangers. C’est pour cela que nous pensons que rien ne peut se faire, ni se décider, sans l’implication citoyenne et le débat démocratique« . « C’est la casse systématique du modèle français au profit de celui qui règne dans les pays anglo-saxons« , estiment-ils par ailleurs, « même l’Etat français y perdra de sa force au profit d’instances européennes encore plus éloignées des citoyens. Que dire des conséquences désastreuses pour les territoires ruraux ?« ; s’interrogent-ils.

La réunion aura lieu le vendredi 26 septembre à 18h au centre Roger-Fourneyron du Puy-en-Velay.

Invitation débat réforme territoriale 260914 le puy en velay