24 mar

Gaza 1956, en marge de l’histoire, de Joe Sacco. Editions Futuropolis. 29 euros.

Joe Sacco ! Ce prénom et ce nom suffisent à dire le sérieux de l’affaire. Joe Sacco est un journaliste et un auteur de bande dessinée américain bien connu des amateurs de BD-reportages, genre qu’il a initié dès 1993 en publiant aux Etats-Unis l’album Palestine, édité de ce côté-ci de l’Atlantique en deux volumes chez Vertige Graphic : Palestine, une nation occupée en 1996 et Palestine, dans la bande de Gaza en 1997. Après un petit détour par l’ex-Yougoslavie en guerre qui donnera deux livres, Gorazde en 2001 et The Fixer, une histoire de Sarajevo en 2005 (Rackham), Joe Sacco retrouve le sol de Palestine avec Gaza 1956. Ce gros et beau pavé de 424 pages en noir et blanc apporte un nouveau témoignage particulièrement documenté sur un épisode semble-t-il oublié du conflit israélo-palestinien, le massacre de près de 275 civils perpétré par l’armée israélienne à Khan Younis et à Rafah en 1956. Entre novembre 2002 et mai 2003, le dessinateur reporter se rend à plusieurs reprises sur le terrain afin d’établir la véracité de cette tragédie et embarque le lecteur à la recheche des traces de ce massacre. « Je trouvais exaspérant que le plus important massacre de Palestiniens sur le sol de Palestine – si l’on en croit le chiffre de 275 morts avancé par l’ONU – reste dans les ténèbres de l’oubli où il gisait, comme d’innombrables autres trégédies historiques… ». Sur place, Joe Sacco sollicite les témoins oculaires de l’époque mais, souvent, comme en témoigne ce livre, les Palestiniens interrogés ne comprennent pas son intérêt pour cet épisode vieux de plus de cinquante ans alors que tous les jours, sous les yeux mêmes du dessinateur reporter, se poursuit la tragédie. Entre deux témoignages, Joe Sacco ne peut faire autrement que de nous parler du présent, des bombardements, des maisons rasées et de cette vie qui continue malgré tout. Un album dense, parfois âpre, mais nécessaire qui a demandé à Joe Sacco six années de travail et d’investigations ! E.G.

La Communauté (tomes 1 et 2), de Hervé Tanquerelle et Yann Benoît. Editions Futuropolis. 24 euros.

On attendait la suite de ce récit entamé en 2008 avec une certaine impatience, impatience finalement récompensée. Le second volume de La Communauté est de la même veine que le premier, tout aussi captivant et singulier. Il s’agit d’un récit qui s’inscrit dans la lignée de la bande dessinée-reportage avec une particularité puisque celui-ci est construit autour d’entretiens. Le Nantais Hervé Tanquerelle, responsable de plusieurs séries comme Le Legs de l’alchimiste (éd. Glénat) ou Professeur Bell (éd. Delcourt) aborde cette forme narrative avec une histoire mettant en scène une communauté créée sur les barricades encore fumantes de mai 1968. Micro à la main, l’auteur recueille le témoignage d’un de ses fondateurs, Yann Benoît, alors étudiant, aujourd’hui devenu son beau-père. Nous sommes en 1972, Yann et une bande d’amis achètent une ancienne minoterie abandonnée. Loin des idées reçues, du caricatural flower power (sex, drug and rock n’roll), il décrit un quotidien plutôt laborieux, partagé entre la restauration du site, la construction de nouvelles maisons, les multiples tâches agricoles, la garde des enfants et bientôt la fabrication de jouets en bois à une échelle de plus en plus conséquente. A tel point que la vie en communauté, qui n’était déjà pas tous les jours une évidence, va en pâtir sérieusement. C’est dorénavant l’usine ! Le travail devient de plus en plus lourd et contreignant et bientôt les grands principes qui prévalurent à la création de la communauté vont se fissurer et les tensions, se multiplier…

Pour rendre vivant cette conversation autour d’un micro, Hervé Tanquerelle utilise le principe du flash-back. « Autant je n’ai jamais douté du fond, autant la forme me posait problème. Il m’aura fallu du temps pour trouver la bonne manière de raconter », confiait l’auteur au moment de la sortie du premier volet. « Comment transcrire les conversations informelles que j’avais avec mon beau-père? C’était important de les garder car elles permettent à la fois de rester au plus près du vécu, tout en confrontant le point de vue de deux générations. Mais cela comportait aussi la difficulté de rendre attrayante une simple conversation autour d’une table! Assez vite m’est apparu comme une évidence le principe des flash-back, traités différemment au lavis, pour ponctuer notre dialogue ». Une oeuvre rare, une aventure unique traitée avec subtilité et humour ! E.G.