03 Juil

Fumetti : le festival de bande dessinée nantais pousse les cases et vous offre la grande aventure

extrait de l'affiche du festival Fumetti 2017

extrait de l’affiche du festival Fumetti 2017

On le savait à l’étroit à la Maison de quartier Madeleine – Champ de Mars, il s’installe cette année à la Manufacture des Tabacs où il pourra prendre tranquillement du poids, le festival de bande dessinée Fumetti donne rendez-vous du 7 au 9 juillet à tous les fondus de la case…

La suite ici

28 Jan

Le palmarès 2017 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (FIBD)

Capture d’écran 2017-01-28 à 20.12.52Le 44e Festival International de la Bande Dessinée s’achève dimanche. La cérémonie officielle, quant à elle, s’est tenue aujourd’hui. Et les heureux élus sont :

Fauve d’Or, Prix du meilleur album : Paysage après la bataille, de Philippe de Pierpont et Eric Lambé (Actes Sud BD / Frémok)

Fauve d’Angoulême, Prix du public Cultura : L’Homme qui tua Lucky Luke, de Matthieu Bonhomme (Dargaud)

Fauve d’Angoulême, Prix spécial du jury : Ce qu’il faut de terre à l’homme, de Martin Veyron (Dargaud)

Fauve d’Angoulême, Prix de la série : Chiisakobe (tome 4), de Minetaro Mochizuki (Le Lézard noir)

Fauve d’Angoulême, Prix Révélation : Mauvaises filles, de Ancco (Cornélius)

Fauve d’Angoulême, Prix jeunesse : La jeunesse de Mickey, de Tébo (Glénat)

Fauve polar SNCF : L’été Diabolik, d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen (Dargaud)

Fauve Prix du patrimoine : Le Club des Divorcés (tome 2), de Kazuo Kamimura (Kana)

Prix de la BD alternative : Biscoto, le journal plus fort que costaud, (Association Biscoto Editions)

Enfin, pour rappel, le Grand prix a été attribué mercredi au dessinateur et scénariste suisse Cosey. Comme le veut la coutume, il présidera la prochaine édition du FIBD, en janvier 2018.

27 Jan

Le Caennais Tebo reçoit le prix jeunesse du festival d’Angoulême pour son album « La Jeunesse de Mickey » paru chez Glénat

On le sentait venir, c’est fait, Tebo a reçu le Prix jeunesse du Festival International de la Bande Dessinée pour son dernier album La jeunesse de Mickey, « un Mickey qui décoiffe, un Mickey bourré de légèreté, d’humour et d’aventure », écrivions nous dans la chronique de l’album à retrouver ici.

Au départ, je n’avais pas très envie de le faire, reconnaît Tébo. Mais quand j’y ai réfléchi, beaucoup de souvenirs d’enfance sont remontés. C’est peut-être inconscient, mais je crois que mon style graphique est inspiré de Disney. Je me souviens des dessins animés en noir et blanc qu’on regardait le dimanche à la télé. Je crois que c’est un des premiers personnages que j’ai recopié quand j’avais 5 ans ! », déclarait-il dans une interview à retrouver là.

.

02 Nov

Les Utopiales 2016 : le palmarès complet

© Bajram

© Bajram

Comme chaque année, les Utopiales ont décerné une quinzaine de prix, mentions et coups de coeur reflétant la grande richesse de la science-fiction et la multiplicité des talents, que ce soit en littérature, cinéma, jeu vidéo ou bande dessinée.

Prix du meilleur album de bande dessinée

Nefer, Chants & contes des premières terres, de Arnaud Boutle, Éd. Delcourt, 2015

Prix du meilleur scénario de jeu de rôle

« Un été en hiver » pour le jeu L’appel de Cthulhu/Delta Green de Jean-Marc Choserot et Cyril Puig

Prix du meilleur jeu vidéo réalisé à la Game Jam

Rémi Gourrierec, Raphaël Beuchot, Michel Belleperche, Louis Godart

Prix du jury – compétition internationale de courts-métrages

Ex-aequo Time Rodent de Ondrej Svadlena et Amo de Alex Gargot

Mention spéciale du jury – compétition internationale de courts-métrages

Decorado de Alberto Vásquez

nefer-chants-amp-contes-des-premieres-terresPrix du jury Canal+ – compétition internationale de courts-métrages

Planemo de Veljko Popovic

Prix du public – compétition internationale de courts-métrages

Automatic Fitness de Alejandra Tomei

Grand prix du jury – Compétition internationale de longs-métrages

Realive de Mateo Gil

Mention spéciale du jury – Compétition internationale de longs-métrages

Sam Was Here de Christophe Deroo

Prix du public – Compétition internationale de longs-métrages

Realive de Mateo Gil

Prix Joël-Champetier (prix hébergé par Les Utopiales)

Olivier Paquet pour Graine de fer

Prix Utopiales européen jeunesse

Empreinte Digitale de Patrice Favaro, Éd. Thierry Magnier, 2016

Prix Utopiales européen jeunesse – mention spécialerealive-1

Les copies de Jesper Wung-Sung, Éd. Le Rougue Jeunesse, 2015

Prix Utopiales européen

Le vivant de Anna Starobinets, Mirobole Éditions

Prix extraordinaire des Utopiales 2016 – Double prix

Gérard Klein et Denis Bajram

Prix Solo – concours de Cosplay

Mercy pour Overwatch

Prix de groupe – concours de cosplay

Yona et Son Hak pour Akatsuki no Yona

Prix Coup de coeur – concours de cosplay

Columbia pour Rocky Horror Picture Show

25 Oct

Les Utopiales 2016 : la science-fiction a rendez-vous à Nantes du 29 octobre au 3 novembre

© Bajram

© Bajram

Machine(s), c’est le thème de la 17e édition du festival international de science-fiction qui se tiendra à Nantes du samedi 29 octobre au jeudi 3 novembre, six jours pour découvrir de quoi sera peut-être fait demain et de quoi l’imaginaire se nourrit aujourd’hui…

C’est LE rendez-vous incontournable de tous les fans de science-fiction en France et au-delà, le plus important en Europe, un festival pluridisciplinaire couvrant le cinéma, la littérature, la bande dessinée, les jeux vidéos, les arts plastiques, la recherche scientifique… De quoi s’y perdre avec bonheur. Suivez le guide.

La suite ici

01 Avr

48H BD : 230 000 BD à 1€ dans plus de 1300 librairies en France et en Belgique les 1er et 2 avril

affiche-insert-48h-bd-600x800[1]C’est parti ! La quatrième édition des 48H BD a débuté ce matin en France et en Belgique. Casterman, Dupuis, Delcourt, Le Lombard, Dargaud… treize éditeurs participent cette année à l’événement qui permettra d’offrir près de 230 000 BD à 1€ dans plus de 1300 librairies et enseignes en France et en Belgique.

Par ailleurs, les revenus générés par les ventes permettront d’offrir 60 000 exemplaires aux réseaux de lecture publique (écoles, collèges, lycées et bibliothèques). Pour la première fois, les 48H BD seront partenaires de l’ONG Bibliothèques Sans Frontières dans le cadre d’une action organisée à Calais. Pour la première fois, au-delà de la centaine de dédicaces organisées, plus d’une centaine d’auteurs proposeront des animations culturelles.

Eric Guillaud

Toutes les librairies ici

30 Jan

Angoulême : le palmarès complet du Festival International de la BD 2016

Fauve d'or 2016 Ici de McGuire

Fauve d’or 2016 Ici de McGuire

Le Festival International de la Bande Dessinée s’achève demain dimanche mais la cérémonie officielle de remise des prix s’est tenue ce samedi en fin de journée. Et les heureux élus sont :

Fauve d’Or, Prix du meilleur album : Ici de Richard McGuire (Gallimard)

Fauve d’Angoulême, Prix du public Cultura : Cher pays de notre enfance d’Etienne Davodeau et Benoît Collombat (Delcourt)

Fauve d’Angoulême, Prix spécial du jury : Carnet de santé foireuse de Pozla (Delcourt)

Fauve d’Angoulême, Prix de la série : MS. Marvel tome 1 de Adrian Alphona et G. Willow Wilson (Panini)

Fauve d’Angoulême, Prix Révélation : Une étoile tranquille de Pietro Scarnera (Rackham)

Prix du public Cultura

Prix du public Cultura

Fauve d’Angoulême, Prix jeunesse : Le Grand méchant renard de Benjamin Renner (Delcourt)

Fauve polar SNCF : Tungstène de Marcello Quintanilha (Ça et là)

Fauve Prix du patrimoine : Vater und Sohn – Père et fils de Oser et Plauen (Warum)

Prix de la BD alternative : Laurence 666 (Mauvaise Foi Editions)

Enfin, pour rappel, le Grand prix a été attribué mercredi au dessinateur belge Hermann. Comme le veut la coutume, il présidera la prochaine édition du FIBD, en janvier 2017.
Eric Guillaud

Angoulême : la Tunisienne Nadia Khiari lauréate du prix « couilles-au-cul »

Je dédie ce prix à tous ceux qui privilégient la liberté à la sécurité, ceux qui n’ont pas peur, ceux qui résistent

© MaxPPP - Jean-Baptiste Quentin

© MaxPPP – Jean-Baptiste Quentin

C’est par ces quelques mots que la dessinatrice tunisienne Nadia Khiari a reçu samedi au Festival off de la BD d’Angoulême le prix « couilles-au-cul » récompensant « le courage artistique d’un auteur ».

Nadia Khiari, 42 ans, s’est lancée dans le dessin satirique depuis la révolution
tunisienne de 2011. Elle est l’auteur des aventures du chat « Willis from Tunis »,
un félin espiègle et moqueur qui ne respecte rien ni personne sauf la liberté.

« Aux pessimistes qui disent que le Printemps arabe est un échec, je dis qu’il
ne faut pas nous sous-estimer. Ca prend du temps. La Révolution c’est long mais
c’est bon« , a dit la lauréate.

Le prix remis dans le cadre du Festival off de la BD d’Angoulême a été créé à l’initiative de Yan Lindingre, rédacteur en chef de Fluide Glacial.

« L’intitulé est volontairement trivial et provoquant mais il permet de rappeler
que le métier des humoristes et en l’espèce des dessinateurs de presse, c’est de
faire rire« , a expliqué Yan Lindingre.

Il existait à Angoulême un Prix Charlie Hebdo de la liberté d’expression, créé au lendemain des attentats de janvier 2015, mais la direction du Festival et Marika Bret, DRH de Charlie Hebdo, ont indiqué en décembre qu’ils ajournaient la remise de ce prix pour des raisons de sécurité. 

Selon eux, une telle récompense était susceptible de mettre en danger son récipiendaire. Yan Lindingre a indiqué « être tombé de son siège » en apprenant cette décision. « Toute proportion gardée, nous pensons au contraire qu’un prix Nobel de la paix n’a jamais nui à son récipiendaire si ce dernier subit des menaces dans son pays », a-t-il dit.

Eric Guillaud avec AFP

Une interview de la dessinatrice ici

28 Jan

Festival international de la bande dessinée d’Angoulême : les auteurs craignent pour leur avenir

Fleur Pellerin pendant l'inauguration du FIBD 2016

@ MaxPPP/Thomas lebreuvaud – Fleur Pellerin pendant l’inauguration du FIBD 2016

Le Festival international de la bande dessinée s’est ouvert jeudi dans une joyeuse cohue à Angoulême mais pour les auteurs de BD la fête à un goût amer en raison de la précarité accrue de leur statut. 

« Le secteur de la bande dessinée est fragile », a reconnu la ministre de la Culture, Fleur Pellerin en inaugurant la manifestation. Si la BD reste une manne pour les éditeurs de ce secteur avec, en 2015, des ventes d’albums et un chiffre d’affaires en hausse, une majorité d’auteurs ont une rémunération inférieure au Smic.

Selon une étude des Etats généraux de la bande dessinée, réalisée à l’occasion du FIBD, 53% des auteurs interrogés ont un revenu inférieur au Smic annuel brut et 36% d’entre eux sont en-dessous du seuil de pauvreté. Si on ne prend en compte que les femmes, 67% ont un revenu inférieur au Smic annuel brut et 50% sont sous le seuil de pauvreté. Et l’avenir n’est pas rose. 66% des auteurs interrogés pensent que leur situation va se dégrader pendant les prochaines années.

La protection sociale des auteurs de BD est à l’avenant. Une large majorité d’auteurs n’ont jamais bénéficié d’un congé maladie ou d’un congé maternité. L’étude des Etats généraux de la BD repose sur les réponses de 1.500 auteurs de BD francophones.

Pas d’argent mais libres

« Beaucoup d’auteurs de BD ont du mal à vivre de leur talent », a déclaré Fleur Pellerin. « Pour moi, ministre de la Culture, il est absolument indispensable que nos artistes et nos créateurs puissent vivre et vivre correctement de leur talent », a-t-elle dit.
La ministre a promis de faire des propositions, notamment en matière de régime de retraite, à l’occasion du prochain Salon du livre à Paris en mars. En attendant, près des trois quarts des auteurs de BD (71%) avouent avoir un emploi parallèle à celui d’auteur de bande dessinée, généralement dans un autre domaine artistique ou dans l’enseignement.

Pourtant, il n’y a jamais eu autant d’albums dans les librairies. En 2015, plus de 5.000 livres de bande dessinée ont été publiés (dont près de 4.000 strictes nouveautés). « Il y a 20 ans, entre 500 et 600 albums seulement étaient publiés chaque année », fait remarquer Franck Bondoux, délégué général du festival. « En BD, on n’a pas beaucoup d’argent, mais on est libres », tempère Balak, le scénariste de « Lastman », une saga récompensée en 2015 à Angoulême par le Prix de la série.

Interrogé par des lycéens, Bastien Vivès, dessinateur notamment de « Polina », défend son métier avec passion. « Je peux faire ce que je veux« , s’enthousiasme-t-il. « Si je veux prendre des vacances, là, maintenant, je les prends », ajoute-t-il avant toutefois de reconnaître que le métier a aussi quelques « inconvénients ». « Vivre de la BD, ce n’est pas évident. Si ça marche, tant mieux pour vous, mais si ça ne marche pas, sachez que si vous aimez le dessin et avez la passion, il y a d’autres métiers que celui de dessinateur de BD », explique-t-il aux lycéens soudain un peu refroidis.

Eric Guillaud avec AFP

27 Jan

FIBD : Le dessinateur belge Hermann, Grand prix d’Angoulême

@ Charles Robin

@ Charles Robin

Ce n’est pas vraiment une surprise sauf peut-être pour lui-même, comme il l’a laissé supposer. « Je ne m’y attendais pas du tout…« , a-t-il déclaré au figaro.fr. Mais depuis de nombreuses années, on entend son nom revenir dans les conversations angoulêmoises. Pour beaucoup de professionnels, c’était même devenu un mini scandale qu’il ne soit pas encore Grand prix.

C’est chose faite. La communauté des auteur(e)s professionnel(le)s de bande dessinée lui a accordé la majorité de ses suffrages, couronnant ainsi selon Dupuis, l’un de ses éditeurs, « l’une des oeuvres les plus emblématiques de la bande dessinée franco-belge tous publics et l’un des parcours d’auteur les plus prolifiques du 9e art européen« .

Dans un communiqué de presse, Glénat, un autre de ses éditeurs, salue « Son trait, à la fois classique et novateur, ses cadrages cinématographiques, son art du découpage et son sens de la mise en scène » qui « ont véritablement apporté un nouveau souffle à la bande dessinée contemporaine, l’affirmant comme l’un des auteurs majeurs du Neuvième art« .

Merci aux auteurs qui ont voté pour moi

« Je ne reviendrai pas sur le comportement du jury dans les années précédentes…« , a déclaré l’auteur à l’annonce de son Grand prix, « C’est le public qui a décidé et c’est mon nom qui est sorti (…) Merci aux auteurs qui ont voté pour moi, sincèrement, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de dessinateurs qui m’aimaient bien ».

Qui est Hermann ?

Hermann Huppen de son vrai nom est l’une des grandes figures de la bande dessinée franco-belge, responsable d’une bonne trentaine de one shots comme Station 16, Lune de guerre, On a tué Wild Bill ou encore Sarajevo-Tango. Responsable aussi de quelques séries majeures du Neuvième art, Bernard Prince, Comanche, Jugurtha, Nic, Les Tours de Bois-Maury et bien sûr celle qu’il anime toujours aujourd’hui Jeremiah.

Hermann a commencé au milieu des années 60 dans les pages du journal scout Plein feu avant de réaliser très vite quelques Histoires de l’oncle Paul pour le journal Spirou. Dès 1966 avec Greg, il se lance dans la série Bernard Prince, puis dessine les premiers albums de Jugurtha et Comanche.

Jeremiah est la première série solo d’Hermann. Cette sage postatomique, habile mélange de fantastique et de western, est d’abord publiée chez un éditeur allemand avant de rejoindre Fleurus, Hachette, Novedi puis finalement Dupuis.

Comme chaque Grand prix, Hermann est automatiquement désigné Président de la prochaine édition.

Eric Guillaud