28 sept

Artbook 12 pilotes, un livre pour les amoureux du sport automobile

Capture d’écran 2014-09-28 à 16.23.28« Les années 1960, coeur des Trente Glorieuses, sont une magnifique pochette surprise dont le plus beau des cadeaux est l’automobile et son acmé : la compétition ». Ces quelques mots de Jean-Marc Thévenet que vous retrouverez en préface de l’album résument parfaitement l’état d’esprit de cette époque encore pionnière dans le domaine du sport automobile, une époque qui peut « se prêter à tous les excès, tous les dangers ». Et de nous rappeler que le vainqueur d’un grand prix de F1 touchait alors l’équivalent de 3500 €, autant dire des clopinettes au regard des risques encourus. Car les années 60 et même 70 vont être marquées par de nombreux accidents et de nombreux morts sur les circuits.

Jack Brabham, Stirling Moss, Graham Hill, Bruce McLaren… Des 12 pilotes retenus par Jean-Marc Thévenet et Denis Sire pour l’élaboration de ce somptueux artbook de 144 pages, certains sont encore en vie, d’autres sont morts, tous ont activement contribué à faire de la compétition automobile un des grands mythes du XXe siècle. Les deux auteurs, qui avouent eux-mêmes une passion dévorante pour le sport mécanique, ont pris leur plus belle plume et leurs plus beaux pinceaux pour raconter et illustrer ces destins incroyables « dont le cours de la vie aura souvent oscillé entre la comédie, à l’heure des victoires,  la fraternité réelle de l’époque, et la tragédie – mot final d’une règle du jeu que tous connaissaient et acceptaient ». Un album cher – 45 € – mais absolument magnifique, alliant le trait méticuleux et fantastiquement fluide de Denis Sire (Courses de légende…) et les textes riches et documentés de Jean-Marc Thévenet (Les Chemins de l’Amérique…) !

Eric Guillaud

Artbook 12 pilotes, de Thévenet et Sire. Editions Dupuis. 45 €

27 sept

Entre parenthèses, une BD de Marion Barraud sur la séparation

9782756059730vTrouver des points positifs au célibat quand on vient de se faire plaquer, je vous l’accorde ce n’est pas forcément chose facile. Mais avec un peu d’imagination et beaucoup d’auto-persuasion, on peut encore y parvenir. Dans son recueil d’histoires courtes intitulé Entre parenthèses et tout juste publié chez Delcourt, la jeune auteure nantaise Marion Barraud en a compilé un certain nombre sans échapper pour autant aux moments de doute, de déprime, de solitude…

Quel bonheur de ne plus avoir à batailler pour regarder son programme télé préféré, de pouvoir se laisser pousser les poils sur les jambes sans risque de réflexions, de s’habiller, manger, sortir à l’envie… c’est aussi le bon moment finalement pour se refaire un look, profiter du temps et de ses amis, regarder autour de soi. Et un jour, la vie finira forcément par redevenir belle et légère, c’est du moins ainsi que se termine ce recueil.

Entre parenthèses est le premier ouvrage de Marion Barraud qui a jusqu’ici collaboré avec des magazines tels que Kostar, Fricote, Papier mâché, Anorak ou Bonbek. Son graphisme très enfantin, largement inspiré des livres jeunesse, baigne le lecteur dans une ambiance pastel, pleine de douceur, de poésie et de réalisme. Le livre idéal pour ceux qui vivent une rupture difficile !

Eric Guillaud

Entre parenthèses, de Marion Barraud. Editions Delcourt. 12,50€

© Delcourt / Barraud

© Delcourt / Barraud

26 sept

8e Festival de la BD engagée au May sur Evre dans le Maine et Loire

2b3fb5_cf1d0e6e97da4ff59d98d475b5727f5eDébats, rencontres, dédicaces, concerts, expositions… c’est parti pour la huitième édition du festival de la BD engagée qui débute aujourd’hui au May sur Evre et se tiendra jusqu’à dimanche. Parmi les invités cette année, Bast, l’auteur de l’album « En Chienneté » mais aussi Chantal Montellier, Julien Maffré, Philippe Guillaume, Lionnel Boussi, Didier Viodé, Christophe Girard…

Vous l’aurez compris, l’originalité de ce festival tient dans le fait de promouvoir une bande dessinée engagée traitant de problématiques politiques, sociales, culturelles ou environnementales. Parmi les thématiques de cette année :  la BD dans le milieu carcéral, les révoltes ouvrières d’hier et d’aujourd’hui, le droit au logement…

Eric Guillaud

Plus d’infos ici

24 sept

5 en bulles

Paris 5 en Bulles 2014

Paris 5 en Bulles 2014

Paris 5e, c’est le coeur de la capitale et le nouveau lieu pour buller le temps d’un week-end. Pour une première édition le programme est déjà riche et les lieux insolites pour rencontrer des auteurs, comme un Commissariat de Police ou une Caserne de Pompiers.

Plus de quinze auteurs participent à ce rendez-vous parmi lesquels : l’auteur de Valérian Jean-Claude Mézières, le second père de Spirou Jean-Claude Fournier, Max Cabanes dont Eric Guillaud vous parlait ici pour le remarquable Fatale d’après ManchetteTanino Liberatore qui a fait rêver des générations d’adolescents avec Ranxerox et bien d’autres auteurs comme Alex Varenne, Séra, Looky et Dem, Jean-Michel Ponzio, Patrick Gaumer, Philippe Foerster, Muriel Blondeau, Nora Moretti, Steven Tamburini, Patrick Marty, Agnès Vinot, Nathalie Baillot, Alain Janolle…

Le public pourra découvrir ces auteurs à travers un parcours de dédicaces samedi 27 et dimanche 28 septembre 2014, en front de Seine chez les commerçants du Quai de Montebello, chez les professionnels de la BD de la rue Dante, chez les commerçants du quartier Saint-Germain et des rues adjacentes, ainsi que dans des lieux insolites : la Caserne des Pompiers (48, rue Cardinal Lemoine), le Musée de La Préfecture de Police (Commissariat de Police 4, rue de la Montagne Sainte-Geneviève), la Bibliothèque du 11, rue des Bernardins… et beaucoup d’autres lieux à découvrir.

Valérian - Jean-Claude Mézières - Dargaud

Valérian – Jean-Claude Mézières – Dargaud

RENCONTRES – DÉDICACES samedi 27 septembre 2014 14H-18H 
MARCHE BD – PLACE MAUBERT  et dimanche 28 septembre 9H-18H

EXPOSITION JEAN-CLAUDE MÉZIÈRES « la saga de Valérian et de Laureline » 
MAIRIE DE PARIS 5ème – Salle René Capitant
du vendredi 19 septembre au samedi 4 octobre 2014

EXPOSITION COLLECTIVE DES ARTISTES EN DÉDICACES 
Galerie Scribe L’Harmattan 
19, rue Frédéric Sauton du 17 au 30 septembre 2014

ALEX VARENNE « L’érotisme du vide »
Galerie Fei 3, rue Fréderic Sauton du 17 au 30 septembre 2014

LOOKY ET DEM « La Belle et La Bête »
Vitrine du Café-Galerie Aux Arts
 Quai de Montebello du 22 au 30 septembre 2014.

EXPOSITION D’ORIGINAUX de HUGO PRATT
 Cave voûtée du Café-Galerie Aux Arts du 25 au 28 septembre 2014

JEAN-CLAUDE FOURNIER
 Brasserie La Bûcherie
 41, rue de la Bûcherie du 25 au 28 septembre 2014

Paris 5 en Bulles 2014

Paris 5 en Bulles 2014

Association 5sur5 – « 5 en bulles »
 plus d’info sur Facebook : 5enbulles

21 sept

La vie du légendaire bluesman Robert Johnson racontée en BD par Mezzo et Jean-Michel Dupont

9782344003398-C-MLe nom de Robert Johnson est l’un des premiers à figurer dans la fameuse liste du Club des 27 qui regroupe les stars du rock morts à 27 ans. Légendaire bluesman plutôt que rock-star, Robert Johnson est pourtant considéré comme le père du rock and roll moderne ayant eu une influence notable sur des musiciens comme Eric Clapton, Bob Dylan, Les Rolling Stones ou encore Led Zeppelin. Entre sa naissance dans une plantation de coton au Mississippi et sa mort, le musicien n’aura de cesse de se donner à la musique, au point de signer un pacte avec le diable pour devenir un guitariste d’exception. C’est cette vie incroyable, mouvementée et brève que raconte Love in vain du nom d’une de ses plus célèbres chansons, reprise notamment par Les Rolling Stones. En Noir et blanc au format à l’italienne, l’album nous offre un formidable portrait du musicien, fouillé, documenté, toutes les scènes relevant de faits avérés précise l’auteur dans une interview accordée à l’éditeur. Mais c’est aussi la photographie d’un pays ségrégationniste où la vie d’un noir ne vaut pas grand chose.

Aux pinceaux, on retrouve un amoureux de la musique, du rock, du blues et plus précisément du blues du Delta du Mississippi, son nom : Mezzo. Habituellement associé au scénariste Pirus, le dessinateur du Roi des mouches, de Deux Tueurs ou encore des Désarmés signe ici une somptueuse mise en images. En bonus, un song book réunissant les paroles en français et en anglais de quelques-unes des chansons de Robert Johnson, accompagnées d’illustrations pleine page. Sublime ! (en librairie le 24 septembre)

Eric Guillaud

Love in vain, de Jean-Michel Dupont et Mezzo. Editions Glénat. 19,50 € 

11 sept

Philippe Squarzoni au pays des trolls !

9782756037707vCertes, ce n’est pas la première fois que Philippe Squarzoni signe un album de fiction. Mais quand même ! Passer d’un documentaire sur le bouleversement climatique à une histoire de trolls, il y a comme un coup de baguette magique dans l’air. Rappelons que Philippe Squarzoni est l’auteur de Garduno en temps de paix, Zapata en temps de guerre, Crash-text, Drancy-Berlin-Oswiecim, Les Mots de Louise, Dol ou encore Saison brune, des bandes dessinées documentaires très intéressantes mais pour le moins sérieuses, parfois même un peu âpres.

Mais avant d’être un auteur militant, Philippe Squarzoni est finalement un auteur tout court, un raconteur d’histoires, qui plus-est un grand amateur de récits fantastiques. La preuve aujourd’hui encore avec ce récit médiéval tendance fantasy, une road trip qui met en scène deux vieillards, Duane et Cameron, alcooliques jusqu’au bout de la route et pilleurs de tombes au passage. Au cours de leur déambulation, nos deux petits vieux croiseront pour leur bonheur et plus souvent pour leur malheur quelques sorcières, gobelins, lutins et autres trolls. Un univers à la croisée de Bukowski, Bosch et Brueghel. Admirez le graphisme !

Eric Guillaud

Mongo est un troll, de Philippe Squarzoni. Editions Delcourt. 15,95 €

09 sept

Ratafia 7 : un livre prémonitoire ? (l’affaire Trierweiler déjà en bande dessinée… enfin presque)

Nicolas Pothier et Johan Pilet auraient-ils des dons de voyance ? C’est à se demander. Dans le tome 7 fraichement sorti de Ratafia,une série gravement déjantée, les auteurs évoquent la crise du livre (bon là pas besoin d’être voyant  je vous l’accorde) et surtout une affaire qui agite à la fois le monde politique et celui des libraires depuis quelques jours, je veux bien entendu parler du livre Merci pour ce moment de notre ex-première dame de France Valérie Trierweiler. La preuve ? La preuve…

 Capture d’écran 2014-09-09 à 14.06.07

Étonnant non ? Qui plus-est lorsqu’on sait que cette page, la 21 dans l’album, a logiquement du être écrite et dessinée il y a plusieurs mois de cela. Quels nez ces auteurs!

9782723498951-LMais au fait, pourquoi cette bande de pirates se retrouve-t-elle dans une librairie ? On les imaginerait plus volontiers à l’abordage de quelques bateaux ou dans une auberge à siroter quelques alcools frelatés. Oui mais voilà, leur capitaine, LE Capitaine, n’est pas un pirate ordinaire. A tout l’or du monde il préfère les livres. Et justement, c’est bien le trésor accumulé sur son bateau, trop lourd, qui a provoqué un dégât des eaux dans sa bibliothèque personnelle et endommagé ses livres dont un, Consolation, emprunté à un navire-bibliothèque à la politique très stricte. Vous suivez ? D’où leur présence dans cette librairie, vous l’avez compris, pour en retrouver un exemplaire et échapper à la colère du bibliothécaire. Quand je vous dis que cette série est totalement déjantée !

Eric Guillaud

Ratafia (tome 7), Un besoin de consolation, de Johan Pilet et Nicolas Pothier. Editions Treize Etrange. 11,50 €

08 sept

Jérôme K. Jérôme Bloche de retour pour une nouvelle aventure

lermiteC’est une affaire qui roule ! Tous les 18 mois ou presque, Jérôme K. Jérôme Bloche nous donne rendez-vous pour une nouvelle aventure.

Et qui s’en plaindrait ? Du haut de ses 30 années d’existence et de ses 24 albums, notre détective au grand coeur n’a pas eu un instant le syndrome des chevilles qui enflent, sachant en toutes circonstances rester humble, simple, presque ordinaire. Un détective normal quoi ! Mais vraiment normal, pas du genre « je me la joue » et puis derrière paf, non non, tout ce qu’il y a de plus normal, avec le même imper et le même chapeau mou sur la tête depuis le début, la même fiancée aussi, Babette, la belle Babette. Aaaah tout un poème ! Même Alain Dodier, son paternel, ne peut se passer de ce personnage comme il nous le confiait dans une interview accordée à l’occasion de la parution du 23e tome. Et quand nous lui demandions s’il n’avait jamais eu envie de prendre la fuite, de tout faire exploser, de partir pour des îles lointaines, de lancer un western ? Ou une série de science fiction ? Alain Dodier nous répondait : « Je préfère laisser le western ou la science fiction à plus compétent que moi . Mon domaine, c’est le quotidien et je trouve qu’il y a suffisamment à faire puisque, par définition, le quotidien change tous les jours ». Ne changez rien Monsieur Dodier et continuez à nous parler du quotidien comme vous savez si bien le faire avec votre héros Jérôme. On l’adore. On vous adore !

Et pour cette nouvelle aventure, Alain Dodier nous emmène du côté de Grenoble, plus précisément sur les rives du lac de Lavalettte où le détective privé est chargé de livrer un courrier qui risque bien de faire ressurgir un passé pour le moins trouble… Un petit bonheur ? Non, un grand bonheur !

Eric Guillaud

Jérôme K. Jérôme Bloche (tome 24), L’Ermite, de Dodier. Editions Dupuis. 12 €

07 sept

14-18 : les éditeurs montent au front

Capture d’écran 2014-09-06 à 15.58.57Casterman, Futuropolis, Delcourt, Dupuis, Glénat, Le Lombard… pas un éditeur n’a fait l’impasse en cette année de commémoration. Chacun y est allé de sa contribution à la mémoire collective, façon fiction ou documentaire. Après Finnele, La Mort blanche, La Grande guerre de l’Américain Joe Sacco ou encore La Guerre des Lulus, voici en cette rentrée une nouvelle livraison d’albums qui nous plongent corps et âme dans l’horreur absolue de la Grande guerre… 

Et on commence avec peut-être la plus prolifique maison d’édition en la matière, Casterman, maison d’édition qui a connu la guerre de 14 comme quelques autres d’ailleurs. C’était la guerre des tranchées n’est pas une nouveauté, simplement un chef d’oeuvre régulièrement réédité depuis 1993 et signé Jacques Tardi. Comme l’auteur l’exprime lui-même en introduction, C’était la guerre des tranchées n’est pas un travail d’historien. « Il ne s’agit pas de l’histoire de la Première guerre mondiale racontée en bande dessinée, mais d’une succession de situations non chronologiques, vécues par des hommes manipulés et embourbés, visiblement pas contents de se trouver où ils sont, et ayant pour seul espoir de vivre une heure de plus, souhaitant par-dessus tout rentrer chez eux… ».

Pas de héros dans ces pages, juste des anonymes comme le 2e classe Binet qui se demande bien ce qu’il fout là à défendre une patrie à laquelle il ne croit pas. Il ne se le demandera pas longtemps. Comme tant d’autres, Binet finit le nez dans la boue et la merde, fauché par une mitrailleuse allemande.

Surtout, ne fermez pas le livre avant d’avoir été jusqu’au bout. Dans les dernières pages, Jacques Tardi donne son opinion, tranchée comme toujours et sans mauvais jeu de mots, sur cette commémoration du centenaire et l’intérêt soudain du plus grand nombre pour la période. Du Tardi dans le texte !Capture d’écran 2014-09-06 à 16.09.01

Toujours chez Casterman, le premier volet des Poilus d’Alaska raconte une histoire méconnue pour ne pas dire totalement inconnue, classée secret défense par l’armée française nous précise l’éditeur. Une histoire de poilus à quatre pattes, des chiens, oui oui, que le capitaine Louis Moufflet ira chercher en Alaska avec leurs traineaux pour venir en aide aux divisions françaises empêtrées dans la neige quelque part du côté des Vosges. Rien à voir avec La Guerre des tranchées mais l’album apporte un éclairage différent sur la Grande guerre, en retrait pour l’instant (2 tomes sont prévus) du front et des tranchées.

album-cover-large-23630Cette histoire là commence dans les cabinets, les lieux de commodités, le petit coin quoi. Et finalement, comme le suggère le sergent Sabiane, un des personnages de ce récit, l’endroit pourrait ressembler au paradis. Parce que sorti de là, c’est l’enfer des tranchées, l’horreur de la guerre, partout l’odeur de la mort, les rats et surtout, surtout, ces officiers qui envoient les sans grades au turbin avec de fortes chances d’y rester. Pas de pitié. Alors, les poilus se rebiffent même s’ils savent que ça peut leur coûter cher. 3000 soldats ont déjà signé la pétition de la côte 108 pour dénoncer les exactions du général Nivelle que l’on surnommait Le Boucher.

Malgré un graphisme peu convainquant, presque dérangeant, Le Chant du cygne apporte à sa manière un éclairage sur les mutineries de 1917 après la fameuse « offensive Nivelle » qui fit 350 000 morts du côté des Alliés. Une histoire prévue en deux tomes !9782756035307_1_75

Plus classique dans le fond et la forme quoique que très ambitieux, le projet 14-18 de Corbeyran et Le Roux se présente comme une saga qui nous accompagnera sur cinq ans et comptera à terme dix albums. Même si dans chacun d’eux, un événement marquant servira de toile de fond, c’est bien le quotidien des soldats que veulent mettre en lumière les auteurs à travers le destin de huit personnages principaux, huit jeunes hommes issus du même petit village et enrôlés dans la même compagnie. « La série 14-18″, explique Corbeyran, « est filmée au ras des tranchées. Elle exprime le point de vue des soldats, les petits, ceux à qui on ne demande pas leur avis ». Une histoire de l’intime à grand spectacle !

Couv_221989Pour finir, voici un roman graphique qui nous invite à prendre de la hauteur en suivant les aventures d’un as de l’aviation, Hubert Lessac, 25 ans, 19 victoires… et une folle envie de mourir. Il faut dire que le jeune homme vient de perdre l’amour de sa vie, Louise, peu encline à attendre la fin de la guerre pour le retrouver. La lettre de rupture lui fait l’effet d’un coup de poignard. Mais plutôt que de se tirer une balle dans la tête, Hubert choisit de mourir au combat, dans les airs. Et ce qu’il espérait se produit. Son appareil est abattu. Malheureusement, il s’en sort miraculeusement et est pris en charge par une bande de poilus atypiques dont il partagera le quotidien.

Olivier Supiot, auteur par ailleurs du Dérisoire, album qui lui valut le Prix du dessin au festival d’Angoulême de 2003, signe ici un album très réussi graphiquement parlant mais pas seulement. Les ambiances, les gueules de tranchées comme il appelle ses héros, les dialogues, les couleurs, l’histoire elle-même font de La Patrouille des invisibles un album marquant. L’interview de l’auteur à lire ici

Eric Guillaud

Dans le détail :

C’était la guerre des tranchées, de Tardi. Editions Casterman. 25 €

Les Poilus d’Alaska, de Brune, Delbosco et Duhand. Editions Casterman. 13,50 €

Le Chant du cygne, de Babouche, Dorison et Herzet. Editions Le Lombard. 14,99 €

14-18, de Corbeyran et Le Roux. Editions Delcourt. 14,50 €

La Patrouille des invisibles, d’Olivier Supiot. Editions Glénat. 24,90 €

06 sept

Fatale, l’adaptation du roman de Jean-Patrick Manchette par Max cabanes

97148293_oElle est belle, elle est intelligente, mais terriblement vénéneuse. La femme fatale dans toute sa splendeur ! Mais pour l’instant, personne ne connaît sa réelle personnalité. Dans la petite ville normande de Bléville où elle vient de débarquer, la jeune femme fait sensation et parvient à infiltrer la société des notables en moins de temps qu’il ne faut pour porter un toast à la nouvelle halle aux poissons dont on célèbre justement l’inauguration. Son nom ? Aimée Joubert. Ses intentions ? Pas franchement louables…

Comme Jacques Tardi, Max Cabanes fait partie des très grandes signatures du Neuvième art européen. Et si je parle de Jacques Tardi dans cette chronique, ce n’est pas pour faire joli, non, c’est plus simplement pour rappeler qu’au moment de la sortie de Fatale dans les années 70, il fut question que ce soit lui qui l’adapta en bande dessinée, projet abandonné et remplacé par un autre : Griffu. Moins prolifique que Tardi, Cabanes a néanmoins élaboré une oeuvre homogène, reconnaissable entre toutes, et touché du bout de sa plume ou de son pinceau des genres différents comme ici le polar. Le travail d’adaptation sur Fatale, soutenu par Doug Headline (le propre fils de Jean-Pierre Manchette), est tout à fait remarquable, la narration est exemplaire, le graphisme de caractère et les ambiances merveilleusement travaillées. Un très très beau livre de 132 pages qui ne devrait pas vous laisser sur votre faim !

Eric Guillaud

Fatale, de Cabanes et Manchette. Editions Dupuis. 22 €

© Dupuis / Cabanes & Manchette

© Dupuis / Cabanes & Manchette