09 Avr

André Chassaigne : « Jean-Luc Mélenchon, je n’ai pas de relation particulière avec lui »

André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012, lors de la campagne présidentielle (Photo : AFP PHOTO THIERRY ZOCCOLAN)

André Chassaigne et Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012, lors de la campagne présidentielle (Photo : AFP PHOTO THIERRY ZOCCOLAN)

Mercredi, le député communiste du Puy-de-Dôme, André Chassaigne, était l’invité de « Questions d’Info » sur LCP. Le président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l’Assemblée Nationale est revenu sur ses relations avec Jean-Luc Mélenchon, la figure de proue du Front de Gauche. « Je n’ai pas de relation particulière avec lui. Si on se croise une ou deux fois par an, c’est bien le maximum« , a expliqué l’élu auvergnat.

Revenant sur l’élection présidentielle de mai 2012 et la candidature de M. Mélenchon, André Chassaigne, un temps pressenti pour incarner ce rôle, reconnait qu’il « a fait la campagne avec talent, avec une façon de sublimer la politique » mais il lui reproche « une personnalisation trop forte« .

On ne peut pas ramener la politique du Front de Gauche à un seul individu, aussi talentueux soit-il.

A la question de savoir si Jean-Luc Mélenchon a cassé une belle idée, André Chassaigne commence par reconnaître que la question est bonne. Puis le député développe sa pensée en affirmant que « par définition, le Front de Gauche doit être une aventure collective ». « On ne peut pas ramener la politique du Front de Gauche à un seul individu, aussi talentueux soit-il« , poursuit-il avant de conclure sur ce thème : « il faut sortir d’une personnalisation extrême« .

André Chassaigne souhaite aujourd’hui que le Front de Gauche sorte d’un rassemblement qui « est en quelque sorte un carcan très limité, très corseté » pour aller vers une entité beaucoup plus large. « Il faut que la Gauche alternative puisse se rassembler« , dit-il, « on peut se retrouver avec les écologistes sur une politique de défense de l’environnement liée à la mise en cause de l’économie libérale« . Mais si M. Chassaigne voit chez les « écolos » de nouveaux amis, il n’hésite pas à jouer la carte franchise avec eux : « il y a un problème d’image, c’est catastrophique, ça alimente une vision de la politique désastreuse sur les question d’affichage d’ambitions« .

  • <span class="author">sissi31</span>

    Chassaigne c’est un vrai boulet .
    Il profite du talent , de la culture de l’intelligence du charisme du combattif Jean-Luc Mélenchon , ensuite il lui tire dans le dos .
    Que serait la relève de la vraie gauche sans Jean-Luc Mélebchon , ce n’est surement pas Monsieur Chassaigne qui la relèverait .
    Des gens comme lui qui voudraient ramener la couverture a eux il y en a trop en politique
    Vive Monsieur Mélenchon !

  • <span class="author">Ant ar</span>

    J’aime bien tous ces gens qui seraient au fond de leur 1,32% sans un gars comme Mélenchon, mais qui se permettent quand même de le critiquer et de le poignarder en « bons camarades » qu’ils sont…En gros : « Vas y Méluche, fais une bonne campagne, fais nous connaître, ramène nous les voix…mais après casse toi hein, parce qu’on veut notre petit bout de gloire, être connus nous aussi quoi ! » Chassaigne est pitoyable face à la culture, l’intelligence politique et le charisme naturel de Mélenchon.
    Comment peut-on réunir la Gauche dans de telles conditions…entre les égos surdimensionnés, les sociaux traitres solfériniens, les petits snipers anti Mélenchon qui croient pouvoir se glorifier en se le « faisant », ceux qui ont les dents qui raclent le parquet pour avoir une place au chaud (les Verts)…

    Heureusement que Mélenchon est la pour offrir une vraie proposition de Gauche, de vraies réformes de Gauche, entre des sociaux traitres libéraux (Hollandréou et ses sbires), et l’extrême gauche qui refuse de comprendre qu’on ne peut pas mener la Révolution alors que le capitalisme a d’ores et déjà triomphé quasiment partout dans le monde.

  • <span class="author">Ant ar</span>

    J’aime bien tous ces gens qui seraient au fond de leur 1,32% sans un
    gars comme Mélenchon, mais qui se permettent quand même de le critiquer
    et de le poignarder en « bons camarades » qu’ils sont…En gros : « Vas y
    Méluche, fais une bonne campagne, fais nous connaître, ramène nous les
    voix…mais après casse toi hein, parce qu’on veut notre petit bout de
    gloire, être connus nous aussi quoi ! » Chassaigne est pitoyable face à
    la culture, l’intelligence politique et le charisme naturel de
    Mélenchon.
    Comment peut-on réunir la Gauche dans de telles
    conditions…entre les égos surdimensionnés, les sociaux traitres
    solfériniens, les petits snipers anti Mélenchon qui croient pouvoir se
    glorifier en se le « faisant », ceux qui ont les dents qui raclent le
    parquet pour avoir une place au chaud (les Verts)…

    Heureusement
    que Mélenchon est la pour offrir une vraie proposition de Gauche, de
    vraies réformes de Gauche, entre des sociaux traitres libéraux
    (Hollandréou et ses sbires), et l’extrême gauche qui refuse de
    comprendre qu’on ne peut pas mener la Révolution alors que le
    capitalisme a d’ores et déjà triomphé quasiment partout dans le monde.