28 Avr

Michel Vaillant au départ des 24 Heures du Mans 2017 avec deux Vaillante Rebellion

© EMMANUEL DUNAND / AFP

© EMMANUEL DUNAND / AFP

Michel Vaillant, le plus célèbre pilote automobile de la bande dessinée, revient au Mans. L’écurie Rebellion Racing et Graton Editeur aligneront deux « Vaillante Rebellion » en juin prochain au départ de la plus prestigieuse épreuve d’endurance au monde.

La frontière entre virtuel et réel sera à nouveau franchie lors de la prochaine édition des 24 Heures du Mans, pendant le week-end des 17 et 18 juin. Deux « Vaillante Rebellion » portant les numéros 13 (symbole fort dans l’histoire de Michel Vaillant et dans l’univers du sport automobile) et 31 s’aligneront pour le double tour d’horloge dans la catégorie LMP2.

La suite ici

Christophe Amouriaux

26 Avr

Tendre Violette : une édition en intégrale et en noir et blanc du chef d’oeuvre de Jean-Claude Servais et Gérard Dewamme

 

uipkxxfszRkZw9UOM2lWJUjcTytU2Cun-couv-1200Tendre Violette ne raconte pas l’histoire d’une fille ordinaire. Violette est une sauvageonne qui vit dans les bois, aime le vin et les hommes, et dérange parfois la bienséance. C’est aussi et surtout un chef d’oeuvre de la bande dessinée qu’on redécouvre grâce à ce magnifique album en intégrale et en noir et blanc. Un bonheur pour les amateurs confirmés de Servais et Dewamme mais pas que…

Comment en effet ne pas rester médusé devant les planches de Jean-Claude Servais ? Devant cette minutie du trait, ce souci du détail, cette mécanique parfaitement huilée qui nous embarque dans l’histoire dès la première case ? Comment résister à ce noir et blanc de toute beauté que les amateurs de la première heure peuvent s’enorgueillir d’avoir découvert dans les pages du magazine (À Suivre) dès 1979 puis en album, entre 1982 et 1986 ?

Trente ans et quelques rééditions couleurs plus tard, Tendre Violette retrouve donc son noir et blanc originel et une publication en intégrale, un bonheur pour tous les amoureux du neuvième art que nous sommes.

Au-delà du portrait d’une femme libre, en amour comme en tout, Jean-Claude Servais nous offre une déclaration d’amour pour la Gaume. C’est sa région, sa terre, ses racines qu’on découvre dans les pages de Tendre Violette. De villages en fermes isolées, de châteaux en églises, de prairies en sous-bois, l’auteur nous guide à travers le patrimoine local, la nature paisible, à la rencontre des traditions et des hommes qui les font.

La Gaume, le monde rural plus largement, constitue le terrain de jeu favori de l’auteur. Dominique Billion qui signe un dossier en fin d’album dit de lui : « Il va balayer d’un geste les tourbillons populaires, l’agitation des longues avenues, vous regarder malicieusement et vous emmener dans les endroits qui respirent la liberté d’aller et venir, au milieu des oiseaux, le long d’une route paisible, dans son chalet retiré au bord d’un étang. Il s’arrêtera au coin d’une rue, vous présentera son village, Jamoigne, situé au coeur de sa région, qu’il savoure lentement et où les heures ne comptent pas : la Gaume »

Un très beau livre au dos toilé marron et une histoire admirable qui n’a pas pris une ride à redécouvrir ou découvrir…

Eric Guillaud

Tendre Violette, de Servais et Dewamme. Éditions Dupuis. 35€

© Dupuis / Servais & Dewamme

© Dupuis / Servais & Dewamme

17 Avr

Geisha ou le jeu du shamisen : voyage au coeur du Japon traditionnel et mystérieux avec Christian Perrissin et Christian Durieux

album-cover-large-31976Non, les geishas ne sont pas des prostituées, comme beaucoup peuvent encore l’imaginer de ce côté-ci de la planète. Christian Perrissin et Christian Durieux remettent les choses en place dans ce magnifique album en racontant l’histoire de l’une d’entre elles. Avec finesse et sagacité, ils lèvent le voile sur un monde secret où le raffinement et les arts vont de pair. Bienvenue dans le Japon traditionnel…

Setsuko Tsuda n’a pas encore 8 ans quand ses parents décident de quitter leur village pour s’installer en ville avec la promesse de vivre mieux. Mais leurs espoirs s’évanouissent lorsque le père de Setsuko est victime d’un accident sur un chantier naval où il a finalement trouvé du travail. Hôpital, amputation d’une jambe… déjà alcoolique, le père finit par sombrer définitivement.

Sans travail, il décide de vendre Setsuko à une okiya, une maison de geishas. Setsuko, alors rebaptisée Kitsune, est loin d’imaginer ce qui l’attend. Coupée de sa famille, elle va devoir apprendre les arts, la danse, le chant et surtout la musique à travers le shamisen, un instrument traditionnel à cordes japonais. Mais ne devient pas geisha qui veut ! Le chemin est semé d’embuches… l’apprentie geisha pouvant se retrouver servante ou prostituée.

Christian Perrissin et Christian Durieux nous entraînent au coeur d’une institution vieille de plusieurs siècles et toujours vivante même si le nombre de geishas a aujourd’hui considérablement baissé.

Les fantasmes eux ont la vie dure, d’où l’intérêt de cet album qui nous montre un univers où les arts, le raffinement côtoient le sexe avec d’un côté les geishas et de l’autres les prostituées. Un très beau livre qui nous fait bien évidemment penser à Jirô Taniguchi – le livre est d’ailleurs dédié à sa mémoire – mais aussi à certains films du cinéma japonais notamment des années 30 dont vous trouverez les références dans une liste jointe dans les dernières pages.

A l’instar des livres de Taniguchi, celui-ci se lit en prenant le temps nécessaire pour détailler chaque plan, admirer le trait délicat et raffiné de Christian Durieux et s’imprégner de cette histoire secrète et intime des geishas. L’histoire est prévue en deux volumes.

Eric Guillaud

Geisha ou le jeu du shamisen, de Perrissin et Durieux. Éditions Futuropolis. 19€ 

© Futuropolis / Perrissin & Durieux

© Futuropolis / Perrissin & Durieux

16 Avr

Chaussette : l’histoire attendrissante d’une mamie et de son chien par Loïc Clément et Anne Montel

004645805Il y a d’abord Dagobert, un bâtard pur race. Au bout de la laisse, sa maîtresse, Josette, une vieille mamie sympathique. Et dans la maison d’à côté, Merlin, un gamin qui aime bien les observer…

Je dis Josette mais on devrait plutôt l’appeler Chaussette. C’est comme ça que Merlin l’appelait quand il était petit. Et c’est toujours comme ça qu’il l’appelle affectueusement.

Chaussette et Dagobert sont inséparables. Depuis toujours. Aussi loin qu’il peut remonter dans sa mémoire, Merlin ne peut dissocier l’un de l’autre. Et tous les jours pour Dagobert et sa maîtresse, c’est la même balade, le passage au parc à 9h00 pétante, une étape chez le boucher pour récupérer des saucisses, une autre chez le libraire du coin pour regarder les couvertures des livres… puis retour à la maison.

Tous les jours la même balade jusqu’à ce matin-là. Chaussette part pour sa balade mais sans Dagobert. Et son comportement est étrange… Merlin la suit en espérant découvrir le pourquoi du comment.

Les histoires courtes sont souvent les meilleures. Celle-ci, 7 minutes chrono de lecture à tout casser, est d’une infinie tendresse. On y parle de la vieillesse, de la mort, de l’absence d’un être cher mais aussi d’amitié entre une mamie et un gamin. Un très bel album réalisé par deux jeunes auteurs talentueux, Loïc Clément et Anne Montel, qui se sont déjà fait remarquer par la critique et les lecteurs avec les albums Shä & Salomé : jours de pluie (Jean-Claude Gawsewitch Éditeur) et surtout Le temps des mitaines (Didier jeunesse) qui leur a permis de concourir pour le Fauve jeunesse au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2015.

Eric Guillaud

Chaussette, de Loïc Clément et Anne Montel. Éditions Delcourt Jeunesse. 10,95€

© Delcourt / Clément &Montel

© Delcourt / Clément &Montel

13 Avr

Natures mortes : la biographie imaginaire d’un génie oublié de la peinture catalane signée Zidrou et Oriol

album-cover-large-31803Prodige du modernisme catatan, son nom n’a pas franchement traversé les siècles ni même les frontières. Zidrou et Oriol le ressuscite le temps d’un album. Retour sur le mystère Vidal Balaguer…

Ne cherchez pas sur internet pendant des heures, vous ne trouverez rien si ce n’est une page façon wikipédia créée par les éditions Dargaud. On y apprend que l’homme serait né en 1873 à Barcelone, aurait étudié les Beaux-arts à la Llotja, entretenu des relations tumultueuses avec ses maîtresses avant de finalement disparaître en 1899. Une récente thèse de Roser Doménech, qui signe une préface à l’album en qualité de professeur d’histoire de l’art à l’université autonome de Barcelone, aurait permis de sortir ce génie des oubliettes et de relancer l’intérêt des collectionneurs et professionnels pour l’oeuvre réduite de l’artiste.

« Les fantômes n’ont un nom que pour ceux qui les ont pleurés ». Depuis 40 ans qu’il a disparu, Joaquín Mir n’a cessé de le pleurer. « Le grand absent de ma vie. L’ami qui m’a failli… ». C’est à travers le récit de cet ami que Zidrou et Oriol retracent la vie mystérieuse de Balaguer, sorte d’artiste maudit dont les modèles choisis pour ses toiles avaient la fâcheuse habitude de disparaître. Des oranges, un kiosque à musique, une défunte, un canari… tous envolés. Et puis ce fut le tour d’une femme, sa maîtresse, Mar. Disparue elle-aussi une fois son portrait réalisé, au point d’éveiller la curiosité d’un inspecteur de police. Soupçonné de meurtre, écrasé par de lourdes dettes, Balaguer fini par disparaître la veille de Noël 1899. Fuite ou suicide ? On ne le saura jamais.

Étonnant album que celui-ci, Natures mortes nous balade bien au-delà de ses seules pages dans une histoire où le vrai se joue du faux, et inversement.

Natures mortes allie un remarquable scénario du très prolifique Zidrou, une mise en scène simplement efficace, un graphisme d’une très grande classe signé de l’espagnol Oriol, des atmosphères très picturales et poétiques. Magnifique !

Eric Guillaud

Natures mortes, de Zidrou et Oriol. Éditions Dargaud. 14,99€

L’info en + :

Oriol sera en dédicaces vendredi 14 avril à la librairie « Au repaire des héros » à Angers et samedi 15 avril à la librairie « Story BD » à Nantes…

© Dargaud / Oriol & Zidrou

© Dargaud / Oriol & Zidrou

11 Avr

Strange Fruit : un super-héros noir au pays du Ku Klux Klan, un récit de J.G. Jones et Mark Waid

album-cover-large-32733Avant d’être une bande dessinée, Strange Fruit fut une chanson adaptée d’un poème écrit en 1936 par le Juif américain Abel Meeropol et popularisée par Billie Holiday en 1939. A cette époque, le Ku Klux Kan est encore une – sordide – réalité. Strange Fruit s’élève contre le lynchage des noirs aux États-Unis avec cette image d’étranges fruits pendus aux arbres…

Un véritable réquisitoire contre le racisme et la ségrégation. La chanson comme la bande dessinée de J. G. Jones et Mark Waid s’élèvent contre le sort que réservaient les blancs aux noirs dans l’Amérique des années 20/30. Nous sommes précisément en 1928, une crue d’ampleur sans précédent menace les champs de cotons et les villes du delta du Mississippi. Entre les blancs et les noirs, les tensions sont de plus en plus vives alors que les digues menacent de céder.

Dans ce contexte tendu, le Ku Klux Klan sort ses habits du dimanche pour lyncher ceux et celles qui ne mettent pas assez d’ardeur au renforcement des digues, des noirs forcément. Mais c’est pourtant bien d’un noir, un véritable colosse tombé du ciel, que viendra le salut du pays…

« Au sein de nombreuses communautés… », explique le scénariste Mark Waid, « les digues, construites à la main, constituaient les seuls remparts contre la furie du fleuve. Elles étaient montées et entretenues quasi-exclusivement par les Afro-américains travaillant dans les plantations : ceux-ci étaient peu, voire pas, payés alors que leurs superviseurs blancs accumulaient les provisions, n’octroyant à leur main d’oeuvre que quelques-uns de leurs restes. »

Un super-héros noir, voilà de quoi remettre quelques idées en place ! En bonus de cet album au graphisme hyper-réaliste, un cahier graphique réunissant couvertures et croquis préparatoires de J.G. Jones.

Eric Guillaud

Strange fruit, de Mark Said et J.G. Jones. Editions Delcourt. 15,95€

L’info en + :

Rebecca Fergusson, finaliste de X-Factor, accepta de chanter à l’investiture de Donald Trump à une condition et une seule : chanter la chanson Strange Fruit. Donald Trump refusa, Rebecca Ferguson déclina l’invitation.

© Delcourt / Jones & Waid

© Delcourt / Jones & Waid

05 Avr

America : Nine Antico à la reconquête de l’Ouest

9782344016992_cgPauline vient de se faire larguer par son mec, Pédro. La dépression guête mais passera-t-elle vraiment par elle ? Avant de se taper les cartons pour déménager, de constituer un dossier et de trafiquer les fiches de paies pour retrouver un appartement, Pauline part à la reconquête de l’Ouest. Direction l’Amérique…

« Ça y est, je fais partie de la catégorie : larguée. Je suis prête pour une bonne dépression. Je l’attends. Je lui ouvre les bras ». Mais elle tarde à venir la bonne dépression et Pauline commence à s’ennuyer ferme. Direction la vie, « Dehors, le monde continue de tourner. Les filles minaudent. Les mecs sont toujours aussi cons ».

Changement de vie ? Changement de coiffure ! Pauline déboule chez le coiffeur du coin histoire de se faire un nouveau look, le look d’une nana libre, disponible.

© Glénat / Nine Antico

© Glénat / Nine Antico

Mais elle s’ennuie toujours autant. En ce mois d’août, Paris s’est vidée de ses habitants et par la même occasion de ses meilleurs amis. Inutile de crier dans le vide sidéral de l’oreiller, personne ne l’entend. Alors, sur un coup de tête, Pauline décide de s’envoler pour les States. New York, San Francisco… À elle la reconquête de l’Ouest, la chasse aux figures fantasmées de la culture populaire étoilée, à elle aussi la chasse aux beaux petits culs made in USA qui pourraient lui faire enfin oublier son Pédro.

Good morning America ! Après Girls don’t cry et Tonight, Nine Antico poursuit les aventures de son héroïne Pauline et nous offre une nouvelle fois un florilège d’échanges, d’interrogations et de réflexions sur les filles, les garçons, les sorties, le sexe, l’amour, la nuit, la vie…  dans un style graphique très contemporain.

C’est cru, c’est cruel, c’est direct, c’est souvent drôle, c’est surtout bien foutu, c’est du Nine Antico et on adore! Album à classer dans la catégorie « indispensable »!

Eric Guillaud

America, de Nine Antico. Éditions Glénat. 13,90€

© Glénat / Nine Antico

© Glénat / Nine Antico

 

03 Avr

Pop Memories : les bons souvenirs musicaux de Cathy Karsenty

popMemoriesL’auteure Cathy Karsenty aurait pu choisir de nous raconter sa vie, son enfance, ses parents, ses amoureux, ses peines, ses joies, ses rêves, ses cauchemars, comme dans tout bon journal intime. Elle le fait mais elle le fait avec une petite subtilité, Pop memories paru dans la collection Tapas:-* des éditions Delcourt raconte ses souvenirs musicaux, ce qui revient de fait un peu au même tant la musique a bercé sa jeunesse et rythmé sa vie. Trois deux un…musique !

J’ose ? Allez oui, j’ose et tant pis pour vous, je vais vous ruiner la journée tant vous ne parviendrez pas à éliminer cet air de vos têtes. Vous connaissez le groupe de disco français Bimbo Jet et son tube « El Bimbo » ? Non ? Pour ceux-là et tous les autres, voici Bimbo… bimbo…

Oui je sais, ça fait mal aux oreilles et au reste du corps mais je ne pouvais et vous ne pouviez décemment pas passer à côté. C’est le premier souvenir musical de Cathy Karsenty, « El Bimbo » de Bimbo Jet, son premier 45 tours. Mais je vous rassure, la suite est plus honorable.

Neil Diamond, Jacques Brel, The Beatles, Yves Simon, Etienne Daho, Elvis Costello, Supertramp, Janet Jackson, Lou Reed, David Bowie, Police ou encore Stray Cats forment la playlist de sa jeunesse et donc de cet album, des titres associés à des personnes ou à de grands et petits moments de sa vie comme son premier baiser, son premier concert, sa mère, la mort de Mike Brant, la sortie du film Grease, son premier radio cassette, le hit parade d’Europe 1, les cassettes customisées, les fêtes de la musique…

Après Bienvenue à l’agence (éd. Gawsewitch), Parisiens chéris (éd. Delcourt), Cathy Karsenty pose ici un regard amusé sur des souvenirs parfois très intimes et toujours drôles. C’est léger, c’est frais, c’est pop !

Eric Guillaud

Pop Memories, de Cathy Karsenty. Éditions Delcourt. 12,50€

© Delcourt / Karsenty

© Delcourt / Karsenty

02 Avr

Le Monde à tes pieds : un roman graphique de Nadar

couv_9782849532775_grandeCarlos, David et Sara, trois vies, trois trajectoires distinctes mais le même contexte de crise économique. Comment s’en sort-on quand on n’arrive pas à boucler les fins de mois, à trouver du boulot ou à garder celui qu’on a, quand tous les espoirs d’une vie meilleure partent en fumée, quand même la famille n’est plus un refuge ? Bienvenue dans l’Espagne contemporaine…

Et de trois, trois albums signés par un auteur remarquable, Nadar, trois récits qui nous parlent de son pays, l’Espagne, celle d’hier, du Franquisme, avec Salud!celle d’aujourd’hui avec Papier froissé et donc Le Monde à tes pieds.

Chômage, exclusion sociale, exil, expulsions, faillites… Le tableau dressé par Nadar dans ces deux derniers albums est le même, celui d’un pays exsangue, asphyxié, celui d’un peuple ballotté entre résignation et lueur d’espoir, entre plans démerde et émigration économique.

C’est le cas de Carlos qui accepte de partir pour l’Estonie où on lui propose enfin un poste d’ingénieur qu’il ne trouvera jamais – il le sait – en Espagne. Quitter ses amis, quitter son petit ami, quitter son environnement familier pour enfin travailler. Un choix difficile mais nécessaire. C’est aussi le cas du jeune David, au chômage depuis trop longtemps pour refuser un plan sexe avec une femme mûre qui paye cash. C’est enfin le cas de Sara qui rêve de dire merde à sa boss, de larguer son boulot et d’acheter enfin des produits alimentaires qui ne soient pas des premiers prix.

On connaît bien les problèmes économiques qui plombent l’Espagne depuis des années mais c’est toujours aussi poignant que d’avoir des exemples concrets, de toucher la misère financière et parfois morale du doigt, de comprendre comment un pays européen peut se retrouver dans cette situation et voir ses habitants en arriver parfois à des extrémités.

Un récit fort, un dessin agréable, une narration bougrement intelligente, des personnages qu’on ne peut qu’aimer… Nadar confirme avec ce nouvel album son immense talent pour parler de l’humain. Ici, pas de sensationnalisme, pas de super-héros ou de super-aventures mais des êtres en mode survie. Nadar a une approche très sociale comme on peut en trouver dans le cinéma espagnol. C’est fort, c’est beau, c’est parfois poignant, toujours révoltant !

Eric Guillaud

Le Monde à tes pieds, de Nadar. Éditions La Boîte à bulles. 20€

© La Boîte à bulles / Nadar

© La Boîte à bulles / Nadar