31 Mar

Cécile Coulon nous embrase en « Trois saisons d’orage »

Cecile Coulon« Trois saisons d’orage », c’est le titre du dernier roman de la clermontoise Cécile Coulon. A 26 ans, l’auteure sort son sixième livre et à chaque nouveau titre, le public et les critiques sont au diapason. Née en Auvergne, Cécile Coulon ne troquerait pas le confort de sa province contre une cage à poule à Paris (sic), une région qui l’a d’ailleurs inspirée pour ce drame familial.

Cécile Coulon nous explique qu’elle préfère une bonne image et une métaphore inspirée plutôt qu’une fastidieuse description. S’il y a quelque chose qui percute le lecteur des romans de la jeune clermontoise, c’est bien les images qu’elle nous balance à tour de bras à chaque paragraphe. A commencer par celle qui pose le décor: plutôt qu’un bled au milieu de nulle part, Cécile Coulon préfère parler d’une « pierre cassée au milieu d’un pays qui s’en fiche » pour nous mener jusqu’aux Fontaines, petit village qui n’attendait qu’elle pour s’écrire. « Les Fontaines » s’érige au milieu des « Trois Gueules », le pays originel, la page vierge sur laquelle l’écrivaine va poser ses personnages: André, Bénédict, Agnès, Bérangère, Maxime et Valère vont graver leur légende dans la roche qu’on extrait de ce coin perdu qui peut donner autant qu’il peut prendre.

Aux « Trois Gueules », comme dans la vie, les peines ruinent les joies et de ces ruines germent de nouvelles pousses de bonheur. Mais aussi comme dans la littérature, comme dans une tragédie grecque, le « destin », la « fatalité » se nichent à chaque interligne, ce curé qui n’arrête pas de nous dire que ça va mal tourner: on se prépare au pire dès la première page et quand l’incendie éclate, on se dit « c’est le destin! » Mais là, l’auteure nous contredit: s’ils en sont là, « c’est parce qu’ils ont le courage d’affronter ce qu’ils vivent« . Alors le lecteur, lui aussi, affronte comme il peut ces « Trois saisons d’orage » qui le foudroient, ce roman qui le bouleverse comme un coup de foudre.


Cécile Coulon parle de « Trois saisons d’orage »

« Trois saisons d’orage » de Cécile Coulon, Ed. Viviane Hamy

 

27 Mar

Un printemps à La Coopérative de Mai

Jain sera à la Coopérative de Mai le 19 avril mais c'est déjà complet. Photo: MAXPPP

Jain sera à la Coopérative de Mai le 19 avril mais c’est déjà complet. Photo: MAXPPP

C’est le printemps à la Coopérative de Mai et les concerts fleurissent. Il n’y a qu’à se baisser pour en cueillir un gros bouquet de toutes les couleurs: rock, psyche, pop, chanson, jazz, etc… Une saison où l’on pourra applaudir le retour à Clermont-Ferrand de Bertrand Cantat, Camille ou Jain.

Mais pas seulement… La Coopérative de Mai distille dans sa programmation un certain de nombres de rendez-vous qui donnent l’impression aux Clermontois d’être un peu privilégiés. Ils auront par exemple la chance de voir débouler sur la scène clermontoise le groupe Thee Oh Sees (mercredi 10 mai 2017) qui, depuis une dizaine d’années, fait un barouf d’enfer autour du gourou de San Francisco John Dwyer. Le musicien prolifique a déjà pondu une bonne douzaine d’albums (18 en réalité), les deux derniers en date étant les deux pendants d’un même délire kautrock, A Weird Exits et An Odd Entrances ((Castle Face Records). Dans la série « fichtre, ils passent à Clermont eux aussi« , le duo anglais post-punk et hip hop Sleaford Mods qui à proprement parler ne machent pas ses mots. Si les Sex Pistols avaient été des rappeurs, ils seraient peut-être les Sleaford Mods, débitant des diatribes contre la société sur un rythme ultra-minimaliste. 

Ce printemps, le Jazz aura la classe du trompettiste Avishaï Cohen, qui partagera la scène ce soir-là (samedi 8 avril) avec le trio d’Alfredo Rodriguez. Pour la pop, trois donzelles super douées et à l’univers très marqué, Olivia Ruiz le 15 avril, Jain le 19 mais c’est d’ores et déjà complet et enfin Camille, qui revient avec un nouvel album (le 2 juin) et une nouvelle tournée, elle s’arrêtera à Clermont-Ferrand le 16 mai.

Vous pouvez faire votre marché en suivant ce lien.

 

24 Mar

Pils chante le Blues

Cette semaine, votre agenda culturel vous emmène sur la route du blues, entre Memphis, Chicago et Clermont-Ferrand. En chemin, on s’arrête sur la route du rock à Gannat dans l’Allier.


Pils du 24 mars 2017

Arvern Blues Concerts fête ses dix ans. L’association a été créée par trois passionnés en manque de blues dans leur ville. Ils ont donc pris les choses en main et six fois par an, ils font venir les plus grands noms du genre au Poco Loco à Clermont-Ferrand.

Pour les dix ans : deux nuits exceptionnelles : la première le 24 mars avec les Bad Mules et Angela Brown, une voix incroyable venue de Chicago, rauque et exubérante.

La seconde le 25 avril, toujours au Poco Loco, une soirée funkie et cuivrée avec Big James et son trombone et Aurélien Morro and the Checkers au complet avec trompette et sax.


Arvern Blues Concerts

Une autre histoire de passion : Lorenzo Toniutti aime le rock et rêve depuis des années de créer un festival au coeur de l’Auvergne à Gannat où il vit.

Ce rêve se réalise cette année avec Against the wind, du 29 juin au 2 juillet prochain.

Une première édition qui a réussi à attirer des têtes d’affiche sur la scène du champ de foire de Gannat : Zucchero, la star italienne du Rhythm’n’blues, les mythiques Blue Oyster Cult qui s’arrêteront sur la route du Hellfest et enfin Mass Hysteria, la référence du métal français.

Pas moins de dix-huit groupes en tout et la programmation complète d’ Against the wind c’est ici!


Against the wind

17 Mar

PILS s’invite au Festival Vidéoformes

Cette semaine, votre agenda culturel vous dit un maximum de choses sur le festival Vidéoformes dont les installations sont visibles jusqu’au 1er avril. Petit aperçu également de la nouvelle exposition événement du Musée d’Art Roger Quillot à Clermont-Ferrand.

 


PILS du 17 mars
Au Festival Vidéoformes, les œuvres prennent vie… Créer et procréer deviennent synonymes pour les artistes comme dans cette chapelle où l’iranienne Golnaz Behrouznia présente Lumina Fiction #2, un écosystème qui réagit et se transforme en présence du visiteur. L’oeuvre de Christine Maigne vit aussi: White Pulse respire sous nos yeux ébahis et crée le trouble chez le spectateur..
Performances, projections et expositions, d’ici le 1er avril, le plateau central de Clermont-Ferrand devient un immense laboratoire pour les artistes qui cherchent un monde non pas meilleur mais ailleurs.


Les artistes créent des mondes au Festival Vidéoformes

Après le succès des autoportraits du musée d’Orsay (65000 visiteurs quand même), le musée d’art Roger Quillot accueille 56 peintures provenant du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon. Une collection exceptionnelle puisque c’est la plus ancienne collection publique de France créée en 1694, soit un siècle avant celle du Louvre. Goya, David, Ingres, Géricault ou Courbet, ils sont tous là et rangés dans leur mouvement respectifs, néoclassicisme,réalisme et ou romantisme, c’est tout un pan de l’histoire de la peinture des années 1790 aux années 1850 qu’on traverse en visitant cette exposition, à découvrir jusqu’au 3 septembre 2017.

 

12 Mar

Trust, toujours convaincus et encore convaincants

Bernie Bonvoisin haranguant le public de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrrand pendant le titre emblématique de Trust , "Antisocial" Photo: Claude Fallas

Bernie Bonvoisin haranguant le public de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrrand pendant le titre emblématique de Trust , « Antisocial » Photo: Claude Fallas

Samedi soir, le groupe Trust a fait sonner son hymne « Antisocial » devant une Coopérative de Mai pleine à craquer. Le groupe contestataire, qui fête ses 40 ans de carrière, n’a rien perdu de sa verve et n’a pas renié ses idées.

En allant couvrir la venue du groupe Trust à Clermont-Ferrand, je ne m’attendais à rien de particulier et je me disais seulement qu’une fois de plus, quelques vieux briscards tentaient de renouer avec leur gloire passée. Mais je dois bien avouer que ma rencontre avec le chanteur Bernie Bonvoisin et le guitariste Norbert Krief dit « Nono » m’a prouvé qu’on pouvait fêter ses 60 balais sans pour autant renier le jeune con qu’on a été. Il y a 40 ans, Bernie hurlait sa colère contre un système vérolé de l’intérieur, contre la bourgeoisie, contre la répression et contre l’extrême droite. Quand on suit, même de loin, la campagne présidentielle, on se rend compte que le monde que Bernie contestait hier n’a pas beaucoup changé et que les vieux démons qu’il avait pris pour cible à 20 ans semblent prendre tout le lit aujourd’hui. Pire pour Bernie, il se pourrait même que ceux qui reprenaient en chœur « Antisocial » à l’époque soient aujourd’hui séduits par les idées de Marine le Pen.

Norbert Krief dit "Nono" guitariste de Trust à la Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand.

Norbert Krief dit « Nono » guitariste de Trust à la Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand.

Trust, groupe « anti » et entier

Alors Bernie Bonvoisin prend le temps de parler pendant ses concerts et n’hésite à remettre les choses à leur place car pour lui, si le FN a changé de sexe, il n’a pas changé de visage. C’est sans doute pour cette bonne raison qu’il enfonce le clou en écrivant un nouveau titre « F Haine » dont il fait reprendre le refrain au public à chacun de ses concerts: « La haine a une chevelure blonde qui surfe sur la vague marine« . L’auteur interprète nous rappelle que cette tournée l’a mené jusqu’à  Fréjus (où le maire FN David Racheline est en place depuis 2014) et que parfois, son discours crée quelques remous dans la salle. Mais Bernie, le bob vissé sur la tête et ses convictions chevillées au corps ne laisse rien passer: « Il faut s’impliquer mais ne pas porter de jugements sur les personnes qui votent comme ça, c’est sur le fond qu’il faut insister, sur les idées que ça dégage, l’islamophobie, l’homophobie, la haine de l’autre en général.« 

Fans de Trust, quoiqu’on devienne

Alors c’est sûr, les deux leaders du groupe, Bernie et Nono n’ont plus 20 ans mais les chansons comme « Marche ou crève« , « Préfabriqués« , « Le Mitard » ou « Antisocial » déchaînent encore les foules…
sans doute parce que la colère qui a nourri ces hymnes est encore intacte et pas forcément passée de mode. Le public a vieilli aussi et chacun s’est arrangé avec le jeune con qu’il a été. Hier soir à mes côtés, deux gendarmes sont venus applaudir leurs idoles et ils n’ont pas hésité une seconde au moment de reprendre le refrain de « Police Milice« . Fans de Trust, c’est pour la vie.


Retour de Trust à la Coopérative de Mai

10 Mar

Dans Pils, des Traversées

IMG_1762

Cette semaine dans votre agenda culturel préféré en Auvergne, des traversées. La compagnie de danse Wejna s’empare d’un sujet d’actualité, la fuite des migrants. La musique rock traverse la Manche pour s’exporter dans les bars clermontois avec le nouveau festival God Save Clermont. Enfin une expo photo nous fait traverser les coulisses du tournage des Malheurs de Sophie de Christophe Honoré grâce à l’oeil sensible et pertinent du photographe Jean-Louis Fernandez à l’Imaginarium du photographe à Clermont.


Pils du 10 mars
Une première Traversée avec la compagnie Wejna.

Les artistes, qu’ils soient metteurs en scène, chorégraphes ou écrivains parlent le plus souvent de l’époque dans laquelle ils vivent. Sylvie Pabiot, la fondatrice de la compagnie de danse clermontoise Wejna est, comme beaucoup d’entre nous, choquée par le sort des migrants venus de Syrie.

Pour son dernier spectacle, elle a imaginé une traversée, l’espoir de gens qui quittent tout pour trouver une terre où ils pourront être à l’abri. Les mouvements des danseurs nous montrent les gestes de solidarité et le courage engendrés par un tel voyage.


Traversée par la Cie Wejna

Traversée :

Jeudi 9 mars à la Coloc à Cournon (63)

Vendredi 10 mars à la salle Dumoulin à Riom (63)

Samedi 11 mars à la Cour des Trois Coquins à Clermont-Ferrand (63)

Puis ce sont des groupes de rock qui vont traverser la Manche du 21 au 25 mars pour venir investir les bars clermontois. God Save Clermont, un nouveau festival comme un erasmus musical qui offre cinq soirées composées d’un groupe local et d’un groupe anglais.


God save Clermont

Mardi 21 Mars
Le Nota Bene (Campus des Cézeaux)
7 place vasarely – 63170 Aubière
18h00 – 20h30 | Gratuit
Penelope Isles (Fuzz Dynamic Melodic Dreaming – Brighton)

Mercredi 22 Mars
Le Régent
33 Boulevard Lafayette – 63000 Clermont-Ferrand
20h00 – 23h00 | Gratuit
Mindofalion (Alternative Rock – Brighton)
1ère partie: TacT (pOp FriendlY – Clermont-Fd)

Jeudi 23 Mars
Le Bistro de la mairie
11, rue Philippe Marcombes – 63000 Clermont-Ferrand
20h00 – 23h00 | Gratuit
Fruit Bomb (Dad Rock – Manchester)
1ère partie: Le Grand Fusil (Pop – Clermont-Fd)

Vendredi 24 Mars
Le Chapelier Toqué
2 place Saint Pierre – 63000 Clermont-Ferrand
20h00 – 23h00 | Gratuit
The Hummingbirds (Pop Folk – Liverpool)
1ère partie: Fou de joie (Emo / Post – Clermont-Fd)

Samedi 25 Mars
Le Baraka Club
12 avenue Carnot – 63000 Clermont-Ferrand
20h00 – 23h00 (concerts) + after jusqu’à 05h00 | 4€ (prévente) / 5 € (sur place)
West Of The Sun (Psyche Rock – London)
1ère partie: Aberdeeners (Pop Folk – Clermont-Fd)

02 Mar

De Monteverdi au Hip Hop, Pils voyage dans le temps

Cette semaine dans votre agenda: du Hip Hop avec la compagnie Daruma et Le Couronnement de Poppée de Monteverdi à l’opéra de Vichy, tous les goûts sont dans Pils!


Pils du 3 mars 2017

 

Le couronnement de Poppée de Monteverdi

Le couronnement de Poppée de Monteverdi

Le couronnement de Poppée de Claudio Monteverdi a été mis en scène par Klaus Michael Grüber, metteur en scène européen majeur de théâtre et d’opéra, en 1999.

Un travail intemporel pour l’opéra de Lyon qui a décidé de faire revivre certaines grandes mises en scène mythiques dans son festival Mémoires.

Nouvelle région oblige Lyon se rapproche de l’opéra de Vichy qui accueille les 7, 9 et 11 mars ce Couronnement de Poppée. Les décors n’ont pas changé. Bernard Michel avait travaillé à l’époque avec Gilles Aillaud disparu aujourd’hui. Il a recréé les fonds et les toiles à l’identiques en les adaptant à la scène de l’opéra de Vichy.

Les jeunes chanteurs ont été choisis par le directeur du studio de l’opéra de Lyon, Jean-Paul Fouchécourt, lui-même interprète du rôle de Arnalta à la création.

Les grandes mises en scène parlent à tous les publics, à toutes les époques. Ce couronnement de Poppée a t’il résisté au temps? Les émotions et les intentions de la mise en scène de Klaus Michael Grüber sont elles intactes avec cette nouvelle distribution? Réponse à l’opéra de Vichy les 7,8 et 11 mars.


Le couronnement de Poppée

La compagnie Daruma est basée depuis dix ans à Clermont-Ferrand. Sa créatrice Milène Duhameau explore le Hip Hop et la danse contemporaine. Avec sa nouvelle création 1/10 éme de seconde elle travaille sur la notion de première impression : comment se forge t’on une idée sur quelqu’un?


« Un dixième de seconde » cie Daruma

La compagnie Daruma est en résidence à la Comédie de Clermont. Le spectacle 1/10 éme de seconde est donné les 7 et 8 mars à la maison de la culture de Clermont. Autour du spectacle d’autres rendez-vous sont proposés par la Comédie :

Samedi 4 mars
15:00 : Projection du documentaire Faire kiffer les anges
de Jean-Pierre Thorn – salle Georges-Conchon, entrée libre

17:00 : Répétition publique (1 heure), suivie d’une rencontre
(30 minutes) avec Milène Duhameau
salle Jean-Cocteau, entrée libre

Dimanche 5 mars 17:00

Projection du documentaire Rize de David LaChapelle
salle Georges-Conchon, entrée libre

Mercredi 8 mars à 18:30

Rencontre discussion avec Milène Duhameau
En partenariat avec la Ville de Clermont-Ferrand dans le cadre de la semaine des Droits des Femmes et en complicité avec les Potenti’elles.
Milène Duhameau fera part de son expérience d’artiste chorégraphe femme dans le milieu du hip-hop, souvent considéré comme un milieu d’homme.
Elle reviendra également sur la notion de « première impression », thématique centrale de sa nouvelle création.
Maison de la Culture, salle Gripel (entrée rue Abbé-de-l’Epée)

24 Fév

PILS: Les routiers de la culture d’Aurillac à La Bourboule

Comme chaque vendredi, l’équipe de PILS sillonne les routes d’Auvergne à la recherche des sorties culturelles de la semaine. Sur leur chemin, ils ont rencontré la compagnie du Teatro del Silencio au Centre National des Arts de la Rue Le Parapluie à Naucelles près d’Aurillac.


PILS du 24 février 2017

Le metteur en scène Mauricio Celedon prépare le nouveau spectacle du Teatro Del Silencio inspiré de Beckett au Parapluie à Aurillac

Le metteur en scène Mauricio Celedon prépare le nouveau spectacle du Teatro Del Silencio inspiré de Beckett au Parapluie à Aurillac

Le metteur en scène Mauricio Celedon transporte toute sa troupe dans l’univers du dramaturge irlandais Samuel Beckett. C’est la pièce de Juan Radrigan « Beckett et Godot » qui lui a inspiré le spectacle « Oh! Secours! »

Toute la troupe était en résidence au CNAR Le Parapluie à Naucelles près d’Aurillac pour les répétitions d’un spectacle déjà bien avancé. Ils montrent l’étendue des travaux lors d’une sortie de résidence au Parapluie le samedi 25 mars à 18h.


Le Teatro del Silencio en résidence au Parapluie

Quant aux rendez-vous à venir, l’humoriste Redouanne Harjane débarque avec son nouveau spectacle à la Coopérative de Mai, ce sera le 3 mars 2017 et toute la semaine prochaine, du 27 février au 3 mars, la Bourboule lance la première édition du Larsenik Festival qui met en avant la scène de musiques actuelles auvergnate.

 

17 Fév

Pils visite les bas-fonds de Clermont avec un auteur de polar

IMG_1413

L’équipe de Pils est partie visiter les caves de Clermont-Ferrand avec un romancier.


Pils du 17 février 2017

« Sous la ville » est un roman noir dont l’intrigue se déroule à l’ombre des volcans.

Son auteur Sylvain Forge vit à Nantes mais il est originaire de notre région et il rêvait depuis longtemps d’écrire une histoire ayant pour cadre Clermont-Ferrand où il a passé toutes ses années d’études.

Il est fasciné par le côté caché de cette ville ouvrière, par la pierre noire et austère de ses bâtiments et par le réseau de caves aux multiples étages qui étoile le sous-sol du plateau central.

Il a donc imaginé un roman qui nous promène dans tous les quartiers de Clermont-Ferrand. Des belles villas de Chamalières jusqu’aux tours des cités des quartiers nord, du sommet du Puy-de-Dôme jusque dans les souterrains. Entre meurtres et prostitution étudiante, il se passe des choses très très sombres…

 


Un polar Clermontois

Autre coup de coeur cette semaine, beaucoup plus léger, Le Petit Bain, un spectacle pour les tout petits mis en scène par Johanny Bert avec la complicité du chorégraphe Yann Raballand.

La mousse de bain se révèle un formidable terrain de jeu pour l’imaginaire, celui des auteurs et le nôtre qui sentons remonter notre enfance à la surface comme une bulle de fraîcheur en voyant ce spectacle.

De la mousse, de la musique, de la danse pour une demi-heure magique, légère et délicate.

Le Petit Bain a été donné à la 2Deuche à Lempdes et à la cour des Trois Coquins à Clermont-Ferrand dans le cadre de Graines de Spectacles. Il part en tournée mais doit revenir dans la région et nous vous tiendrons au courant…

« Le petit bain »

 

27 Jan

Pils hiberne en musique

IMG_1155

 

Un passionné de musique qui photographie les stars du rock depuis quarante ans nous a présenté Hibernarock, le festival qui fait vibrer le Cantal pendant l’hiver.


Pils du 27 janvier 2017

Daniel Aimé avec sa photo fétiche : Debbie Harry, la belle de Blondie en 1980

Daniel Aimé avec sa photo fétiche : Debbie Harry, la belle de Blondie en 1980

Depuis onze ans Hibernarock lutte contre la morosité hivernale, le mot d’ordre : oubliez la neige, sortez de vos tanières et allez au concert! Cette année le festival commence le samedi 28 janvier avec Alex Beaupin au théâtre d’Aurillac et se poursuit avec de belles dates dans tout le département jusqu’au 19 mars.

Vous pourrez voir La Maison Tellier deux fois : les 18 et 19 février à Murat et à Cassaniouze, ou encore Mesparrow le 23 à Saint-Flour.

Hibernarock va à la rencontre de tous les habitants du Cantal, mais même si vous êtes d’ailleurs, n’hésitez pas à regarder la programmation!

En résidence au Caméléon à Pont-du-Château, le Cyclique Théâtre répète Elle est là une pièce écrite par Nathalie Sarraute en 1978.

Elle est là, c’est l’histoire d’une obsession. Un homme ne supporte pas de ne pas savoir ce qui se cache dans la tête d’une femme. C’est une histoire d’intolérance qui n’a rien perdu de son actualité.

« Elle est là » par le Cyclique Théâtre
Le spectacle va tourner dans la région :

31 janvier au Sémaphore à Cébazat

2 février au théâtre de Cusset

16 et 17 mars au Petit Vélo à Clermont-Ferrand

23 mars au Caméléon à Pont-du-Château

RSS